Roche des Béraudes par les chalets de Laval
et le col des Béraudes

Roche des Béraudes par les chalets de Laval
et le col des Béraudes

  • Altitude départ : 2030
  • Altitude sommet : 2895
  • Dénivelé : 865
  • Distance : 8 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 2h00
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Du parking au lac : jaune Du lac au col : rouge
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking, suivre la piste quise dirige vers la refuge des Drayères. Après 100 mètres, , prendre à gauche et traverser la Clarée sur le pont du Moutet, panneau lac des Béraudes.
A une intersection, prendre le sentier de. Au replat au sortir de la forêt, traverser le ruisseau du Moutet et poursuivre en rive.
Traverser une deuxième fois le ruisseau et continuer sur les lacets jusqu'au lac.
Remonter le sentier qui s’élève à gauche du lac dans les éboulis, ou le contourner par la droite. Les deux itinéraires se rejoignent. Poursuivre sur le sentier au pied de la Roche des Béraudes en suivant les cairns pour atteindre le col des Béraudes.
Du col, prendre à gauche, une trace sur l’arête nord-ouest de la Roche des Béraudes.
Un premier ressaut, se contourne par la gauche, versant Béraudes.
On arrive assez vite à proximité du sommet, rocheux, que l’on contourne par la droite, versant Ponsonnière.
Revenir sur l’arête et gravir, par une courte escalade, le sommet par son arête sud-est.
Du sommet redescendre au pied du ressaut sommital et continuer l’arête en direction du sud-est. Après un passage horizontal, on contourne un ressaut rocheux par la par la gauche, pour arriver sur une épaule herbeuse, en balcon sur la combe du lac Rouge.

Retour
Par le même itinéraire.
A voir sur le web

Commentaires difficultés

Arête finale parfois aérienne
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Briançon, Névache, continuer la route goudronnée jusqu’au parking des chalets de Laval.


Situation




Sortie du 15-10-2012

Ascension du 07/09/2012

Désirant visiter ce magnifique lac, je suis parti avec l’intention, une fois au col des Béraudes, de redescendre de l’autre côté, en versant Ponsonnière et de faire l’ascension, soit de la Tête de la Cassille (3069m), soit du Pic de la Moulinière (3073m).

Celui qui allait m’inspirer le plus.

Mais, aucun des deux ne m’a inspiré !

Le Pic de la Moulinière, c’est un raide couloir d’éboulis, sans traces, d’environ 320 mètres avec des pentes de l’ordre de 40°.

La Tête de la Cassille, c’est encore pire. Il faut redescendre à 2600m, pour remonter ensuite un couloir d’éboulis, sans traces, lui aussi avec des passages à 40° et une petite barre rocheuse à franchir.

Un peu refroidi, je fais l’ascension de la Roche des Béraude, où là, je vois une trace.

Ascension courte, assez plaisante avec ses petits passages rocheux.

Du sommet, la trace se poursuivant, j’arrive sur une épaule qui surplombe la combe du lac Rouge.

Le lac est bien maigre et divisé en deux flaques. J’ai beau scruté la combe aux jumelles, je ne vois pas de trace du glacier qui est réapparu. Peut-être est t-il de nouveau enfoui sous sa couverture d’éboulis.

Je redescends pour casser la croûte au bord du lac des Béraudes et parler avec les pêcheurs que j’ai vu le matin montant.

Les poissons ne sont pas gros : il n’y a pas beaucoup de nourriture dans ce lac.

Le lac est à - 3m par rapport à sa cote maximale. Il paraît que c’est normal. Il en est ainsi chaque année. Le lac est plein après la fonte des neige. Reste une belle couleur menthe et un cirque magnifique avec la face sud tourmentée de la Pointe des Cerces.

Parti à l’aube, j’ai assisté au magique lever du Soleil. Je redescends donc en début d’après-midi, dans cette magnifique vallée de la Clarée, toute illuminée par le Soleil.


  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 865 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media