Levanna Occidentale par le Col des Pariotes,
depuis l'Ecot

Levanna Occidentale par le Col des Pariotes,
depuis l'Ecot

  • Altitude départ : 2020
  • Altitude sommet : 3593
  • Dénivelé : 1600
  • Temps de montée : 5h30
  • Temps de descente : 5h (pauses comprises)
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Montée:
Du parking de l'Ecot, prendre la piste direction "Sources de l'Arc/La Duis". À partir du lieu dit "La Duis", continuer le sentier qui longe l'Arc puis remonte plus sévèrement en direction des sources de l'Arc. On reste toujours avec l'Arc à main droite.
Vers 2600m, on arrive sur un plateau, d'où l'on peut voir, à gauche, la zone du col des Pariotes. Ainsi quitter le sentier vers la gauche en traversant le plateau (herbeux et rocheux). On peut observer que l'accès au col des Pariotes est défendu par une barre rocheuse, qui se contourne par la gauche (cela semble aussi possible de contourner par la droite, mais il y avait visiblement plus d'éboulis, alors que sur la gauche les névés étaient encore bien présents).
On arrive au col, 3034m.
Du col, traverser en face sur le glacier de Derrière les Lacs, vers la droite, en remontant les pentes du glacier vers le fond de son cirque. Puis par des pentes plus fortes, en dévers, prendre une langue glacière/névés rejoignant l'arête ouest vers 3300m.
La suite est à voir selon les conditions, les nôtres étaient en neige :
De ce point, remonter l'arête Ouest, légèrement en contrebas (versant Nord) de manière à rejoindre l'arête Nord (vue plongeante sur le glacier du Nel en Italie). Poursuivre la remontée de l'arête nord, vers le ressaut final, qui s'escalade également sans difficultés.

Descente:
Redescendre par le même itinéraire qu'à la montée jusqu'aux abords du col des Pariotes. L'itinéraire pour descendre au refuge Carro reste globalement sur la gauche pour éviter le verrou, mais ne va tout de même pas sur les pentes de l'Ouille des Pariotes (quelques cairns).
Traverser une zone de névés sur un plateau en direction du refuge du Carro, puis, par un système de moraines et de névés, on contourne par la gauche les falaises du socle du glacier vers le 1er lac, puis on remonte vers le refuge.
Du refuge, on emprunte ensuite le sentier vers l'Ecot.

Précautions

Piolet-crampons et petite corde. Selon les conditions, l'itinéraire est certainement à adapter. Attention tout de même à l'altitude ...


Commentaires difficultés

Longue randonnée alpine qui peut nécessiter l'utilisation de crampons-piolet selon les conditions. Petite corde conseillée, le petit glacier est très peu crevassé. L'orientation par beau temps est évidente, même si cela ne suit pas un balisage.

Commentaires

babas38
17-07-2010 21:28:16

Olivier C.
le R5 correspond à une rando pouvant comporter un passage glaciaire ou rocheux (I à II ?) mais pas à une course d'alpinisme même F car si la frontière entre les 2 activités sera toujours difficile à établir, il est évident que chacun en connaît les différences.
Pas si évident que cela, car des rando sur bivouak, sont aussi présenté comme des courses cotées F sur C2C (et il n'y en a pas qu'une: http://www.camptocamp.org/routes/55664/fr/neron-traversee-s-n-des-aretes concernant le matériel, il est évident qu'il faut savoir utiliser a minima le matériel que l'on prend, mais cela ne veut pas dire que parce qu'on prend du matériel, il faut l'utiliser. Cela dépend aussi des conditions que l'on rencontre (surtout sur la neige!). Sur des parties glaciaires, les skieurs de rando ne sont pas forcément encordés. La lévanna est d'ailleurs un exemple (quand c'est en neige jusqu'au sommet, la partie glaciaire (étant déjà très réduite) ne se distingue pas du tout des névés, le risque de chute en crevasse est quasi inexistant, pas plus que celui de prendre une pierre sur le coin de la figure ... Le R5 a l'avantage de dire clairement au randonneur, qu'il faut qu'il envisage peut-être du matériel ...quitte à l'utiliser au non

Olivier C.
17-07-2010 11:23:38

montagne-a-vaches
Bon plus sérieusement, la difficulté et l'exposition sont pas dissociés dans les cotations de C2C ? (ou alors j'ai mal vu)
Ah si, en alpinisme, il ya une double entrée: difficulté globale et échelle d'engagement. A moins que tu évoquais la rando mais comme la discussion s'orientait vers l'alpi... Je pense que dans l'esprit Bivouak, le R5 correspond à une rando pouvant comporter un passage glaciaire ou rocheux (I à II ?) mais pas à une course d'alpinisme même F car si la frontière entre les 2 activités sera toujours difficile à établir, il est évident que chacun en connaît les différences. Et il ne suffit pas d'emmener un piolet ou une corde, encore faut il savoir s'en servir. Surtout qu'une simple corde ne suffit pas, il faut au minimum un baudrier et en principe sangles, mousquetons... La limite de la rando, variable selon le niveau des pratiquants, semble donc être atteinte dès que l'usage de ce matériel s'avère nécessaire.


montagne-a-vaches
16-07-2010 23:01:09


Citation:une cotation plus étendue permettrait à chacun de mieux s'y retrouver Olaaa oh ! chaque chose en son temps ! Cette année on a eu un super viewer de photos... alors pour la clarification des cotations dont on parle depuis quelques années, ben va encore falloir attendre quelques années...!!! :P Bon plus sérieusement, la difficulté et l'exposition sont pas dissociés dans les cotations de C2C ? (ou alors j'ai mal vu)


poyo
16-07-2010 17:51:47

Sujet passionnant que celui ci... Pour ma part je milite pour cet "élargissement". Pourquoi rejeter des randos qui soient glacières, rocheuses... juste par le fait qu'elles nécessitent parfois un équipement adéquat ? Comme dit plus haut, n'est il pas plus sûr de pratiquer la montagne avec un bout de corde, un piolet ou avec une paire de crampons que de déambuler sur des sentes herbeuses exposées ? Quitte à me répéter (anciens sujets similaires), pour ces randos sortant un peu de l'ordinaire, une cotation plus étendue permettrait à chacun de mieux s'y retrouver (difficulté réelle, exposition... comme ce qui se fait chez nos confrères de C2C). Le R5 ne serait plus un "fourre tout" auquel on fait appel dès qu'un névé, un méchant passage, une exposition marquée... se pointe sur le trajet...


Rafaël Rodon
13-07-2010 20:42:43

montagne-a-vaches
Bon alors si le R5 n'avait rien à faire sur bivouak et bien...il n'y serait pas !!!! Si les concepteurs l'y ont mis c'est qu'ils avaient une vision un peu plus "large" de la rando et de la pratique de la montagne en général. Pour le reste, tout a été dit !
Exactement. Et puis au moins on prend consience du danger de certaine randos bien estampillé RANDO.


montagne-a-vaches
13-07-2010 20:05:55

Olalalaaa...!!!! une véritable crise existencielle de Bivouak et Luc qui est parti s'acheter un pull en laine de lama à la Paz... Bon alors si le R5 n'avait rien à faire sur bivouak et bien...il n'y serait pas !!!! Si les concepteurs l'y ont mis c'est qu'ils avaient une vision un peu plus "large" de la rando et de la pratique de la montagne en général. Pour le reste, tout a été dit !


Olivier C.
13-07-2010 19:43:09

C'est sûr que si on s'en tient à la définition du R5, on peut rentrer un paquet de courses glaciaires mais ces courses nécessitent la connaissance de techniques d'alpinisme (assurage statique, dynamique, sauvetage en crevasses...), font elles partie du bagage du randonneur ? La question serait donc: le R5 a t'il sa place sur Bivouak ?


Rafaël Rodon
13-07-2010 19:11:54

C'est pourtant clair. R5 : Randonnée s'apparentant à de l'alpinisme facile. Progression sur glacier, usage de la corde, de piolet/crampons, passage très exposé, escalade facile... après tout le reste c'est du blabla. Vous ne trouverez pas la limite entre la rando et l'alpi.... elle n'existe pas. Il y a presque autant de façons de pratiquer la montagne que de montagnard, on ne va pas donner un nom à chaque pratique. bref bonne sortie à tous quelque soi vos pratiques.


Olivier C.
13-07-2010 18:11:09

Tout dépend de ce qu'on entend par randonnée car dès qu'on quitte le sentier, la difficulté augmentera (orientation, pente, rocher, neige...) et inévitablement, on arrivera à tutoyer l'escalade ou l'alpinisme. Bien sûr la cotation est là pour renseigner mais quid du R5 ? N'est ce pas ce niveau qui peut, dans sa définition même, nécessiter une corde ? Alors est on encore en rando ? Mais la difficulté est aussi fonction de l'individu et de l'époque de la sortie. Certains escaladeront une cheminée avec aisance alors que d'autres auront besoin d'une corde. Beaucoup de 3000 de Maurienne comme la Levanna occidentale nécessitent crampons et piolet en début de saison mais en août, c'est du pierrier (on pourrait même côter R4). On pourrait d'aillleurs rajouter la Levanna centrale, bien qu'un peu plus difficile. Par contre le Mt-Blanc par la VN du Goûter n'est absolument pas une rando glaciaire, c'est une course d'alpinisme à ne pas sous-estimer (F à PD selon les conditions), de part l'altitude, les brusques changements météo possibles et l'arête des Bosses qui si elle est en glace ou étroite peut être délicate. Je ne pense pas qu'il y ait de solution à ce probléme car si on peut bannir le glacier (à juste titre pour une rando) que faire alors des névés qui sont souvent plus dangereux pour certains de part leur exposition ? Les crampons y sont souvent utiles si la neige est dure. Je préfère souvent être en hte montagne avec le matériel adapté qu'en rando dans certains passages R5 où il est difficile voire impossible d'assurer. La rando s'avère parfois plus engagée que l'alpinisme facile !


Geoffroy Rémi
13-07-2010 08:00:22

Je précise que ma réaction n'était pas du tout dirigée contre toi, babas38, dont je trouve d'ailleurs le topo très bien. Je pense simplement qu'il serait nécessaire et prudent de créer une catégorie "alpinisme" (ou alpinisme glaciaire) pour toute sortie qui se déroule en partie ou en totalité sur un glacier. Je sais bien qu'il y a des glaciers très peu crevassés, j'en connais un certain nombre, on peut discuter à perte de vue là-dessus. Mais qui peut garantir qu'ils ne comportent vraiment aucun risque ? Je préconise donc simplement de rayer de la liste le concept de "rando glaciaire" (de création récente, trop ambigu, trop dangereux : le Mont Blanc, c'est bien une rando glaciaire, non ?), et de s'en remettre à la pratique usuelle des sites des bureaux de guides (sauf erreur de ma part) : dès qu'on s'aventure sur un glacier, c'est de l'alpinisme (après, on cote le niveau de difficulté). Quant aux courses rocheuses, c'est encore un autre problème, que je ne sais pas bien comment résoudre. Rando ? Alpi ? Escalade ? Là je cale pour le moment. Mais ça vaut sûrement aussi le coup d'y réfléchir...


babas38
12-07-2010 23:43:52

Dans ce cas là que fait-on de toutes les rando en chartreuse-vercors-dévoluy où l'utilisation du matériel type "escalade" est recommandé pour se protéger (ex: pas du petit tas, brèche arnaud, Mont aiguille, et j'en passe ... où l'on se retrouve dans des passages bien plus exposés que certaines randonnées glaciaires. (dans le terme randonnée glaciaire, n'y a-t-il pas le mot "randonnée") Mon objectif n'était rien de plus que de "poursuivre" un post apparu il y a quelques temps, dans lequel était posé la question d'idée de randonnée alpine. Que fait-on alors de certaine "via ferrata, ou randonnée aussi dans belledone, qui sont finalement un trait d'union entre la randonnée et l'alpinisme? les limites entre les activites ne sont pas si nettes que cela...


montagne-a-vaches
12-07-2010 22:12:25

Réponse fin août quand Luc sera rentré !! Plus sérieusement ça fait depuis un moment que bivouak est assez permissif, on trouve même maintenant des via ferrata ce qui relève à mon sens encore moins de la rando... Mais bon il faut s'adapter aux pratiques de ses membres aussi ! Pour la levanna c'est un sommet facile et pour y être allé, je peux te dire que la portion de glacier est vraiment réduite voire inexistante et l'encordement superflu quand les conditions sont bonnes. C'est donc au final autant (ou plus !) de la rando que les vires de Chartreuses qui nécessitent du matériel d'escalade...


Geoffroy Rémi
12-07-2010 21:53:27

Tiens, bivouak évolue ! Un nouveau type de rando s'y fait jour : la "rando alpinisme" (parfois aussi appelée "rando glaciaire"). Elle se caractérise simplement par une cotation "R5", et le fait qu'on peut avoir besoin,"éventuellement", "selon les conditions", de crampons, voire d'un piolet, voire d'un "bout de corde" :shock: Un immense champ nouveau s'ouvre à nous désormais : toutes les "randos" sur glaciers des Alpes (et d'ailleurs, pourquoi se limiter) , à commencer par notre Mont Blanc, s'offrent à présent au bivouakeur ébahi. Plus sérieusement : n'y a-t-il pas danger à banaliser ainsi ce qui, il n'y a pas si longtemps, était considéré comme relevant de l'alpinisme - certes "facile" (F), dans un premier temps, mais pourquoi ne pas intégrer aussi les courses PD, AD et plus, tant qu'on évolue sur du glacier... voire du rocher, car tant qu'à faire, où met-on la limite ? On randonne bien aussi sur du rocher ! Ne serait-il pas prudent (je sais bien que c'est devenu insupportable de proposer des limites, des repères à ne pas franchir...) de revenir à cette idée simple selon laquelle dès qu'on met le pied sur un glacier (et actuellement ils évoluent vite...) il est recommandé de s'encorder, geste qui suffisait me semble-t-il à signifier le passage de la randonnée à l'alpinisme ? Trop simple ? Stupide ? Ringard ? Je pose la question...


babas38
12-07-2010 15:14:21

Dans le même genre de randonnée alpinisme dans le secteur, nous sommes montés sur un petit sommet (sans nom sur la carte) à l'ouest de col de la disgrâce sur le glacier du Grand Méan. Pour faire simple sur l'itinéraire suivi: Montée: Ecot>refuge des évettes>Plan des evettes (traverser au mieux le torrent venant du glacier des evettes)>Vallon qui monte vers les pointes de la Piatou> col de la disgrace>sommet à l'ouest de ce col Point 3296m Vue imprenable sur la grande Ciamarella (face Nord), Petite Ciamarella, Albaron, le glacier du Grand Mean Descente: Glacier du Grand Méan en direction du Mont Séti vers un lac glacière, on traverse au niveau du déversoir du lac pour retrouver un sentier (cairn) qui ramène vers le refuge des evettes (pont et casacade de la recula). Redescendu par le sentier à John (gorge de la recula) très bien marqué (cairn) jusqu'à l'ecot Il y a aussi l'Ouille Noire


0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Bonneval-sur-Arc > l'Ecot (parking)


Situation




Sortie du 11-08-2013

En ce dimanche août, le soleil brille de mille feux et la journée promet d'être optimale pour faire un peu d'alpinisme alors pourquoi pas la Levanna.
Le réveil sonne à 2h du matin : il faut vraiment être passionné pour se lever à des heures pareilles. Heureusement le café est là pour m'aider à écarquiller les yeux pour affronter les 2 heures de route qui m'attendent.
Une fois la voiture garée à l'Ecot, la motivation est à son comble et à la lumière de la frontale nous remontons les sources de l'Arc. Le lever du jour puis du soleil est toujours un moment particulier. Un cheminement dans des blocs nous conduit finalement au large Col des Pariotes qui ressemble plus à une selle qu'autre chose. Du col, nous chaussons les crampons. Il y a encore beaucoup de neige dans le secteur même si le haut est denneigé. Le petit glacier de derrière les lacs nous facilite la progression d'autant que le regel est bon.
La longue crête qui conduit au sommet est longue mais offre des panoramas à couper le souffle.
Du sommet, la Levanna Centrale trône fièrement. Bien évidemment, une mer de nuages apparaît en Italie dans la plaine du Pô. Sinon, Partout ailleurs, c'est le grand beau. La vue est panoramique avec tout l'arc alpin qui s'offre à nos yeux contemplatifs. Nous pouvons alors se mettre à rêvasser des plaisirs simples de la vie et apprécier l'instant présent bien mérité. Un vent de nord entretient une ambiance haute montagne. Photo oblige, nous escaladons à tour de rôle le quadripode du summit.
La descente par le refuge de Carro est très belle. Nous profitons jusque au bout des névés encore bien présents mais l'arrivée vers le refuge se fera dans de la caillasse rebutante dans du terrain à chamois.
Une bonne binouse au refuge (bière blanche locale des grimpeurs) et la descente finale au parking un poil longuette. Et puis l'inévitable retour en voiture qui n'en finit plus mais qu'importe la journée fut magnifique.

Commentaires

Laurent GABRY
18-08-2013 13:12:32

Salut Nini, De quelles couleurs sont tes photos ? Bon heureusement qu'on y retourne au printemps prochain ;-) @+


  • Horaire : 4h30
  • Dénivelé : 1600 m
  • Participants : Cédric

Autres sorties

Date Titre Auteur
05-07-2010

Dans le forum, Luc parlait de la Levanna Occidental comme idée de ran...

10 babas38

Identification

( ) bivouak.net

Social Media