Le Merlu (Montagne d'Angèle) depuis le Col
Lescou (Gumiane)

Le Merlu (Montagne d'Angèle) depuis le Col
Lescou (Gumiane)

  • Altitude départ : 829
  • Altitude sommet : 1606
  • Dénivelé : 860
  • Distance : 13 km
  • Temps de montée : 1h40
  • Temps de descente : 1h10
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : Aucun sauf quelques cairns, mais chemins et sentiers bien tracés.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Emprunter le large chemin visible depuis la route qui s'élève vers le sud. Il s'élève en pente assez forte puis continue à gauche vers une bergerie à moitié en ruine(1029m)
Passer devant le bâtiment et poursuivre sur un sentier qui monte légèrement sur la gauche, traverse un thalweg et finit de traverser la zone boisée par une pente qui se raidit.,
On arrive alors sur les pelouses sommitales et le sommet du Merlu se découvre.
Progresser alors à vue de façon évidente. On arrive alors à un espèce de pylône triangulaire, le sommet est en gros 25m plus loin (point géodésique)
On peut ensuite poursuivre le long de la crête vers l'est jusqu'au rocher de l'Esqueyron en passant par la grande brèche et la petite brèche jusqu'à un point coté 1602m.
Pour info : c'est le cheminement compris entre le sommet du Merlu (1606m) et le point coté 1602m à l'est qui est interdit.
Toutes les pancartes posées par le propriétaire en dehors de cette zone le sont à titre dissuasif, la montée depuis le Col Lescou jusqu'au pylône triangulaire (25m du sommet) n'est en AUCUN CAS interdite.
Sur la carte IGN on voit très bien les limites de communes qui passent aux deux bouts de la crête d'Angèle.
Panorama intéressant sur le sud Vercors, le Dévoluy, le Ventoux. Par chance on distinguera peut-être la ligne plate de l'étang de Berre.
Redescendre par le même itinéraire pour retourner au col Lescou.
Il y a probablement une variante (interdite) de descente par le rocher de l'Esqueyron. Ça semble passer en étudiant la carte.

Précautions

Précautions d'usage au bord des falaises en cas de brouillard. La montagne d'Angèle est interdite à tous les randonneurs, l'accès se fait après demande écrite au propriétaire des lieux (plus de détails en commentaires) Éviter la période d'estive (fin mai à fin octobre).


Commentaires difficultés

Aucune, tracé évident.

Commentaires

JeunouKiKrak
19-01-2011 20:26:39


Citation:on pourrait peut-être le faire avec un peu plus de respect, en demandant tout simplement l'autorisation :? Complétement d'accord avec ce bon usage civiques, sauf que les remontées de gens qui l'ont fait indiquent qu'ils se sont vus refuser l'accès dans 80% des cas, quand bien même ils ont eu droit à une réponse à leur courrier. Éviter la période d'estive (et les patous qui de l'aveu de certains bergers sont moins dissuasifs du fait que les loups commencent à opérer en meute) me semble être une solution médiane. La Drôme est vaste certes, mais ce phénomène d'interdiction (pour ne pas dire de radicalisation) s'étend. Effectivement la question de l'économie (et de la survie) des habitants de ces zones montagneuses se pose, mais est-elle bien posée ? Les positions et attitudes extrémistes d'un coté comme de l'autre n'amènent rien, si ce n'est des malentendus, sinon des conflits. L'histoire est là pour nous le démontrer. :cry:

scal
19-01-2011 00:05:13

Olivier C.
L'interdiction de passage en zone de montagne est discutable, une servitude peut souvent être invoquée.
le texte définit des servitudes assez précises ( enclaves, passages d'utilité publique, domaines skiables, rivages ) mais il me semble que pour le randonneur il évoque plutôt le principe d'une tolérance de circuler en terrain privé:
Citation: L'instauration d'une servitude au profit des randonneurs constitue l'une des craintes souvent manifestées par les propriétaires. Une convention peut être conclue entre les associations de randonnées et des propriétaires privés ; un modèle de convention, élaboré par la FFRP-GNSGR, dispose que « l'accès à travers le domaine n'entraînera aucun droit de passage quelconque et ne présentera aucun des caractères qui seraient nécessaires pour la création d'une servitude ». En tout état de cause, le passage constituant seulement un acte de tolérance exercé avec la permission, expresse ou tacite, du propriétaire du fonds, entache la possession de précarité, qui ne peut fonder une prescription acquisitive de servitude. pour Angèle, il s'agit moins d'une interdiction pure et dure que d'une autorisation préalable des propriétaires ; certains d'entre-eux ont exprimé sur internet les motivations de leur décision bien qu'actuellement une sorte de chantage à la sécurité du randonneur ( dangerosité des patous ) s'opère comme moyen de pression sur les pouvoirs publics, on pourrait quand même essayer de comprendre les difficultés de cette économie de montagne alors oui c'est contraignant de ne pouvoir circuler comme on veut où on veut, oui c'est inquiétant de voir des espaces se fermer à notre pratique et je ne tiens absolument pas à ce que cela se généralise, mais la Drôme est vaste, et si vraiment il s'agit de " marcher sur Angèle " on pourrait peut-être le faire avec un peu plus de respect, en demandant tout simplement l'autorisation


JeunouKiKrak
18-01-2011 18:49:43

Intéressant ce lien.:wink: Cela rejoint la situation et le comportement à adopter sur le terrain. Dans le cas qui nous intéresse : * La limite de propriété n'est pas matérialisée (pas de clôture ou autres). * On ne fait que passer sans apporter de dégradation. D'autre part la crête qui est empruntée se trouve à environ 2 kms de l'habitation. * Les panneaux d'interdiction hors de la propriété (dont l'un sur un chemin supposé comme communal) sont donc abusifs. * Les références faites au N° de randonnées du conseil général sont elles aussi erronées (abusives) dans la mesure ou le CG ne balise, ni n'entretient plus ces itinéraires. J'ai lancé ce fil car beaucoup de randonneurs hésitent à aller là-haut, ceux qui ont eu affaire à cette personne en gardant un souvenir désagréable (pas sympa du tout). Je finirai en recommandant simplement de ne pas y aller en période d'estive, les bergers et éleveurs dromois n'étant pas (en ce moment) particulièrement favorables aux randonneurs. Dommage pour les touristes ! Sinon ne pas hésiter, car c'est une belle montagne ! Merci beaucoup de ta réponse.


Olivier C.
18-01-2011 12:28:36

L'interdiction de passage en zone de montagne est discutable, une servitude peut souvent être invoquée. Voir l'article L 342-20 du Code du tourisme: http://carrefourlocal.senat.fr/vie_locale/cas_pratiques/servitudes_de_passage_pesant_/index.html


JeunouKiKrak
14-01-2011 18:43:36

La montagne d'Angèle est interdite aux randonneurs. Pour y aller il est nécessaire de demander une autorisation par courrier au propriétaire (voir l'adresse sur les photos du topo). Il convient de relativiser : 1) Ce monsieur n'est pas propriétaire du terrain par lequel passe l'itinéraire du col Lescou (face nord-ouest) jusqu'au pylône précèdent le sommet. La pancarte se trouvant donc au départ de l'itinéraire au col Lescou est limite abusive (commune de Gumiane) 2) Il est par contre propriétaire de la crête entre le Merlu (1606m) et le Rocher d'Esqueyron ainsi que de toute la face SUD de la montagne (commune de Chaudebonne), mais rien n'est matérialisé par rapport aux limites de cette propriété. 3) En évitant les périodes d'estive des ovins, la crête est tranquille (et praticable) car masquée des habitations et bergeries se trouvant sur la face sud. Il faut aussi comprendre que cette personne s'est retrouvée mise en procès par un randonneur (qui était avec son chien) qui a été blessé par un chien de berger. Ceci explique cela ...


0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Crest -> Saou -> Bourdeaux -> Bouviéres -> D335 jusqu'au Col Lescou ou Die -> Vercheny -> Saint Nazaire le désert -> D335 jusqu'au Col Lescou


Situation




Sortie du 13-01-2016

Pagnol et Giono m'inspirent

L'alpage et la monte finale.

Angèle c'est un film de Pagnol d'après un écrit de Giono ...
Angèle c'est le culmen de la Drôme provençale ...
C'est aussi une montagne avec une face nord austère et rocheuse et un versant sud qui est un immense alpage.
C'est aussi un endroit sujet à polémiques et c'est bien dommage avec un aussi joli nom.
La montée vers le versant nord-ouest à cette époque de l'année, c'est la quasi assurance de ne voir personne et aussi de ne pas être vu.
5 ans jour pour jour après la première visite, il me reprend une envie de monter là-haut.
1 degré au thermomètre au Col Lescou et le mistral avec de belles rafales en haut histoire de tester l'effet "windchill" : doudoune, cagoule, gants et tout l'attirail hivernal de rigueur une fois parvenu dans l'alpage final.
Pas question de traîner là-haut non plus, il n'y a aucun endroit où s'abriter.
Mais qu'il est beau ce grand alpage désert en cette saison !
Et la vue panoramique porte loin, ce qui permet de voir que les Alpes du sud ont bien blanchi.
Les quelques centimètres de neige fraichement tombés ne gênent en rien la progression sur un sentier bien tracé et bien cairné.
Une petite plongée dans l'hiver (à mi parcours de l'hiver météo) avant de retrouver des amandiers déja en fleurs (?!) dans la vallée du Rhône.

Photos de la sortie


  • Horaire : 1h25
  • Dénivelé : 875 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
13-01-2011

Angèle : joli nom pour une montagne interdite ... Montée tranquille...

9 JeunouKiKrak

Identification

( ) bivouak.net

Social Media