Puy de Montoncel Sources de la Besbre et
Puy Snidre depuis le Col du Beau Louis

Puy de Montoncel Sources de la Besbre et
Puy Snidre depuis le Col du Beau Louis

  • Altitude départ : 824
  • Altitude sommet : 1287
  • Dénivelé : 600
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 2h45
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : absent ou alors, pour partie, vieux balisage jaune, parfois plus récent sur fond bleu, mais toujours intermittent et pas toujours aux bons endroits (v. topo), sauf sur le GR3 où c'est OK. Panneaux en bois antiques...
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

La découverte des Bois Noirs, ce fut pour moi comme une plongée nostalgique dans un passé lointain… Si on s’occupe encore des skieurs de fond (foyer, vieux panneaux) et des VTTistes (balisage plus récent) dans ce beau massif, les randonneurs y semblent bel et bien laissés pour compte… Quelques rares panneaux de bois vermoulus et envahis par la mousse, certains devenus illisibles, d’autres pointés sur une forêt impénétrable… Des sommets (Montoncel, Snidre) dont le panorama (encore indiqué sur certaines cartes et même sur certains vieux panneaux) a disparu, et que personne depuis longtemps n’a dû penser à entretenir... Alors les arbres ont mené leur vie d’arbres… Reste un peu de balisage jaune par ci par là, très intermittent et trop souvent absent aux points stratégiques (carrefours de pistes)…Tout ça a pourtant du charme (un peu suranné ?), et puis il y a ces sources… et ces tourbières… magiques !

Au col, suivre (sud-ouest) la route fléchée "Foyer de ski de fond, Pion… ". Une fois au grand carrefour de la Croix Carry, s’engager à gauche sur le chemin de terre qui entre en sous-bois (sud). Au croisement suivant prendre le chemin de droite puis continuer en face. Plus loin, au panneau "Forêt communale de Lavoine", on quitte ce chemin pour celui qui monte sec à droite puis, après un virage à droite, débouche sur le vaste terre-plein du Foyer de ski de fond de Montoncel (960m).

On poursuit par la piste (plein sud) qui longe le foyer sur sa droite (laisser à droite le GR3, par lequel on reviendra). Au passage, noter : sur le tableau des pistes de ski, le parcours de la piste noire (notre circuit l’empruntera en grande partie), et sur le panneau "circuit des sources de Besbre, PR5", la mention d’un balisage jaune doublé d’un plus récent, jaune sur fond bleu (ça peut aider !).
Au croisement env. 1200m plus loin (sentier à gauche que l’on prendra après), remarquer à droite un tout petit panneau annonçant la magnifique et vaste tourbière de Leydy : elle mérite une visite attentive et respectueuse (milieu fragile !). Allez-y avec précaution, on peut s’y promener sans trop s’enfoncer, la végétation y est luxuriante, d’une incroyable variété de couleurs et de plantes, une vraie oasis : le contraste avec la forêt environnante est saisissant !

De retour au croisement, prendre donc (sud-est) le chemin en face de la tourbière ; il descend, franchit la Besbre (on en reparlera…), puis remonte en face, avant de continuer plein est vers 1000m (ne pas prendre la montée sud-est à droite). Suivre ensuite cette bonne piste qui va monter en décrivant une longue boucle progressive vers la droite. Vers 1050m vous devriez passer à côté de la "Pierre qui danse" (immense bloc qui bouge quand on le pousse fortement - pour ma part je ne l’ai pas vu…). La boucle se poursuit (sud puis sud-ouest). A 1120m continuer en face, et peu après vers 1135m, prendre le chemin de droite (marques jaunes, enfin !), qui part au nord puis s’infléchit sud-ouest. Peu après, au point 1151, prendre à droite (re-marques jaunes ! On quitte ici la piste noire, qui fait sa boucle plus au sud).

Ce chemin (ouest) nous ramène droit à la Besbre : un filet d’eau traverse la piste, et un vieux panneau annonce fièrement "Source de la Besbre, PR Chamina, 15’ ". Sauf que… toute trace de cet ex-PR a totalement disparu, recouvert par une végétation foisonnante ! Il ne reste donc plus au randonneur intrépide qu’à aller y "bartasser" à la recherche de la fameuse source… Je n’en dirai pas plus, sauf que j'ai trouvé 2 filets donc 2 sources, 25 à 30m au-dessus, et que leur découverte, à la vue et à l’oreille (le doux clapotis de l’eau sous les mousses et les cailloux…), depuis les tourbières dont elles surgissent, et celle du cheminement semi-souterrain de ces filets d’eau claire, est un enchantement ! Quel bonheur finalement que la disparition de ce sentier !

La suite de la rando est plus classique. Redescendu au chemin et au panneau, on poursuit à gauche, et on rejoint ainsi le large GR3. Le prendre à gauche et, au croisement suivant (1185m, Lamoussière, panneau), on requitte ce GR ! On continue alors à droite (plein sud) pour un aller/retour au Puy de Montoncel (panneau), sommet des Bois Noirs. Attention cependant à l'aller de ne pas louper l’embranchement suivant (pt 1193) : seul un vieux panneau en bois, peu visible (en retrait), indique qu’il faut aller à gauche et ne pas continuer sur la piste (balises VTT) vers le sud. Ensuite il ne reste plus qu’à monter au mieux au sommet du Montoncel (pas de vrai sentier, mais des traces un peu partout, on passe où on peut, du moment que ça monte…). Au sommet, jolie clairière bordée de hauts arbres, donc hélas pas (plus ?) de vue. Mais l’endroit est comme un petit jardin secret au sommet d’une île déserte… Fin de l'aller.

Pour le retour on redescend comme on est monté et on revient sur ses pas jusqu'au GR3, qu'on va suivre ensuite jusqu'au Foyer de ski de fond… Alors autant en profiter pour se payer le 2e sommet des Bois Noirs, le Puy Snidre, un peu à gauche du GR. Pour ce faire, après le Col des Planchettes (1151m), on va quitter le GR à la deuxième bifurcation à gauche (panneau "Puy Snidre, 20’ ") ; prendre ensuite à droite, puis à la cabane quitter ce chemin principal pour prendre le chemin herbeux à droite derrière la cabane, et le suivre tant que ça monte… Quand il va redescendre, c’est que vous avez passé le sommet (1232m)… qui doit être perdu quelque part dans les bois inextricables sur votre droite. Là non plus, aucune vue, contrairement à ce qu’indiquait un vieux panneau plus bas : "Mont Snidre, panorama") ! D’ailleurs pas plus que le vrai sommet (perso, j’ai jeté mon dévolu sur une belle et grosse pierre sur la gauche), je n’ai trouvé la "tourbière du Puy Snidre", sans doute perdue elle aussi quelque part là-haut ? C’est ça aussi, les Bois Noirs !

La descente s’effectue en traversant le sommet : une boucle au nord permet de revenir sur le GR, moyennant une brève portion de piste prise à droite au premier croisement. Et de retour sur le GR, on le prend à gauche (nord toujours), jusqu’au Foyer de ski de fond, et de là on revient au parking par l’itinéraire de l’aller.

Précautions

carte et boussole


Commentaires difficultés

aucune, si ce n'est parfois l'orientation dans ces bois et sur ces pistes (ski de fond) souvent peu ou mal balisées, et pas toujours sur IGN...
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Autoroute A89, sortie 4 (Les Salles...) > Saint-Just-en-Chevalet par D53 > Saint-Priest-la-Prugne par D495 > Col du Beau Louis (limite entre la Loire et l'Allier).


Situation




Sortie du 03-06-2015

Au départ après le Col

Après les Monts de la Madeleine, j’ai voulu partir à la découverte des Bois Noirs. J’avais même prévu, la veille sur ma carte, un circuit plus long encore englobant ensuite, plus au nord, le Rocher Saint-Vincent ! Long mais tentant. C’était sans compter avec la spécificité de ces Bois Noirs : quelques divergences assez déstabilisantes entre la carte et le terrain ; la vétusté et l’inadéquation d’une signalétique datant presque toujours de Mathusalem, d’où une recherche d’itinéraire (allers/retours…) parfois bien longue ; mais aussi le temps que j’ai passé sans compter à explorer avec délectation ces divines surprises que furent pour moi la tourbière de Leydy, puis les sources de la Besbre !

J’ai donc assez vite compris qu’il serait plus sage de renoncer à ma boucle du Rocher Saint-Vincent, et la journée ne fut pas de trop pour réaliser le parcours ci-dessus. Je comptais d’ailleurs initialement partir de Lavoine, et faire l’itinéraire en sens inverse. Mais arrivé au Col du Beau Louis, et frappé par la sérénité du lieu, j’ai décidé de stationner là et d’entreprendre ma rando du jour dans l’autre sens (ce qui n’a sans doute pas simplifié ma recherche d’itinéraire…).

Une météo de rêve, pas un nuage, une chaleur très supportable vu que presque toute la rando se déroule en sous-bois (seuls le début et la fin sont à découvert), bref des conditions idéales pour aller découvrir ce massif peu élevé (on marche presque toujours entre 1000 et 1150m) et dépourvu de pentes vraiment raides. Une rando plutôt "familiale" donc, et pourtant unique en son genre !

Faut-il préciser que, de toute la journée, je n’ai rencontré absolument personne – à l’exception d’un jeune employé du foyer de ski de fond que je suis allé interroger (il y avait une voiture garée devant le bâtiment), étonné que j’étais de tomber sur ce foyer que je n’attendais pas du tout à cet endroit (ça commençait bien !). De toute évidence, les randonneurs ne se bousculent pas dans les Bois Noirs ! Et on peut comprendre pourquoi. Pourtant, ce massif attachant et secret mérite beaucoup mieux. Ah si quelqu’un, un de ces jours, se donnait la peine de décider de refaire une signalétique, un balisage digne de ce nom, de redonner aux sommets leur allure d’autrefois avec leur "panorama" sûrement exceptionnel, bref de remettre en valeur ces montagnes (qui souffrent peut-être d’être à cheval entre plusieurs départements ?) sans les défigurer bien sûr, mais dans le respect de leur beauté et de leur charme ! On peut toujours rêver…

Photos de la sortie


  • Horaire : 3h30
  • Dénivelé : 600 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media