Tête de Gramusat - le Piquet

Tête de Gramusat - le Piquet

  • Altitude départ : 1441
  • Altitude sommet : 2750
  • Dénivelé : 1310
  • Temps de montée : 4 H
  • Temps de descente : 3 H
  • Orientation : Ouest
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Prendre l'excellent sentier de Dormillouse pendant 15 mn, puis à gauche celui du Col des Terres Blanches.
L'abandonner vers 1900 m et traverser le torrent des Oules là où sa rive droite est constituée d’une courte pente morainique escarpée.
Remonter cette pente; repérer à gauche le «pas des Cordes», couloir rocheux incliné et bien visible, qui permet de franchir la Grande Barre.
Rejoindre la base de ce couloir en franchissant facilement une première petite barre. Remonter le couloir (facile). On est au pied d’une grande pente herbeuse, parsemée de mélèzes et entrecoupée de barres rocheuses sensiblement horizontales. A la verticale, se découpe dans le ciel une tour que nous avons pris par erreur pour le «jas de Coutchir» (cf les Indications pour la voie normale).
Monter en tirant d’abord à gauche, puis contourner ou escalader (passages de II maximum) les premières barres plutôt par la droite, toujours en direction de la tour. On arrive ainsi en bordure d’un large couloir secondaire qui forme à droite un bel amphithéâtre semi-circulaire, bordé plus à droite encore par un autre couloir, plus important et plus encaissé.
Remonter l’amphithéâtre et les barres qui dominent jusqu’à pouvoir traverser et prendre pied dans le couloir encaissé (traversée horizontale à droite sur une vire facile mais exposée) au dessus de ressauts raides.
Remonter par son fond ce couloir (passages de II) et en sortir à gauche au niveau d’un petit col herbeux au pied d’une grosse tour rocheuse. Suivre l’arête aérienne mais facile (passages de II) jusqu’à la crête principale Gramusat – Piquet (2618 m), et qui marque la fin des difficultés.
Gagner très facilement le Piquet.

Descente
Continuer facilement la crête jusqu’au lieudit «Mouthas» (2712 m), plateau herbeux situé au sommet de l’impressionnant ravin de Combaras (vue sur le Lac Fangeas).
La suite de la descente consiste à rejoindre par une grande descente en diagonale le sentier du Col des Terres Blanches au dessus des Balmettes, à environ 2350 m d’altitude. Cette descente est en majorité cachée par un éperon peu marqué. Descendre dans la pente raide et traverser au mieux en visant juste en dessous d’un petit escarpement de l’éperon (2600 m environ). On se retrouve sur des pentes de plus en plus commodes qui permettent de rejoindre à vue le sentier peu marqué à cet endroit (cairns). Suivre ce dernier jusqu’au parking.

Indications pour la voie normale, ou «voie des chasseurs»
Du haut du «Pas des Cordes», traverser franchement à gauche et monter à travers un mélézin clairsemé jusqu’à un éboulement récent dans la falaise au Nord. Continuer à monter cette fois vers la droite pour contourner une tour au sommet de laquelle se trouve un replat nommé «jas de Coutchir» (lieu de bivouac des chasseurs). Rejoindre l’arête Gramusat – Piquet environ 100 m au sud de Gramusat. Normalement, il n’y a pas de passages d’escalade.
A voir sur le web

Commentaires difficultés

Sur environ 500 m de dénivelée, on parcourt une succession de pentes herbeuses raides, entrecoupées de petites barres rocheuses (cotation : II)
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Parking Dormillouse. De Montdauphin, prendre la N94 en direction de Briançon jusqu’à St Crépin. Prendre à gauche la D138, puis la D38 jusqu’à Pallon. Prendre à gauche la D38b (Freissinières), puis la D238 jusqu’à son terminus.


Situation




Sortie du 17-08-2002

L’idée de cette randonnée ne me serait jamais venue à l’esprit avant la lecture de l’excellent « Dormillouse au passé simple » de H. Baridon, Y. Leroy et P. Carlier, où les auteurs s’attachent à perpétuer le souvenir des nombreux lieux et passages utilisés par les habitants de ce village dans leur vie quotidienne.
Ainsi, la tête de Gramusat, qui domine de ses formidables escarpements le parking du fond de la vallée de Freissinières et semble inaccessible au randonneur, était régulièrement visitée par les chasseurs de chamois.

Voici donc une randonnée exceptionnelle, non pas par sa difficulté, mais surtout par l’engagement et le moral qu’elle suppose : sur environ 500 m de dénivelée, on parcourt une succession de pentes herbeuses raides, entrecoupées de petites barres rocheuses : il faut y croire, ça passe !

J’ai réalisé avec mon fils Benjamin cette randonnée le 17 août 2002. Voulant suivre la « voie normale chasseurs » décrite succinctement et dans l’autre sens dans le livre, nous nous sommes trompés dans la montée de Gramusat. Je décris donc notre variante, plus longue (650 m) et légèrement plus difficile, mais absolument faisable sans corde par des randonneurs ayant l’habitude de l’escalade facile en « terrain d’aventure ». Je donne également des informations sur le bon itinéraire, en me basant sur les informations du livre.


  • Horaire : 4 H
  • Dénivelé : 1310 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media