Toussière par ses arrières et le sentier
en balcon de la face ouest

Toussière par ses arrières et le sentier
en balcon de la face ouest

  • Altitude départ : 998
  • Altitude sommet : 1916
  • Dénivelé : 1300
  • Distance : 15 km
  • Temps de montée : 4h
  • Temps de descente : 2h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : non
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Se garer au parking à l'entrée du hameau de La Caire. Revenir sur ses pas et emprunter une petite route qui part au nord juste avant le pont du chemin de fer. Cette route se transforme en piste puis en sentier. Celui-ci monte nord-ouest pour rejoindre le chemin des Templiers (Tour du Sarrier).
Suivre ce bon sentier qui passe aux ruines de Toussièrettes. D'alpages en sous bois, l'on parvient sans difficulté au Col de Lus.
Du col, il faut suivre plein sud une large piste ascendante le long de la crête qui descend du point coté 1655 m. Au bout de 200 mètres de distance environ, elle bute contre une raide petite clairière et s'y divise en deux pistes peu marquées. Remonter à main droite la clairière (une cinquantaine de mètres de distance) pour rejoindre la ligne de crête et une plateforme horizontale qui donne accès à la forêt sur son versant ouest. Un cairn au pied d'un arbre orné d'une petite plaque métallique indique le départ du sentier assez peu visible lorsque la végétation est abondante (attention, une piste mieux marquée descend : ne pas l'emprunter).
Suivre le sentier très boisé et légèrement ascendant qui file plein sud. Très vite, il surplombe une large ravine (prudence) puis débouche dans une vaste zone herbeuse sous le Serre des Œufs.
Toute la suite de l'itinéraire sous Toussière et La Pare est visible de ce point : il traverse une zone boisée entrecoupée de ravines. Cette zone forme balcon entre les pyramides sommitales et les hautes falaises délitées qui dominent le vallon du hameau de La Vière.
Pour rejoindre la balcon, le sentier dessine deux ou trois larges lacets à l'aplomb du point côté 1715 puis s'engage plein sud dans la partie aérienne. Toute la partie qui suit est très belle et très aérienne. Le sentier est globalement bon mais parfois étroit au dessus de gouffres vertigineux… Se succèdent des sections boisées et des sections minérales lorsqu'il faut traverser les fonds de ravines qui descendent des lignes de crêtes. L'une des dernières ravines, sous La Pare, demande un pied sûr car le sentier a été gommé par l'érosion sur une dizaine de mètres. Un piolet pour élargir quelques marches, et éventuellement un bout de corde pour rassurer une personne à l'équilibre incertain, seront utiles. A noter que si cette courte section se situe en terrain raide, elle ne surplombe pas de précipice immédiat.
Après ce passage le sentier s'oriente nettement vers le nord-ouest pour passer au pied d'une belle arête de calcaire dont la compacité interpelle au milieu de ce chaos de plissements délités. En bout d'arête (attention point aérien), il bifurque de nouveau vers le sud et quitte les zones vertigineuses pour pénétrer dans le bois d'Heurtier. En quelques minutes l'on rejoint un collet d'alpage entre le point 1741 et le sommet de La Pare.
Remonter la crête jusqu'au sommet de La Pare (1862) d'où l'on bénéficiera d'une belle vue surplombante sur le balcon récemment traversé. Suivre la crête, passer au point 1859 et gravir Toussière.
La redescente peut s'effectuer par l'arête nord-est jusqu'au sommet 1743, puis nord jusqu'au sentier des Templiers qui ramène au point de départ.
Pour terminer sur une note culturelle, il est possible de bifurquer à droite (bon sentier) avant les ruines de Toussièrettes pour rentrer par les ruines des Templiers.

Précautions

Eviter cet itinéraire pas temps de pluie. Ne pas s'y engager avec des jeunes enfants et des personnes inexpérimentées.


Commentaires difficultés

Bon sentier présentant plusieurs sections aériennes et exposées. 1 passage délicat lié à la disparition du sentier (traversée d'un fond d'éboulis marneux) sur une dizaine de mètre (piolet utile pour tailler quelques marches). Ce passage ne présente toutefois pas une exposition majeure. Cet itinéraire ne convient aux jeunes enfants et aux personnes inexpérimentées.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

N 75, Lus la Croix-Haute, hameau de La Caire


Situation




Sortie du 26-10-2009

Sous Toussire.

faute de piolet, je prends un piochon de jardin acheté il y a quelques années à leroy merlin, ça peut servir.

Je me lance à la conquète de ce versant Ouest de Toussière.

Le ciel est couvert ce matin, ces nuages devraient se dissiper au file de la journée, après m'être renseigné auprés de plusieurs bulletins météo, 6 h départ de la maison à Veurey-Vroize.

Sur la route, j'écoute la météo, elle me confirme une belle journée après dissipation des nuages en place dans les vallées. Je rentre dans le hameau La Caire, je n'aperçois même pas Toussière, et même pas sa gorge, si juste le bas pour le moment. Je me prépare donc, je repère de suite avant d'attaquer la petite route montante, sur un poteau, sous une pancarte Mielle de Lus, un balisage Jaune. Tiens comme c'est mystèrieux, Jean-Marc n'a pas fait mention d'un balisage quelconque pour son topo. Je traverse le village vers le Nord, puis des prairies, et finalement un bon petit sentier pénètre en forêt parmi les buis. Ce bon sentier avec un balisage bien marqué, remonte en balcon au dessus du hameau. Puis j'arrive à une biffurcation(cairn), un large sentier horizontal que je vais suivre vers la gauche. Je regarde au loin vers Toussière, c'est toujours bouché, mon sentier remonte tranquillement, et passe au dessus d'une barre, sans difficulté, il est toujours aussi large. Je rejoins ainsi les alpages et les ruines de Toussièrette, et prolonge à travers l'alpage. Je traverse une combe avec petit ruisseau, et arrive à une biffurcation(panneau indicateur balisage Gr. et tout le tralala). Dommage, c'est toujours bouché, mais je sens que les nuages remontent de la vallée. A cette biffurcation(patte d'oie), à gauche c'est les gorges et les ruines des Templiers, je garde cela pour mon retour, je prends à droite vers le col de Lus. Je remonte tranquillement dans ce brouillard qui me cache quand même tous le paysage, tans pis j'atteinds le col de Lus. Ici, en plus du brouillard, c'est le vent de Nord. Je vire à gauche en suivant les bonnes explications de Jean-Marc. Le chemin est large, je gagne une clairière raide. Je trouve vers le haut à droite, à l'orée du bois un petit cairn et sur l'arbre une petite plaque métalique. Je pénètre en forêt par un sente bien marquée, là c'est une longue traversée qui m'attend pour le moment toujours accompagné du brouillard, j'aurais même droit à quelques gouttes de pluies juste passagère. Bon ça fait rien, j'ai mon piochon prêt à déguéner. Le vent de Nord souffle de plus belle, il remonte les nuages qui se dissipent peu à peu, il laisse parfois apparaître par des trouées, la montagne du Glandasse, les trois Becs, et même le grand Veymont et le plateau du Mont-Aiguille. J'attaque maintenant ces 4 lacets, et en balcon poursuit cette ascension au dessus d'une grande dalle lisse que j'aperçois de plus en plus. Je franchis les ravines et me trouve sous La Pare, toute ces difficultées sont finalement franchies sans problème. Qu'est ce que c'est beau, Jean-Marc avait prévenu, il ne s'est pas trompé, je regarde autour et derrière moi, je vois tous mon itinéraire, j'attaque la montée vers le col sans nom à l'altitude(1730) entre le point coté(1741) et le sommet de La Pare(1862)que je rejoins. La pente est raide est herbeuse, je suis au sommet. C'est de plus en plus beau, une vue remarquable sur le Dévoluy, lérèrement soupodré d'une fine couche de neige, à partir je dirais 2200 m. Je dévale après quelques photos, jusqu'au point coté(1859). Le vent violent est toujours là, je sens quand même une chaleur de début d'après midi sur le visage, je gravis Toussière. La vue est identique à tout à l'heure, je descends en suivant des ronds jaune orangé partiellement sur la roche, des poteaux plantés peints sur le haut de jaune également. C'est au tour du point coté(1743) d'avoir ma visite, puis dans la pente herbeuse est raide, je trouve un cairn. Je gagne la forêt, cherche un endroit pour y rentrer, ce que je trouve d'ailleurs. Je trouve sur un arbre un rond de couleur jaune et je m'engoufre dans la forêt, pas de sente,on va pas me faire le coup du Sue. Je repère une trace peu marquée qui se dirige Nord Est puis Nord Nord Est, et je trouve un petit cairn posé sur une souche, puis un deuxième. Puis je tombe sur un rond jaune orangé sur un arbre, et je dévale une clairière, je domine le Gr.94 et aperçois des randonneurs. Je gagne le Gr, et casse la croute plus loin dans l'alpage. Je rejoins ma patte d'oie du matin et descends par les ruines des Templiers et les gorges de Toussière. Comme ça, je termine ma rando sur une note culturelle.

Quelle belle rando, dommage que le versant Ouest était bouché dans la première partie. Des crêtes, la vue à l'Est sur le Dévoluy est remarquable, à l'Ouest, c'est les trois Becs et la montagne du Glandasse, plus au Nord, j'aperçois le Veymont et le plateau sommital du Mont-Aiguille et le Jocou et j'en passe.

Un très beau parcours en balcon et sur crêtes, je remercie Jean-Marc de ce très bel itinéraire. Un secteur que je ne connais pas.

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h
  • Dénivelé : 1300 m
  • Participants : solo.

Autres sorties

Date Titre Auteur
19-07-2009

Les frimats hivernaux m'avaient débarrassé d'une "sombardite aigüe"...

13 jean-marc jacquet

Identification

( ) bivouak.net

Social Media