Tête de Vautisse depuis la Cabane de Tramouillon


Tête de Vautisse depuis la Cabane de Tramouillon

  • Altitude départ : 1963
  • Altitude sommet : 3156
  • Dénivelé : 1193
  • Distance : 12 km
  • Temps de montée : 3h45
  • Temps de descente : 2h30
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Aucun
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

De la cabane de Tramouillon prendre le sentier qui mène à celle de l'Essamaure. Là une sente mène dans l'alpage que l'on suit en se repérant aux différents cairns. On retrouve ensuite aprés le lac Etoilé le sentier venant de la cabane de l'Alp. Entreprendre alors une courte descente qui mène au sentier trés pentu de la tête de Vautisse.
Descendre par le sentier cairné qui dans le pierrier mène au tracé aller.
A lire
  • Briançonnais, les plus belles randonnées par Jean-Luc Charton. Référence : Topo 39, page 138. proposé par Luc

Précautions

Aucune sauf en haut de la tête car coté Sud la marche est haute....


Commentaires difficultés

Aucune, mais balade soutenue surtout sur la fin

Commentaires

decroissant
01-09-2008 14:35:50

Au depart de tramouillon, reperer le panneau environ 50 m au dessus de la cabanne et prendre la direction col de valhaute / col de tramouillon. Au replat sous le col de tramouillon, quitter le sentier et partir a gauche pour rattrapper l'itineraire du col de valhaute au dessus de la cabanne de l'essamaure (vagues traces). Au col, prendre la crete vers l'ouest (crete de Rougnoux) jusqu'au sommet de vautisse (traces + cairns) (quelques passages raides en montee et en descente, mais la crete est toujours large et confortable). Descente par l'itineraire decrit ici.

0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Route de Champcella puis piste forestière jusqu'à la cabane de Tramouillon


Situation




Sortie du 01-09-2014

Cabane de Tramouillon

Mon séjour estival annuel dans les Alpes du Sud va bientôt prendre fin, j’ai découvert pas mal de superbes nouveaux sommets, cette année plutôt dans l’Embrunais, mais je n’ai toujours pas gravi un seul nouveau "3000" pour étoffer ma collection perso (Au Mourre Froid, il manquait 6m…). Alors je me plonge dans mes bouquins, mes notes, dans internet… et je cherche. Le Gélas me tente, le Ténibre aussi, mais tout ça est bien loin de mon QG de Digne pour une sortie à la journée… C’est alors un peu par hasard que je découvre sur le net des extraits d’un bouquin hélas non réédité de François Labande sur les randos dans le PN des Écrins. Je jette un oeil… et je tombe sur un "3000" dont j’ignorais même le nom : la "Tête de Vautisse". Je lis, je consulte mes cartes… Ouais, ça a l’air dans mes cordes, pas trop loin, je cherche (et je trouve…) d’autres topos, notamment… sur bivouak, et hop, je me décide, c’est bon, demain, ce sera la Tête de Vautisse. Mais à partir d’où ? Le plus simple (et rapide) semble être la cabane de l’Alp, avec son sentier bien tracé. Mais j’opte finalement pour la cabane de Tramouillon, avec un parcours plus long mais plus excitant car largement hors sentier : celui des 3 cabanes.

Go, c’est parti ! Le ciel est d’un bleu intense, il fait un peu frais et le vent est de la partie, mais j’aime mieux ça ! Je laisse ma Clio épuisée au bout de la cahotique piste de la cabane de Tramouillon, et m’engage donc sur le sentier qui lui fait suite, juste avant le pont sous la cabane, en rive gauche du petit torrent de Tramouillon. Il grimpe dans les bois puis redescend vers le torrent, qu’il franchit sur une vague passerelle, juste avant la cabane du Clôt St Jean, la seule ouverte aux randonneurs (les 2 autres sont occupées par les bergers). Je la dépasse et me réoriente alors à droite, hors trace, vers l’Ouest : une bonne grimpée droit dans des alpages, à peu près en lisière (à droite) du bois. A mi-pente, petite causette avec une sympathique bergère (basée plus haut, à la cabane de l’Essaumaure) qui me dit régner avec son mari sur près de 1200 moutons, et parait inquiète de mon projet d’aller jusqu’à la Tête de Vautisse, avec le vent violent qui souffle aujourd’hui, surtout sur les crêtes… Je la quitte à regret, et finis par déboucher au-dessus de la forêt sur une sorte de plateau herbeux dominé par des pointes rocheuses et des cols. Ma 3ème cabane (de l’Essaumaure donc) est plantée là, au pied d’un bel éboulis, qu’une pancarte "Vautisse" (ce sera la seule du jour !) m’invite à traverser – il y a même un bout de trace – en obliquant vers le Sud.

Je garde alors ce cap, la trace disparait. Certes il y a quelques cairns, parfois imposants, mais peu à peu un sentiment presque angoissant de solitude totale m’envahit, comme si j’étais irrémédiablement perdu au fond de nulle part… Mais quand je finis comme prévu par buter sur le vallon du torrent de Feyssolles (à sec) que je remonte à droite (vers l’Ouest), et que j’aperçois enfin la silhouette de la Tête de Vautisse tout au fond, je respire ! Je sais qu’on peut y grimper par l’arête de gauche ou celle de droite (arête Nord), mais je choisis sans hésiter cette dernière, elle est d’ailleurs juste en face. Je m’égare un peu rive droite, je tombe sur un petit lac agréable (alt. 2630), mais ce n’est pas le fameux « lac étoilé » que je chercherai vainement plus haut un bon moment… En fait, si on reste rive gauche du torrent, on débouche inévitablement sur lui (et ses satellites), enfin sur ce qu’il en reste hélas…
Ayant enfin retrouvé mes marques, je m’engage donc résolument sur le bon sentier balisé (en jaune) qui me conduit d’abord à la brèche 2905, et de là à gauche jusqu’au sommet de Vautisse. A ma grande surprise je rencontre enfin du monde, couples ou petits groupes de 3 ou 4, le plus souvent venus par l’itinéraire plus court et bien tracé de la cabane de l’Alp, mais qui ont préféré monter au sommet par l’arête Nord plutôt que par l’arête Sud-Est, pourtant prolongement logique de leur sentier de montée.

Au sommet, quel panorama ! J’y resterai une heure (pique-nique compris), à détailler un maximum de monts, pics, pointes, rocs et aiguilles, des Ecrins si proches au Mont Blanc (qui joue à cache-cache avec les nuages), du Viso aux sommets du Queyras ou de la Haute Ubaye, etc. Pour la descente, après avoir beaucoup hésité je finis par renoncer à la boucle très tentante (préconisée par Alain Bellon) via la Crête de Rougnoux et le Col de Val Haute - sans doute ai-je eu tort, mais j’ai estimé que j’avais fait mon plein d’émotions pour aujourd’hui, que je reviendrai la faire une autre fois (on se dit toujours ça…), et que je préférais donc tenter de retrouver en sens inverse mon itinéraire de montée.

La descente, pas si évidente que ça vu le peu de traces, fut cependant beaucoup plus rapide que la montée. Dans la descente raide au-dessus d'Essaumaure, j'ai croisé 2 moutons, tout seuls, serrés l'un contre l'autre : l'un boitait fortement, l'autre semblait lui tenir compagnie... moment d'émotion ! Plus bas, je revis, d'en haut, le troupeau de ma bergère encerclant la cabane du Clôt St Jean. Arrivé sur place, ne restaient là que deux superbes chèvres qui m’ont fait la fête au passage. J'ai retrouvé les moutons un peu plus loin, sur le sentier ; mais plus de bergère, que j’avais pourtant bien distinguée d’au-dessus, en train de canaliser efficacement ses troupes, aidée de son chien noir très à son affaire. Rien n’est parfait…

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h
  • Dénivelé : 1193 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
14-08-2013

Après 20 minutes de piste à 4x4 ou les voitures basses souffrent bea...

7-laux
29-09-2011

C'est d'abord la voiture qui souffre sur une piste forestière..puis c...

13 Véronique
04-09-2006

Beau sommet qui ouvre une vue intéressante sur Briançon au loin au N...

Bernard Roque

Identification

( ) bivouak.net

Social Media