Un petit tour hivernal au roc de Garn...

Pierre Baldensperger
12-02-2008 23:22:48

Trop fort ! Pour avoir examiné votre voie d'ascension depuis le haut, ton récit n'en est que plus sensationnel !

GLaG
12-02-2008 21:33:32

Grandiose...dès fois on regrette de n'être que randonneur...! Merci pour l'info et les photos !


François LANNES
12-02-2008 21:19:31

Un oubli de me déclarer, pour le post qui précéde !


anonynmous
12-02-2008 21:15:27

Merci Jean-Marc pour ce compte rendu se sortie. Un petit air des aiguilles de la Jarlatte ne peut pas faire de mal, n'est-ce pas ? :D J'avais déjà repéré ce bout de couloir qui remonte, caché derrière les hauts gendarmes, et l'avais en réserve de sortie à faire. Avec tes explications d'aujourd'hui, nous savons donc qu'il aboutit bien dans la face ouest. Parfait. Par contre, le mixte exposé de la longeur débouchant sur l'arête, je te le laisse... Ta photo (avec le tracé) est bien belle à décortiquer. A continuer.


jean-marc jacquet
12-02-2008 13:56:59

Voici une sortie que j'ai envie de faire partager aux amis du Dévoluy. Il ne s'agit pas de randonnée mais celles et ceux qui aiment les aiguilles de la Jarjatte y trouveront sans doute un intérêt. Captivé par cette paroi, les faces ouest du Roc de Garnesier, j'attendais depuis bien longtemps l'occasion d'y aller faire un tour. Le but étant de tirer une longue diagonale de gauche à droite dans les pentes et vires de neige qui se succèdent pour rejoindre le sommet. Un couloir dominé de hauts gendarme est bien visible du dernier téleski de la station : ça pourrait être le point de départ. Mais fait-il jonction avec la paroi ? Une première visite en skis il y a deux ans ne répond pas à la question : le mauvais temps ne permet pas de bien comprendre comment s'achève le haut du couloir lorsqu'il bute sur les falaises de ce vaste contrefort du roc de Garnesier. Une nouvelle visite le 1er janvier avec Cathie résoud le problème : ça passe. Une vire permet de basculer au pied des parois ouest. Mais quid de la suite ? Ce vendredi 8 février, avec mon ami Claude nous décidons de fêter dignement sa retraite toute neuve : cap sur la roche délitée du roc de garnesier ! Nous remontons le couloir et nous nous attaquons à la paroi par un système de vires neigeuses puis en glace tirant vers la droite. Semi-succès ou demi-échec, nous ne parviendrons pas à garder le cap à droite. Après deux longueurs en diagonale entrecoupées de petits ressaut verticaux, une très belle goulotte de 50 mètres nous fera tirer directement vers l'arête, et une quatrième vers la gauche, très délicate (mixte, glace et rocher pourri) nous y déposera bien plus bas que prévue. L'escalade s'est avérée bien difficile (sans être extrême), et très exposée (ça on s'y attendait !). Une très grosse poignée de pitons sera nécessaire pour ces 4 longueurs d'escalade mixte au final pas désagréables du tout (le temps froid et une neige encore assez abondante ont compensé la mauvaise qualité du rocher). Nous avons poursuivi par l'arête plus facile mais au rocher incroyablement délité (impossible de poser un anneau de corde : tous les blocs semblent instables !). L'heure tardive, les pentes de neiges raides brusquement très molles sur l'action du soleil et un ultime ressaut rocheux nous ont invité à reporter l'exploration du haut de l'arête à... l'année prochaine ! Nous sommes redescendu par le vallon du Bouffet par un couloir facile plus à gauche de l'itinéraire estivale décrit par Pierre Baldensperger : http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=2541&id_sport=2 et avec en tête le formidable récit de Jean-Marie Faure : http://obiou.over-blog.com/article-5819878.html Plus de photos ici : http://picasaweb.google.com/jeanmarcjacquet/GarnesierPetiteFaceOuest [/img][url][/url]


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net