MikaelD
10-04-2013 15:07:43

Merci pour toutes ces infos et d'avoir pris le temps de rédiger tout ça. Je me coucherai moins con, je dirai, parodiant Renaud, En pensant avec raison que la rando rendait moins con et que pour lui y'avait du boulot.

ced
10-04-2013 13:41:33

En fait ce n'est pas un ouvrage militaire : le Mont d'Or lyonnais a été beaucoup et longtemps exploité pour ses carrières de calcaire (pierre grise ou pierre dorée) qui ont notamment servi dans Lyon (au point qu'il me semble que quasiment toutes les "falaises" du Mt d'Or sont en fait d'anciens fronts de taille). Et la spécificité de ces carrières (au moins en Europe), c'est que pour faciliter la gestion des nombreux déchets (surtout la couche dite du bajocien et qui était au-dessus de la pierre dorée de l'aalénien), des tunnels en pierres sèches ont été construits pour faciliter la descente des fronts de taille vers la Saône (les pierres étaient descendus dans des chars ou "crapauds" évidemment très lourds et malaisés à diriger). L'intérêt était donc de pouvoir entasser au-dessus les déchets, de faciliter le cheminement en cas d'intempéries et peut-être aussi de mieux surveiller l'accès au front de taille. La longueur de ces parcours souterrains pouvait être semble-t-il de 800m jusqu'à la Saône, mais pas d'un seul jet : il n'y avait pas d'électricité pour éclairer et ces tunnels étant un travail de titans, ils sont dans l'ensemble plutôt étroits : il fallait donc laisser des fosses plus larges à l'air libre pour pouvoir se croiser (ou aussi peut-être pour des raisons de sécurité en cas d'éboulement, etc...) J'avais déjà mis quelques autres photos de tout ça ici mais je remets ça avec plaisir : Quelques aperçus des tunnels : Mais ils sont effondrés le plus souvent (je pense plus précisément qu'ils ont été bouchés à l'abandon des carrières car à une exception près l'effondrement est sur la sortie) : Un aperçu du site le plus parlant de mon point de vue : après avoir quitté le sentier principal tu débouches sur une plate forme qui comprend une belle caborne flanquée de l'entrée du tunnel, dont le linteau est gravé (GL : les anciens du village gardaient une mémoire très vivace des carrières et des carriers donc on sait qu'il s'agissait de Gaspard Lignieux). Après la traversée du tunnel on débouche sous le front de taille : Au bas de celui-ci, on peut encore trouver et lire deux petites inscriptions propres et nettes, le testament du vieux carrier et la réponse de son compagnon. "Oh dure et ingrate roche, pendant 33 années, par toi nous fûmes enchaînés. Mais, ô Dieu de bonté, veille sur nous encore quelques journées et nos chaînes seront brisées. Louis Lignieux 1863" La réponse de son compagnon : "Heureux celui qui, sans te creuser, sa vie peut passer. Car dans ton sein, ô dure roche, que de sueur il faut sécher, que de malheur et de danger il y a à éviter pour ne rien gagner. Fait ce 25 novembre 1863" On peut trouver quelques infos complémentaires ici (syndicat mixte du Mont d'Or) : http://www.montsdor.com/connaitre/tunnels/index.htm Malheureusement des problématiques importantes de sécurité et de propriétés privées ne permettent pas d'en dire plus.[/url]


MikaelD
10-04-2013 09:49:00

J'avoue mon ignorance en matière d'architecture militaire (d'architecture tout court aussi...), qu'est-ce donc qu'une fosse de croisement ?


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net