Mont Pelat depuis Saint Pierre d'Albigny


Mont Pelat depuis Saint Pierre d'Albigny

  • Altitude départ : 581
  • Altitude sommet : 1543
  • Dénivelé : 962
  • Distance : ? km
  • Temps de montée : 2h
  • Temps de descente : 40min
  • Orientation : Sud
  • Balisage : jaune sur font vert
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Prendre la piste indiqué " Les Martyrs de la Frasse". arrivée à un grand replat (830m), une première patte d'oie, prendre le chemin plus étroit de gauche puis une centaine de mètre plus loin à un autre carrefour, celui de droite en bien meilleur état.

Remonter encore longuement le versant ombragé sans trop de virages jusqu'au fond du vallon. Puis par une dernière pente ensoleillée et quelques lacets, atteindre le col de la Sciaz (1338m) au milieu de la forêt. Vous aurez ici une petite indication du vent local.

A la croix du col de la Sciaz, prendre plein nord et remonter la piste de ski par un large chemin jusqu'au sommet.

Précautions

Pas de source sur le parcours...


Commentaires difficultés

Déco vraiment facile. L'attéro proche du départ du chemin est assez technique, en contre pente. On peut se poser un peu plus bas ou à l'attéro de Montlambert, ce qui nécessite une autre voiture
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

se rendre à St pierre d'Albigny, prendre la route menant au hameau du Péchet puis les Garniers. Continuer la route jusqu'au bout du goudron, proche de la Fésanne. La piste débute au bout de la route goudronnée.


Situation




Sortie du 06-05

Le ciel des Bauges

Changement de programme au dernier moment, alors que je sors de la maison c'est tout sombre au Sud alors qu'au Nord le ciel est parfaitement lumineux, le projet Matheysin est donc abandonné au profit d'une destination plus septentrionale, c'est vers les Bauges et plus particulièrement le Mont Morbié que je roule maintenant.

Le soleil illumine la vallée d'une chaude lumière, marcher dans cette nature maintenant exubérante est un plaisir à consommer sans modération. Les feuilles sèches craquent sous mes pas, le coucou tente d'imposer son chant monotone, ce qui n'est pas du goût des merles moqueurs qui lui répondent dans des variations mélodiques surprenantes. La marche a des vertus insoupçonnées, comme l'introspection... réfléchir à la vie, aux choix décisifs et à la beauté du monde, le programme est riche et toutes les balades des Alpes ne suffiraient pas à épuiser tous les questionnements en quête de réponses.

Bref cette philosophie de comptoir ne saurait me détourner de mon objectif, décoller du sommet ! En arrivant sur l'antecime la chose est acquise, ça devrait être bon pour un retour par les airs. Pourtant les derniers mètres qui me séparent du sommet vont changer la donne, un bon vent de sud-est balaye la pente terminale. Si la brise est parfaitement orientée, sa force n'en demeure pas moins puissante. J'étale la voile et en démêlant les suspentes, j'écoute le sifflement inquiétant du vent dans les ficelles. Le décollage est énergique, sitôt les caissons au vent, l'air s'y engouffre et gonfle instantanément la voile qui monte à la verticale sans se soucier du poids de ma grande carcasse. Je monte certes, mais ça n'avance pas ! Comme un papillon planté sur le tableau d'un lepidoptérophile, je reste au dessus du sommet, cette situation n'a rien de rassurant, finalement en accélérant un peu, la voile avance dans le lit du vent.

Mais rien n'est gagné, sitôt suis-je sorti du dynamique qu'une lente descente s'est amorcée. La lisière de la forêt approche lentement et avec elle une crainte mêlée d'angoisses... je vais finir dans les arbres ? Finalement l'influence néfaste du fort vent météo devient secondaire et la voile se met à pénétrer, reprenant alors une vitesse rassurante. Après ce début de vol anxiogène, la suite n'aura été qu'une cavalcade de thermique en thermique. L'atterrissage sur mon terrain secret aura lui aussi été un peu périlleux, comme il est en pleine pente, il est traversé de rafales désorganisées. C'est la roulette russe malgré la flamme installée ce matin, elle gigote dans toutes les directions. Alors que j'allais faire un cratère vent de cul, une brusque rafale me ralentit au tout dernier moment pour me déposer presque comme une fleur. Et dieu sait combien elles sont maintenant nombreuses au milieu du champ. Un petit troupeau de génisses assistent au spectacle, mais elles sont déçues de ne pas avoir droit à la culbute de l'artiste volant !


  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 1000 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
14-01

Toujours plus haut

1 Michel Pila
08-04-2017

Décollage au milieu des crocus

5 Michel Pila
19-03-2016

Les montagnes russes

3 Michel Pila
23-12-2015

Une belle petite sortie même si je ne pensais vraiment pas redescendr...

Michel Pila
19-12-2015

Dédicace à Michel

Anny
07-12-2015

Profitant de ce temps incroyablement beau et d'une relative améliorat...

Michel Pila
29-08-2015

Reprise dans les Alpes

3 Michel Pila
16-11-2014

Prendre un but !

7 Michel Pila
08-05-2014

J'aime bien quand un plan se déroule sans accro. Aujourd'hui est u...

6 Michel Pila
28-11-2013

beau vol avec une montée magnifique dans 30 de fraiche au sommet...

norman bideau
16-03-2013

En arrivant sur le parking à coté du terrain d'atterrissage, la bell...

8 Michel Pila
09-11-2012

Après un petit intermède familial délicieux au bord de la Méditerr...

5 Michel Pila
20-10-2012

...

5 Bipbip
13-10-2012

Un petit incident de vol qui aurait pu mal finir..... Ce matin je m...

4 Michel Pila
22-10-2011

La brume froide et visqueuse est restée au fond de la vallée de l'Is...

11 Michel Pila
25-03-2011

Peut-être par excès de prudence – bien que les enregistrements mat...

10 Michel Pila
19-02-2011

Je ne sais pas si j'aurais fait cette sortie (que Véro avait repéré...

10 Michel Pila
12-02-2011

Belle rando, les 3/4 dans la forêt. Lorsque l'on débouche au sommet...

3 Marc Billat

Identification

( ) bivouak.net

Social Media