L'Autapie depuis Colmars, en aller-retour
ou en boucle

L'Autapie depuis Colmars, en aller-retour
ou en boucle

  • Altitude départ : 1246
  • Altitude sommet : 2435
  • Dénivelé : 1240
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 3h45
  • Orientation : Sud
  • Balisage : marques jaunes-rouges, puis jaunes au-dessus de 1600m à la montée ; marques jaunes à la descente de la boucle à partir des cabanes de Rest (rien évidemment avant). Sinon, panneaux et cairns un peu partout.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Ce joli sommet qui domine le Verdon, entre Colmars au sud et Allos au nord, offre un immense panorama circulaire sur les innombrables sommets alentour. Son accès est facile et plaisant, tout en douceur, et sûrement bien plus agréable par le sud à partir de Colmars que par le nord depuis la station du Seignus via le Gros Tapi… Le trajet en aller-retour est déjà une belle rando en soi. Cela dit, on peut la pimenter en réalisant une boucle, en partie hors trace, à la descente, au prix d’un effort un peu plus important il est vrai, notamment dans le parcours du sauvage ravin de Rest.

Du parking sous le Fort de Savoie, remonter un peu la route vers le nord (Allos), jusqu’au Pont Haut à gauche sur le Verdon, qu’on traverse (1260m). Suivre la direction « L’Adroit » (panneau, marques jaunes-rouges). Le balisage sera impeccable jusqu’au sommet. Au carrefour de l’Adroit (1330m), se diriger à droite vers « L’Autapie ». La longue montée qui s’ensuit est douce, tantôt en sous-bois (la plupart du temps), tantôt à découvert, et offre notamment quelques saisissants points de vue plongeants sur Colmars. Après une mini-cascade vers 1575m, le marquage va virer au jaune jusqu’au sommet. Plus haut on change soudain de versant (ouest>est), au milieu d’une superbe forêt de très grands pins et mélèzes, qui va se transformer en mélézin. Puis on rejoint une piste, qu’on suit. A 2065m elle rejoint la petite cabane de l’Autapie, toujours ouverte et bien aménagée.

Le sentier se poursuit en montée vers la gauche un peu avant la cabane. Toujours bien marqué et cairné, même dans les hautes herbes où la trace est parfois un peu moins nette, il monte sur l’épaule à droite au-dessus de la cabane, s’enfile dans les mélèzes et finit par rejoindre la crête au-dessus, au Col de l’Autapie (2235m). Il reste à remonter la crête très confortable jusqu’à l’antécime (2424m) visible du Col, puis au vrai sommet juste derrière. De là la vue est exceptionnelle aux quatre coins de l’horizon (Denjuan, Caduc, Estrop, Trois Evêchés, Séolane, Cimet, Pelat, Tours du lac d’Allos, Frema, etc…, une table d’orientation serait la bienvenue !).

Pour la descente, 2 options :
- soit par l’itinéraire de l’aller (2h30 à la descente, D+ 1190m), toujours aussi agréable, le plus simple et le plus rapide ;
- soit en faisant une boucle par le ravin de Rest, plus longue et plus exigeante sans être difficile. Compter 3h30 à 3h45, soit plus de 7h au total (au lieu de 6h pour l'aller-retour). Pour cela, revenir d’abord à l’antécime 2424 toute proche, et de là basculer à droite pour descendre entièrement (nord-est) la large croupe d’herbe et de caillasse mêlées (longer la clôture à votre gauche si elle existe encore), en tirant plus bas peu à peu vers la gauche (quelques pins). Au replat herbeux (mélèzes), virer franchement à gauche en visant le fond du vallon (nombreuses possibilités, au choix !). Le suivre d’abord rive droite, puis au niveau des deux cabanes de Rest (perchées sur une bosse à droite), traverser le ruisseau au fond à un endroit propice (+/- 2000m), puis continuer rive gauche où vous trouverez une sente (qui provient des cabanes) qui va redescendre tout le ravin et qu’il va falloir suivre obstinément (nombreux cairns, et même marques jaunes !). D’abord proche du torrent, ce sentier toujours bien visible va s’élever progressivement en balcon au-dessus du ravin, de plus en plus sauvage et encaissé. A 1690m, bifurcation, suivre à gauche la direction « Les Coulettes » (indication incompréhensible, ce nom ne figure pas sur IGN, j’ai beaucoup hésité et perdu de temps, il faudrait au moins rajouter « Villars Colmars » !) (la branche de droite descend sur Chasse). Ce sentier (toujours marqué en jaune), désormais moins sauvage, longtemps quasi horizontal, passe devant une mini-cascade (coulette ?!), traverse quelques robines bien sécurisées (grillages), puis un mélézin, avant (enfin !) de se décider à descendre sérieusement après une épingle. On passe à un panneau « Les Coulettes » (!), 1400m, jusqu’à ce que le sentier rejoigne vers 1280m la route de Villars-Colmars. Ne pas rentrer dans ce bourg, mais poursuivre dès que possible vers la gauche (nord-est) en direction de Colmars, à gauche et au-dessus de la D908. Enfin, traverser Colmars jusqu’au parking vers la sortie nord, sous le Fort de Savoie. La boucle est bouclée…

Précautions

Prévoir suffisamment d'eau en plein été. Carte et boussole conseillées pour la boucle.


Commentaires difficultés

R1 pour l'aller-retour (aucune difficulté). R2 pour la boucle: passage hors trace pour la descente entre l'antécime et le fond du ravin sous les cabanes de Rest, nécessitant une certaine expérience du terrain "vierge" et de la recherche du meilleur itinéraire. Les indications chiffrées ci-dessus valent pour la boucle (pour l'aller-retour, voir l'itinéraire ci-dessous).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Rejoindre Colmars par la D 908, soit depuis Saint-André-les-Alpes au sud, soit depuis Barcelonnette au nord via le col d'Allos. Se garer sur le parking qui se trouve sous le Fort de Savoie à la sortie nord de Colmars (sur la gauche en venant du sud).


Situation




Sortie du 04-08-2016

Le plaisir de bartasser

Colmars

Toujours irrésistiblement attiré (aimanté ?) vers le Nord avec les sommets de rêve des Trois Evêchés, de l’Embrunais, de la Haute-Ubaye, du Queyras etc., j’en oublie qu’il y a aussi de merveilleux sommets à l’Est de Digne, notamment du côté du Verdon. Me voici donc parti à la découverte de l’Autapie, comme d’un délicieux apéritif avant des plats encore plus consistants, peut-être… Ici l’aller-retour semble s’imposer, mais mon amour immodéré des circuits me plonge des heures durant dans les moindres recoins de l’IGN… Et bingo, j’y trouve cette trace dans le ravin de Rest ! Reste à savoir comment y accéder, si possible, de là-haut. Sur la carte plusieurs hypothèses se dessinent, et finalement je décide… de décider une fois sur le terrain.

Il fait grand beau ce jeudi, mais dès le départ du Pont-Haut une chaleur lourde m’écrase… Vais-je tenir le coup dans ces conditions ? Un peu inquiet je m’engage tout de même dans les premiers lacets de la montée. C’est juste supportable en sous-bois, mais ça ne l’est plus en plein cagnard ! Par chance, ça va s’arranger au fur et à mesure que je gagne de l’altitude. Jusqu’à cette douce brise qui va venir me caresser à mi-pente et qui m’accompagnera jusqu’au sommet. Et c’est avec un grand plaisir (en plus de celui de la contemplation des myriades de sommets tout alentour) que je vais pouvoir me restaurer au cairn sommital en plein soleil (chose rarissime en ce qui me concerne !).

Je n’ai vu personne à la montée, excepté un petit groupe de "pros" croisé au-dessus du Col, dont la cheffe (on dit comme ça maintenant) me confirme que la belle croupe à gauche de l’antécime se descend sans difficulté, et qu’une fois rattrapé le sentier sous les cabanes, c’est du gâteau. Une fois rassasié de panoramas (et gavé de "touristes" montés là depuis le Seignus pour le pique-nique), je me lance dans le bartassage "au flair" depuis l’antécime jusqu’au fond du vallon, un petit régal en soi. Sur le flanc opposé broute paisiblement un gros troupeau de moutons, que je contourne de loin – risque de patous, mais non, rien... La suite se passe comme prévu, je découvre les deux cabanes de Rest sur ma droite, puis sans trop de mal le sentier sur le flanc opposé. Il m’enchante, ce sentier ! Pas convenable du tout, comme taillé à la serpe, il mène son train chaotique comme il l’entend, grimpe où il peut quand le ravin s’étrangle, redescend par ci par là quand ce dernier s’élargit…

L’enchantement cesse d’un coup à l’intersection du panneau "Les Coulettes" : c’est quoi ce truc ? Mot charmant peut-être mais introuvable sur ma carte… ce sentier file à gauche, en légère montée, pendant qu’un autre sentier descend à droite vers Chasse. Énervé par cette aberration, je prends bêtement le sentier de droite, mais finis par faire demi-tour, je ne tiens pas à me retrouver à Chasse ! Va donc pour les Coulettes (allusion aux filets d’eau qui par deux fois dévalent de la montagne à gauche et traversent la sente ?). Ce sentier-ci est à nouveau bien propre sur lui, la preuve : les traversées de robines sont impeccablement sécurisées… Quand il se décide enfin à descendre franchement, j’ai presque hâte d’en finir, tant il est parfait ! Et quand il finit par déboucher sur la route en amont de Villars-Colmars, je suis résigné : il ne me reste plus qu’à avaler le chemin jusqu’à Colmars. Mais au bout de dix minutes, un miracle va se produire : un panneau signale un sentier descendant à droite vers le torrent de Chasse, destination Villars-Colmars ; j’hésite à le prendre, mais tiens justement voici quelqu’un qui en remonte ; je l’interroge, il me répond qu’il vient de le descendre et qu’il n’a pas trouvé d’issue, donc il a fait demi-tour. Et vous, vous allez où me dit-il ? Ben, à Colmars... Eh bien moi j’y vais justement… avec ma voiture (une sorte de petit camping-car), si vous voulez je peux vous emmener ? Tiens donc ! Et c’est ainsi que cet aimable automobiliste-campeur m’a évité un dernier bout de route évidemment peu attrayant à pied, et que je me suis retrouvé en un éclair (ou presque) au parking de Colmars, où il ne me restait plus qu’à sauter dans ma petite voiture à moi. Yesssss !!!

Photos de la sortie


  • Horaire : 3h45
  • Dénivelé : 1240 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media