Le Grand Veymont par l'arête Sud-Est, depuis
le Rousset

Le Grand Veymont par l'arête Sud-Est, depuis
le Rousset

  • Altitude départ : 1365
  • Altitude sommet : 2341
  • Dénivelé : 1000
  • Temps de montée : 3h
  • Temps de descente : 2h30
  • Orientation : Sud-Est
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Description de la rando : La Grande Cabane, puis le pas des chattons. De la, ne pas prendre le chemin classique de l'arete Sud, mais aller au col (2067m) situé entre le Grand Veymont et le Petit Veymont ( ou l'aiguillette ). Plus de sentier, mais évident.

Du col, remonter à droite du pierrer, puis tirer à gauche et éviter les rochers en utilisant les zones les moins raides. Attention: Pentes d'herbes raides, à éviter par temps humide. 1 ou 2 passage facile avec les mains. La proximité des falaises situées sous le sommet du Grand Veymont peut impressionner les personnes ayant le vertige. On rejoint la crète à environ 150m au sud du sommet. On y retrouve le chemin de l'arrete Sud, facile.

Descente par le Pas de la ville et la nouvelle Jasse de la Chau.
A lire
  • Chartreuse-Vercors Les randonnées du vertige 2009 par Pascal Sombardier. Référence : Topo 27. proposé par Luc

Précautions

Attention: Pentes d'herbes raides, à éviter par temps humide. 1 ou 2 passage facile avec les mains. La proximité des falaises situées sous le sommet du Grand Veymont peut impressionner les personnes ayant le vertige.

0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

St Agnan en vercors, ( ou Col du rousset depuis Die ), puis route forestière du pas de la coche. Départ à la maison forestière de pré Grandu.


Situation




Sortie du 30-12-2012

Enfin un week-end de beau temps annoncé et j'étais disponible donc je n'ai pas raté l'occasion d'aller essayer la pulka.
Départ de Lyon samedi matin et arrivée au col du Rousset (montagne de Beure) en fin de matinée. Déjà la route entre Crest et Die est superbe en suivant le cours de la Drôme à l'eau d'un bleu intense et en traversant plusieurs jolis petits villages comme Pontaix éclairés par la lumière rasante d'hiver.
Après quelques errements au départ (j'ai voulu ajouter une corde en guise de frein aux cordes de traction de la pulka mais finalement le système fourni s'est montré bien plus simple et efficace), nous partons donc de la montagne de Beure où le vent souffle avec force et fait voler pas mal de poudre de neige.
Une fois le GR93 atteint, on oublie enfin les pistes de ski pour descendre vers le Pas des Econdus.
La boulette du débutant au passage : lors d'une petite descente je me suis assis sur la pulka pour m'en servir de luge et le fiston attendait son tour avec grande impatience. Peu avant le pas des Econdus le terrain me semble correct : plus d'arbres, pente raisonnable et une petite bosse pour s'arrêter. Donc je me décroche, il monte sur la pulka et part. Evidemment elle prend vite de la vitesse et dans le creux il tombe : je vois alors la luge gravir lestement la petite bosse et si elle ralentit bien, je comprends après un affreux suspense qu'elle va réussir à la franchir et poursuivre sa descente toute seule comme une grande vers le village de Rousset ce qui ne m'arrange pas ! Enfin heureusement elle termine sa course une centaine de mètres après le pas mais je retiens l'alerte : plus de luge sans être attachés !
Nous poursuivons sans histoires jusqu'à Pré Peyret où du monde semble d'attaque pour la nuit. Mais nous avons rusé en prenant une tente et notre objectif est plus loin : aller bivouaquer aux environs du Pas de Chattons au pied du Veymont.
La montée se poursuit vers la Queyrie et je suis machinalement la sente qui monte droit depuis Pré Peyret : grosse erreur car la sente devient vite très déversante et si la pulka m'a pleinement rassuré jusque là, elle est cette fois bien moins à son aise et je me dis que j'aurais bien dû suivre le chemin classique au fond du vallon. Tant pis on continue, en répartissant mieux les poids elle me suit mieux et nous parvenons à marche forcée dans le vallon de la Queyrie. Hélas c'est un peu trop tard : le vallon est passé à l'ombre. On profite tout de même des beaux nuages du coucher de soleil et on se prépare pour la suite qui sera nocturne (évidemment le fiston est ravi de mettre sa frontale).
La montée est sans histoires jusqu'au Pas des Bachassons, même si hélas le clair de Lune n'est pas encore là pour magnifier le spectacle. La descente vers les Aiguillettes est à nouveau vite galère le long d'une pente déversante : cette fois je n'insiste pas et gagne le fond du Vallon que nous suivons pour arriver à la cabane des Aiguillettes.
Il est 19h30, le froid est vif et j'avoue être peu motivé pour installer la tente avec ses ancres à neige et tout le bazar, donc je suis fort heureux de découvrir que la cabane est vide et que l'on peut s'y installer.
Après un bon petit repas le fiston file se coucher sans demander son reste pendant que je sors faire quelques photos alors que la Lune est maintenant bien levée : instants magiques !
Pendant la nuit je dors mal comme souvent, réveillé notamment par de fortes bourrasques de vent qui arrivent sans prévenir. Mais je n'en apprécie que plus la cabane !
Le lendemain nous émergeons tranquillement peu après le lever de soleil, le spectacle est encore magique avec ce mélange de rose des zones éclairées par le soleil et le bleu des zones encore à l'ombre.
Enfin nous repartons vers le Pas de Chattons d'où nous redescendons vers la Grande Cabane. Au passage nous observons un peu les bouquetins qui paressent sur l'arête sud du Veymont.
Il est plus de midi et demi quand nous sommes à la Grande Cabane, j'escomptais y être bien avant et de gros nuages commencent à boucher les sommets et cacher le soleil : nous pique niquons rapidement et filons retrouver le GR93 pour regagner le parking, fourbus mais heureux comme on dit !
Quelques photos à venir.

Commentaires

geba
01-01-2013 18:52:58

Que de la neige ! Tes photos vont finir par me faire regretter les paysages hivernaux immaculés. Encore une semaine méridionale…

ced
01-01-2013 17:40:28

Merci ! En fait pour le fiston c'était presque plus facile qu'en été comme il n'avait rien à porter. Je suis vraiment très content de la petite pulka : évidemment ça empêche de passer partout mais au final ça m'a permis de traîner pas loin de 40 kgs je pense avec moins d'efforts qu'un bivouac estival (entendons nous bien : je ne dis pas qu'il n'y a pas d'efforts pour autant)... J'avais pris à la base deux gros sacs à dos et mon idée était que nous les portions en cas de passage trop raide ou trop compliqué. Finalement nous ne les avons jamais porté et j'ai tout tracté ; dans les pentes les plus raides (Econdus, montée à la Queyrie puis aux Bachassons) c'était effectivement physique mais ça se faisait assez bien. Le plus délicat est vraiment les parties déversantes où la pulka partait de façon latérale (sur une partie de la montée à la Queyrie et surtout dans la pente de descente des Bachassons vers les Aiguillettes) ; mais au final c'était bien plus stable que je pensais et sur la plupart des pentes la stabilité était correcte. Bref je suis content, c'est vraiment le genre de sortie que je n'aurais jamais pu faire sans et le fiston aurait été bien déçu de ne pas en être. Comme j'ai fini mon tri des photos j'en remets une poignée : Du vent au départ de la montagne de Beure Sur le plat, la pulka est fabuleuse. Toujours du monde à Pré Peyret. La Queyrie ne semble plus très loin mais le soleil est bien bas... Mais trop tard ! Enfin le coucher de soleil est beau tout de même ! Nous repartons, parés pour la marche nocturne. La balade au clair de Lune (depuis le bouquin de Guillaume sur le Vercors, cette photo me faisait rêver !). Nuit tranquille : même pas de bestiole ; juste les bourrasques de vent pour me réveiller. Le lendemain matin, les Hauts Plateaux s'éveillent. En route vers le Pas de Chattons. La banquise de l'Antarctique ? En chemin vers la Grande Cabane. Traces éphémères... Dernier pique-nique en revenant vers Pré Peyret. Retour vers la montagne de Beure sous la grisaille maintenant. Les skieurs de rando, à la montée régulière.


fleur
01-01-2013 14:02:57

Superbe moment de partage avec ton fils je vais essayer dans faire autant pour la nuit de samedi..... Bonne année a tous... FLEUR


K-lys
01-01-2013 11:22:00

La cabane pour soi : le rêve... Belle sortie, bonne année à toi encore... Bonne année à tous...


geba
01-01-2013 07:53:37

Belles images. Je suis toujours admiratif des sorties que tu réussis avec Jean, sans oublier son frère et sa soeur. Bravo et bonne année.


ced
31-12-2012 16:51:14

Oui à défaut de baignade dans les Calanques on se console avec la neige ! :wink: Voici les photos : 1- Le temps tourne trop vite, nous montons aussi vite que possible vers le vallon de la Queyrie... 2 et 3 - Mais quand nous y arrivons, l'ombre est déjà là... 4- Après une pause nous repartons vers les Aiguillettes 5- Nous y arrivons et presque incroyable : la cabane est vide. Nous profitons de l'aubaine ! 6 et 7- Je sors faire un petit tour au clair de Lune ; le paysage est somptueux ! 8- Le lendemain matin 9- C'est reparti ! 10- Retour par la Grande Cabane


geba
31-12-2012 16:18:05

Impatient de voir les photos. J'ai oublié la neige, il faudra bien passer un jour en mode hiver… À bientôt.



  • Horaire : 3h
  • Dénivelé : 1000 m
  • Participants : Jean

Autres sorties

Date Titre Auteur
25-10-2017

Des bouquetins à foison

Nicolas CHAPPEL
26-06-2010

Conditions météo idéales pour cette face Sud-Est en projet depuis l...

7-laux
24-09-2006

Sortie de secours mercredi : partis vers le Dévoluy avec le Yéti, l...

GLaG
09-06-2006

Superbe :-)...

pascal07

Identification

( ) bivouak.net

Social Media