Crêt de l'Oeillon et Crêt de Botte en circuit
depuis le hameau des Scies

Crêt de l'Oeillon et Crêt de Botte en circuit
depuis le hameau des Scies

  • Altitude départ : 745
  • Altitude sommet : 1364
  • Dénivelé : 691
  • Distance : 9,5 Km km
  • Temps de montée : 4h00
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Balisage : Aucun
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking dans le virage, prendre la petite route qui part au sud-est en traversant le hameau. Après la dernière habitation, qui est sur la gauche, la route n’est plus revêtue.

Prendre le chemin qui longe le ruisseau. On le traverse et on le retraverse. On laisse un chemin partir à gauche.

Plus haut, on rencontre une bifurcation avec deux larges chemins. Prendre la branche de gauche.

Le chemin, qui montait plein nord, va prendre une direction sud, pour arriver sur une large piste d’exploitation venant du Planil.

Traverser la piste et prendre tout de suite, un chemin montant dans une forêt clairsemée.

A partir d’ici, l’itinéraire devient complexe à décrire, tant les pistes et chemins se croisent.

On rencontre une bifurcation, prendre à gauche. Plus loin, le chemin devient herbeux, on rencontre une autre bifurcation, prendre à droite. Puis une autre, prendre à gauche.

On va encore rencontrer plusieurs croisements. Il faut passer sous le Crêt de l’Œillon, bien visible, pour atteindre le Collet de l’Œillon, entre le Crêt de Botte et le Crêt de l’Œillon.

Atteindre le Crêt de l’Œillon par le sentier bien évident.

De toute manière, si on se trompe, tous les chemins finissent par arriver sur la crête d'où il est facile de se repérer.

Redescendre au Collet de l’Œillon et gravir le Crêt de Botte (1391m) par la route.

Longer la clôture vers l’ouest et descendre au Col de Botte, à 1342m.

Prendre le chemin qui descend au nord-est, panneau la Jasserie. On arrive dans un virage en épingle. Quitter le sentier, pour prendre au nord-est, une sente qui se dirige vers les ruines de la ferme de Botte.

Dépasser les ruines et prendre une sente qui rejoint un chemin. On arrive sur la piste d’exploitation venant du Planil. Prendre cette piste à gauche, sur environ 1Km. La piste fait une courbe, dans un petit vallon occupé par un ruisseau. Quitter la piste, pour prendre, avant le ruisseau, un chemin qui descend en rive droite.

On arrive sur un replat. Prendre le chemin de droite, qui descend pour traverser un ruisseau à gué. Continuer le chemin qui passe devant le séquoia géant et arrive au hameau des Scies.

A voir sur le web

Commentaires difficultés

Orientation. Versant nord-ouest du Pilat, sauvage et non balisé.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De la Grand-Croix, village de la Vallée du Gier, on remonte la petite vallée du Dorlay. On passe à St-Paul-en-Jarez et on continue jusqu’à la Terrasse-sur-Dorlay. Dans le village, prendre une route droite en direction de Doizieux et de la Croix du Collet (panneau). On passe sous la digue du Barrage du Dorlay. Au niveau du barrage, prendre à gauche la direction de la Croix du Collet (panneau). On traverse St-Just-en-Doizieux. La route monte, redescend et passe devant une scierie. Se garer dans le virage en épingle, 300m plus loin, avant le pont qui franchit le ruisseau. Panneau les Scies sur le mur du gîte rural, au-delà du pont.


Situation




Sortie du 16-04-2012

Le versant nord-ouest du Pilat

Ce versant du Pilat est particulièrement sauvage. Dans l’ombre une grande partie de la journée, surtout entre le solstice d’hiver et celui d’été, il est austère.

La grande tempête de décembre 1999, a gravement endommagé la forêt. Aujourd’hui, tout est replanté. Mais pour évacuer le chablis, moult pistes ont été tracées (voir la photo satellite), mais peu sont pratiques pour les randonneurs. Beaucoup ne sont pas (ou mal) représentées sur la carte IGN. Toutefois, cette carte est indispensable.

Aucun balisage sur cet itinéraire. Ce n’est pas du terrain d’aventure, on ne peut pas se perdre véritablement, il suffit de monter pour atteindre la coursière de crête, mais la randonnée possède un certain piquant.

Pour tout dire, je suis monté quatre fois, avec le même point de départ, et j’ai atteint la crête en quatre endroits différents !

Faute d’entretien, le ruisseau, a parfois tendance à déborder sur le chemin. De bonnes chaussures sont indispensables.


La randonnée

Cette randonnée dans le sauvage versant du Dorlay, est l’une des plus sauvages du Pilat. Que ce soit en semaine ou le week-end, je ne rencontre jamais personne !

Les itinéraires sont de toute beauté. On commence par remonter une profonde forêt, puis des reboisements récents, le paysage devenant de plus en plus lumineux.

Sous les crêtes, toutes les parcelles n’ont pas été nettoyées après la grande tempête de décembre 1999. C’est un mélange d’arbres poussant spontanément, d’arbres morts et de landes.

L’arrivée sur les Crêtes du Pilat est toujours un grand moment si la journée est lumineuse.

En ce 25 mars, les Alpes se cachaient derrière une brume laiteuse. cependant l’impression d’émerger des profondeurs reste la même quand on regarde la vallée et que l’on se dit : "je viens de tout en bas".

L’ascension des deux crêts, met en lumière l’immensité du paysage.

Arrivé au Col de Botte, il faut replonger. Le même mélange de landes, de troncs morts et de jeunes arbres. Puis la forêt profonde. Enfin, vers le fond de la vallée, de nouveau une plantation récente avec le séquoia géant, planté en 1900, qui a résisté à la tempête et qui se dresse très haut.

Plus de précisions, avec photos fléchées : http://www.altituderando.com/sortie511


  • Horaire : 4h00
  • Dénivelé : 691 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media