Sommet de Cousson depuis Digne-les-Bains
par le Pas de Boudillon

Sommet de Cousson depuis Digne-les-Bains
par le Pas de Boudillon

  • Altitude départ : 608
  • Altitude sommet : 1516
  • Dénivelé : 1030
  • Distance : 15 km A/R (7+8) km
  • Temps de montée : 2h45
  • Temps de descente : 2h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : jaune-rouge puis jaune
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Cet itinéraire est la voie "classique", la plus belle et la plus variée, de montée au Cousson, sommet double emblématique et bien-aimé des Dignois, et véritable petite merveille en dépit de son altitude modeste.



Prendre le chemin pentu qui monte en face du collège Gassendi (poteau), puis tout de suite à la bifurcation le très agréable sentier de gauche ("Caramantran"), qui monte en lacets et en sous-bois au-dessus de la ville, avec de belles vues plongeantes (le sentier de droite, dit des "Oreilles d'Âne", offre une variante possible, mais moins belle à mon avis). L'itinéraire passe ensuite sur la crête (jolie vue à l’est sur la Barre des Dourbes et le Pic de Couard) et emprunte une large piste en pente très douce. Passer plus loin, à droite, le débouché du sentier des "Oreilles d’Âne", et continuer jusqu’à une autre bifurcation, où on quitte la piste pour emprunter à droite le bon sentier en sous-bois fléché "Le Cousson". On arrive ainsi à un replat dit "Hautes Bâties de Cousson" : à gauche en contrebas, maison aux ouvertures murées, et agréable fontaine.


Là, ne pas continuer sur la piste (balisage jaune-rouge), mais prendre à droite, à angle droit, le sentier fléché "Les Estourons / Le Cousson" (cairn, puis vieilles marques jaunes). Suivre ce sentier qui monte en sous-bois jusqu’à une crête (2 très courts passages exposés versant ouest, sur la droite). Il traverse une pinède, puis une belle hêtraie, et vient buter contre une falaise qu’il remonte et contourne en balcon (dernier passage exposé : c’est le Pas de Boudillon). On est alors à l’aplomb du sommet nord du Cousson.


Parvenu au replat suivant (1390 m.), laisser le sentier fléché "Les Estourons / Le Cousson" et prendre tout de suite à gauche celui, non fléché, herbeux puis caillouteux et montant (laisser à droite la large piste herbeuse qui redescend), qui mène à ce sommet nord, le "vrai" Cousson (1516 m.) : vue magnifique tous azimuts sur le Couard, le Cheval Blanc et toutes les Préalpes de Digne, la Tête de l’Estrop au nord, jusqu’aux sommets enneigés des Écrins, la Montagne de Lure à l'ouest, etc.



Redescendre ensuite au point 1390 et suivre cette fois vers le sud la direction "Les Estourons / Le Cousson" : replat entre les deux sommets, jusqu’au pied du 2e sommet (sud) du Cousson, bien visible en face. La trace grimpe alors droit dans la pente (courte mais raide) jusqu’à la borne sommitale (1511 m., panneau). Là, même vue superbe que précédemment, sauf vers le nord, coupé par le sommet précédent. Continuer plein est sur la crête très agréable qui mène à la fameuse chapelle St-Michel, perchée au-dessus du vide (ne pas essayer d’en faire le tour, très aérien, une chute serait fatale). Sur l’autel, "livre d’or" et recueils de poèmes et de récits pittoresques sur le Cousson vous attendent.

Si l’on veut varier la descente, on n’a que l’embarras du choix :
- jusqu’aux Hautes Bâties, au lieu de repasser par le Pas de Boudillon, continuer à l’est de la chapelle, sur la trace d’abord de niveau, puis qui descend vers le nord et le "Pas d’Entrages" (1213 m.). Là, ne pas plonger à droite sur Entrages, mais prendre le sentier de gauche qui descend dans le Vallon de Richelme. Au fond, on traverse un ruisseau puis on remonte en face, et on finit par se retrouver aux Hautes Bâties.
A partir de là, 2 variantes se présentent encore par rapport à la voie de montée :
- soit prendre plus bas, sur la piste, à 960m., par un petit portillon en bois sur la gauche, le sentier fléché "Vallon des Ferréols / Digne", qui descend en raides lacets dans la pierraille, puis passe en sous-bois (belles marches d’escalier) jusqu’à la route goudronnée qu’il faut prendre à droite et qu’on suit jusqu’au collège ;
- soit prendre à gauche encore plus bas sur la piste, après le pylône, le sentier des "Oreilles d’Âne" (poteau) qui passe à côté d’une ruine puis dans un bois de chênes, avant de rejoindre au-dessus du collège le tout début de l’itinéraire de montée (on peut aussi rejoindre ce sentier en prenant le précédent : suivre alors, peu après le portillon, le sentier fléché "950m. Chemin des Oreilles d'Âne / Digne").

Mise à jour du 29/04/2016 : le Pas de Boudillon est maintenant sécurisé par un câble métallique. Un plus pour les familles qui souhaitent emmener des enfants, et pour celles et ceux qui craindraient ce passage exposé, malgré le large sentier.


Précautions

Prudence sur les passages exposés après les Hautes Bâties. En hiver, ces passages peuvent être dangereux s'ils sont en neige ; suivre alors l'itinéraire balisé jaune-rouge.


Commentaires difficultés

Aucune difficulté particulière, mais trois brefs passages un peu exposés après les Hautes Bâties
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Entrer dans Digne par la N85 (au sud) ou la D900 (au nord). Prendre ensuite l'avenue François Cuzin, et se garer derrière le collège Gassendi.


Parcours


  • Nb points : 1469
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 15.473
  • Dénivelé - : 1097
  • Dénivelé + : 893
  • Taille fichier : 36 kB
  • Téléchargement


Sortie du 29-04-2016

Remise en forme

Digne depuis le Cousson Nord

Digne ne serait plus Digne sans le Cousson. Donc pèlerinage obligé là-haut presque à chacun de mes séjours dignois. Bizarre vu que je ne refais quasiment jamais un sommet que j’ai déjà gravi (il y en a encore trop à découvrir !). Donc j’en suis réduit à considérer que le Cousson (et, soyons honnête, parfois aussi le Couard…), c’est l’exception qui confirme la règle. C’est de surcroit un entrainement parfait avant les "grands" sommets de l’été. Cela dit je m’aperçois que c’est pareil pour nos 2 autres pied-à-terre, où j’ai aussi mes 2 destinations de prédilection (mes "Rachais / Saint-Eynard" à moi), que je gravis régulièrement, et finalement toujours avec plaisir, pour me maintenir en forme. À savoir le Crêt de la Perdrix ou Salvaris depuis St-Etienne, et Pierre-sur-Haute ou Puy Gros-Col du Béal depuis Jeansagnière… Ouf, encore un mystère résolu !

Donc ce vendredi, c’est Cousson. L’air est frais, le soleil s’amuse avec les nuages, j’y vais. Pas le matin pour une fois, mais vers 14h. Dès le début (par le raide sentier des Ferréols) je peine, j’ai l’impression d’être tout rouillé à l’intérieur… Mais je persiste et signe, il faut que j’arrive là-haut. Il est vrai que ça fait longtemps que je n’ai pas fait mes 1000m de D+, et que ma dernière sortie dans les Alpes (au Baconnet) remonte presque à un an ! Stimulé par cette montagne si familière, où les fleurs de printemps sont de sortie (avec un incroyable impérialisme des primevères au-dessus de 1100m), je monte sans m’arrêter. Je croiserai peu de monde, rares marcheurs ou coureurs isolés, dont à la montée une jeune femme avec son bébé dans le dos, qui s’inquiète pour moi (là-haut il y a un vent terrible, vous êtes équipé pour ?). Je la remercie et la rassure, "j’ai l’habitude… ". Aux Hautes Bâties, j’entends couler la source mais je passe (je ferai le plein d’eau à la descente). Peu avant le Pas du Boudillon je me fais dépasser par un autre marcheur, faudra que je m’y fasse (fut un temps où c’est moi qui dépassais…). Au Pas, un câble est maintenant installé pour sécuriser les personnes sujettes au vertige (je l’ai rajouté dans le topo).

Chemin faisant, je décide de faire la "totale" : le Cousson Nord d’abord, délaissé par les marcheurs et fréquenté quasi exclusivement par les parapentistes (la manche à air signale un vent d’ouest, frais… et même pas fort !). Puis le Cousson Sud (dont la raide rampe d’accès me fait quand même un peu souffrir aujourd’hui), puis la chapelle St-Michel. Tiens elle est en réfection, bardée d’échafaudages et cernée de matériaux de chantier. Elle est accessible mais cadenassée. Je suis tenté d’en faire, enfin, le tour, aujourd’hui sécurisé par une clôture pour les ouvriers du chantier. Mais aux 2/3 du tour je renonce, c’est le coin super-étroit au-dessus du vide que je n’ai jamais osé tourner, là des planches sont scellées dans le socle rocheux, mais je ne prends pas le risque, même s’il est minime. Je remonte au sommet Sud puis commence la descente. Je la ferai par le même itinéraire (je n’aime pas trop celui qui passe par le Pas d’Entrages et le Vallon de Richelme), sauf vers la fin où je prends un raccourci (?) dans le versant ouest (mais que je ne peux pas révéler vu qu’il passe en partie sur un terrain privé, d’ailleurs je ne le prendrai plus car son propriétaire a encore multiplié les clôtures et les barbelés).

Bilan finalement "globalement positif". Certes mes temps ne sont pas terribles, mais pas infamants non plus (près de 2h de montée au Cousson nord), mais j’ai dépassé les 1000m de dénivelé cumulé sans trop de mal, j’y ai pris du plaisir, j’ai croisé quelques congénères aimables et vu plein de fleurs, à défaut de faune sauvage d’ailleurs fort rare dans ce secteur (que deviennent les marmottes réinstallées au Cousson ?).

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 1030 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
02-08-2018

Remède à la canicule

9 Geoffroy Rémi
16-06-2017

Petite randonnée sympathique.Départ 7h30. Retour 12h30 : L'heure du...

1 Jean-Marc Sogno
22-11-2015

Sortie Sentiers 05

3 Christian Delale
08-12-2013

De passage à Digne (pour 2 jours seulement), et vu la météo, froide...

Geoffroy Rémi
01-11-2011

Et hop, après une petite Bigue du Siron de toute beauté en cette aut...

7 Geoffroy Rémi
22-02-2008

Grand beau ce vendredi, où de passage à Digne, je remonte pour la é...

6 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media