Salvaris depuis Saint Chamond (Izieux) en
boucle

Salvaris depuis Saint Chamond (Izieux) en
boucle

  • Altitude départ : 405
  • Altitude sommet : 1085
  • Dénivelé : 850
  • Distance : 15,5 km
  • Temps de montée : 2h15
  • Temps de descente : 2h15
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Jaune-blanc, marron-blanc ou points orange (parfois les 3 à la fois!). Pour le détail, voir l'itinéraire. Cet itinéraire emprunte en partie le sentier du "Tour du Parc".
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Du parking, remonter (sud) la route goudronnée le long des jardins, en laissant à droite la route et les maisons de Grange Badet, jusqu’à la dernière maison en haut de la pente qu’on laisse sur sa gauche. Là poursuivre (toujours plein sud) sur le chemin souvent rocheux du « Tour du Parc » qui suit (balisage jaune-blanc).
Le chemin monte dans les pâturages, traverse deux fois une route goudronnée (l'altitude indiquée est inexacte...) et se poursuit en face. Il pénètre progressivement en sous-bois. À un carrefour de chemins (point 715), continuer de niveau, en évitant tous les départs (croix multiples…) à droite, jusqu’aux abords du hameau de Chirat.
Sous le premier chalet, prendre à droite le chemin qui monte en épingle (panneau "Salvaris par Font Choreyre", nord) puis vire au sud-ouest. Au carrefour suivant, poursuivre dans cette même direction (à gauche). Rester sur le chemin montant en sous-bois, sud puis sud-ouest, en suivant scrupuleusement le balisage des points oranges ; au point 816, prendre le chemin de droite (celui de gauche nous servira pour la descente, bouclant ainsi la boucle...).
On débouche finalement à un point haut dégagé à 1054 m. Continuer 30m. à droite, puis obliquer en épingle à gauche (sud, pylône métallique rouge et blanc). On est alors au-dessus de Salvaris (en contrebas à droite). Pour y accéder, continuer jusqu'au bout du chemin. Puis au carrefour (panneau "Le Muret 1053m"), descendre sur environ 100m à droite, jusqu'au point 1040 (panneau "Le Muret 1040m"). Là, franchir la barrière métallique à droite et descendre à travers prés jusqu'à Salvaris (960m) sur une superbe et moelleuse sente herbeuse (enfin !).

A Salvaris, tourner à gauche devant la fontaine, passer devant l'auberge et continuer sur le chemin horizontal qui suit. A la 1ère bifurcation, laisser à droite le sentier (Tour du Parc) qui descend vers Rochetaillée, et poursuivre sur le chemin. A la bifurcation suivante (alt. 971), quitter le chemin pour le sentier qui monte à gauche. Vers 1085m (Le Devet, 1er point culminant de la rando), nouvelle bifurc., tourner à gauche sur la piste qui monte au nord, retrouver le poteau "Le Muret, 1040m" et la barrière métallique qu'on a franchie un peu plus tôt pour descendre à Salvaris. Remonter les 100m. en face, puis au panneau "Le Muret 1053m" prendre cette fois-ci à droite (nord-est) le chemin qui part comme indiqué en direction de la Roche de la Rivoire.


Attention, peu après, de ne pas descendre à droite le chemin (non balisé) qui plonge au sud-est... Il faut au contraire continuer dans la même direction nord-est en restant à peu près de niveau (balisage marron-blanc). On passe ainsi sans tarder au 2ème point culminant de la randonnée (1080 m.), et alors seulement on commence la descente, en gardant toujours la même direction générale. Avec un peu de chance (météo favorable), vous pourrez apercevoir distinctement dans le ciel, en face de vous, entre les pins… le Mont Blanc ! Le sentier bien caillouteux (on est dans le Pilat !) n’en continue pas moins de descendre assez raide (ne pas trop contempler le Mont Blanc en marchant !), toujours dans la même direction, en passant à gauche de la Roche de la Rivoire, puis du Crêt de la Chaume.


Au point 811, changement de direction : on oblique à gauche (sud-ouest, poteau) en direction du hameau de Péalussin, bien visible. Traverser Péalussin (nombreux chiens en liberté). À la sortie, prendre à gauche le chemin de terre qui remonte un peu (nord, balisage jaune-blanc), puis poursuivre toujours dans la même direction (y compris au carrefour suivant, sur le chemin horizontal en face), à peu près de niveau jusqu’au point 816, où on rejoint la voie de montée. Il ne reste plus dès lors qu’à continuer tranquillement la descente jusqu’au parking.


Précautions

Carte IGN utile


Commentaires difficultés

Aucune difficulté
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Saint-Etienne prendre la N88 direction Saint-Chamond, puis la première sortie (Izieux). Au centre d'Izieux (église) prendre la direction "Le Creux" puis un peu plus loin, à droite, "Grange Badet". Traverser ce lieu-dit (quelques maisons) puis descendre à gauche jusqu'au terre-plein (qui sert de parking) en bas des jardins ouvriers. De Saint-Chamond, traverser jusqu'à Izieux et à l'église suivre le parcours ci-dessus.


Situation




Sortie du 05-11

Non à l'hiver en octobre !

Voie de gauche bouchée

Après les massives et intempestives chutes de neige qui ont soudain plâtré voire bloqué notre région les 28 et 29 octobre, difficile de ne pas déprimer… L’hiver, oui, mais un 28 octobre, non ! Moi qui avais prévu de nouvelles randos-découvertes automnales pour novembre, voire début décembre… la perspective d’un interminable tunnel hivernal me met le moral à zéro.

Il m’a fallu quelques jours pour m’en remettre. En attendant que l’automne se réinstalle peu à peu, je me suis consolé dans un premier temps avec une mini-rando de 2h du côté de Chaponost, histoire d’aller voir enfin les fameuses arches (ruinées certes, mais quelles ruines grandioses !) de "mon" aqueduc romain du Gier, mais côté lyonnais cette fois-ci. Ce qui fut fait ce 4 novembre, par un temps de circonstance : juste ce qu’il faut de douceur et de brumes crépusculaires  pour cette plongée de 20 siècles dans notre passé. Après cette superbe mais pas vraiment sportive découverte, il m’a bien fallu renouer avec mes entrainements et mes dénivelés de proximité, préludes éventuels à de nouvelles randos dignes de ce nom.

J’ai donc commencé par un Izieux-Salvaris familier mais modeste (y compris en termes d’altitude, vu que je ne souhaitais pas patauger dans la neige) - itinéraire susceptible par ailleurs de nombreuses variantes selon l’inspiration du moment. Parti vers 8h30 de tout en bas (410m, derrière la piscine), j’ai commencé ma montée habituelle bien au frais, dans les brumes matinales qui se sont peu à peu dissipées. Dès l’entrée en sous-bois, j’ai pu vérifier les dégâts considérables et attendus (c’est pareil à Saint-Etienne !) que la neige trop précoce a causés aux feuillus, encore intacts en cette fin octobre : beaucoup d’arbres (dont de nombreux chênes) ont cassé net sous le poids de la neige, et encombrent le chemin tout au long de mon itinéraire, m’obligeant à de fréquentes "sorties de route"… Impossible par exemple, à la bifurcation 850, de m’engager directement dans la voie de gauche (ma préférée) qui mène tout droit au si bucolique chemin de crête du Grand Plâtre : elle est complètement bouchée. J’y accède quand même par un petit détour, mais c’est pour constater aussitôt que mon petit chemin est devenu méconnaissable (il a doublé de largeur !), c’est maintenant une immense piste qui vient d'être creusée à coup de bulldozers pour laisser passer les monstrueux engins de transport des grumes…

Ce n’est qu’au croisement suivant que je retrouve avec soulagement mon chemin dans ses dimensions habituelles. La neige, elle, n’apparait que vers 900m, au tout début de la clairière du déco. Je m’étais promis de ne plus monter directement le long de ce dernier, vu que l’ancien raide chemin qui longeait cette clairière droit dans la pente est de plus en plus encombré, au point de disparaître complètement dans sa moitié supérieure, envahie de ronces. Mais malgré ses quelques plaques de neige par ci par là, il me tente encore, allez j’y vais. Évidemment c’est la galère, une fois de plus, tant pis pour moi. Arrivé en haut je tourne à droite et croise un individu avec une tronçonneuse sous le bras juste sous le panneau du déco (???). Puis petit aller/retour rituel à gauche à mon point haut favori (1085m), sans doute une ancienne plateforme d’un pylône aujourd’hui déplacé, d’où la vue est superbe sur les Monts du Lyonnais et du Forez.

Mais il est déjà 11h45, je commence donc ma mini-boucle vers Salvaris par le chemin à découvert qui file à gauche au carrefour de pistes 1054. Mais je coupe presque aussitôt à droite (petit passage sous les barbelés), à travers les pâturages labourés par les sangliers, pour rejoindre au plus vite, en-dessous, l’agréable chemin classique qui mène à Salvaris, avec ses vues plongeantes sur Saint-Etienne. Arrivé là, je constate une fois de plus que la fontaine du bel abreuvoir ne coule plus : qui peut bien avoir intérêt à couper l’eau qui jusqu’à ces dernières années y coulait abondamment été comme hiver ? Je poursuis ensuite sur le bout de route jusqu’au débouché des pistes, à droite vers 955m, où je m’engage sur celle qui remonte en sous-bois jusqu’au carrefour 1054 (mini-boucle bouclée).

Il ne me reste plus qu’à entamer la descente vers Izieux en restant cette fois-ci de bout en bout (à part un bref raccourci perso en sous-bois au-dessus de Chirat…) sur le chemin balisé (marques orange). Ce sera rapide, et je serai de retour à mon petit parking un peu avant 13h. Dans 20 minutes, je pourrai mettre les pieds sous la table à Sainté pour le déjeuner royal du jour…

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h20
  • Dénivelé : 800 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
07-12-2017

Sortir !

1 Geoffroy Rémi
18-03-2016

L'appât

5 Geoffroy Rémi
29-05-2013

Pour ma 3ème rando sur mon "nouvel" itinéraire du Pilat (un peu rall...

Geoffroy Rémi
04-04-2013

Comme prévu et promis, me voilà donc pour la deuxième fois sur mon...

9 Geoffroy Rémi
22-03-2013

Encore convalescent après une bronchite pénible (merci à celui qui...

Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media