Dou de Moûtiers Versant ouest, depuis Notre
Dame du pré

Dou de Moûtiers Versant ouest, depuis Notre
Dame du pré

  • Altitude départ : 1260
  • Altitude sommet : 2489
  • Dénivelé : 1220
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 15 minutes de vol
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Balisage : des panneaux sinon rien
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Depuis la fontaine du village, prendre le chemin qui traverse les prairies d'atterrissage et viser le haut du fil neige. Un petit panneau (ce ne sera pas le dernier) vous mettra dans la bonne direction à gauche puis dans une petite combe, dès que les sous-bois sont plus touffus, la trace est évidente.... beaucoup moins quand on traverse les prairies.
On coupe deux fois une route goudronnée avant de remonter la piste de ski, le sentier devient très beau et passe à La Grange à Marc (1760m). Continuer par dessus jusqu'à rejoindre une belle piste carrossable, son principal défaut est de ne pas monter bien fort, je vous suggère de couper les lacets au mieux (comme je l'ai fait sur la trace jointe ci dessous)
Atteindre la Halle de Fruit Commun, et couper encore deux trois lacets avant de faire une grande traversée vers le sud en restant sur la piste horizontale pour rejoindre le vallon principal. A partir de là, suivre le ruisseau plutôt que la piste toujours aussi peu rentable. Vers 2350m, il est possible de couper vers le sud et viser le point 2405 sur la crête, attention les 50 derniers mètres sont très raides, pas de baskets SVP. Il ne reste plus qu'a suivre la crête sommitale qui monte mollement entre les reliefs étranges de l'épaule. Croix au sommet.

Précautions

Prairies parfois glissantes dans les pentes les plus raides


Commentaires difficultés

Itinéraire prenant de nombreuses pistes différentes, mais c'est assez bien indiqué
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Moûtiers > direction Tarentaise > Avant Saint Marcel tourner a droite > Notre Dame du Pré le haut


Situation




Sortie du 30-07-2013

Les rafales de vent turbulent qui ont perturbé ce week-end semblent enfin se calmer, la Vanoise sera la première à bénéficier d’Éole apaisé. Allons voir ça de plus près.

Le petit village de Notre Dame du Pré baigne tout juste d'une lumière nouvelle et bienveillante. Les rayons passent par dessus les versants Ouest et viennent caresser les maisons soudainement illuminées. Je laisse cette douceur agréable pour commencer la montée sur les flancs raides de la forêt, il est encore possible de profiter de la piste de ski de l'unique téléski du village, cela permet une montée plus rentable, plutôt que la longue route qui va rapidement devenir piste. A la Grange à Marc, la piste devient sentier et me conduit à travers une forêt de plus en plus épaisse. Et puis d'un coup, les arbres cèdent la place à l'alpage, il est beau et tout en rondeurs. Encore une fois, la pente de la piste carrossable que je viens de retrouver n'est pas assez raide, de plus, la prairie est bien tondue par les nombreuses vaches encore présentes sur les hauteurs, aussi tous les raccourcies possibles sont empruntés. L'herbe est encore humide des fortes pluies de ces derniers jours.

Plus haut encore la solitude n'est troublée que par le passage de quelques bergers affairés à entretenir les alpages. L'un d'eux passe à proximité et semble reconnaître mon sac à voile. C'est un berger parapentiste que se lançait jadis depuis le sommet que je convoite aujourd'hui. Ce qui me rassure un peu, ça décolle donc du Dou de Moutiers. Nous échangeons quelques propos sur les sites environnants avant qu'il ne continu sa descente vers la vallée. Sous le col du Jovet, je commence à trouver le temps un peu long, d'autant plus que les nuages prennent de l'extension, il n'y en a pas encore sur mon versant certes, mais en revanche, de gros panaches débordent de la face Est qui est un véritable four à bourgeons cotonneux, ils gonflent comme des soufflets et dérivent paisiblement vers le sud. Pris d'impatience je coupe directement en pleine pente vers la crête sommitale, c'est plus raide que cela ne paraissait d'en bas.... qu'à cela ne tienne, je suis maintenant bien chaussé, fini les baskets de d'jeuns.

Sur la crête orographique, le sentier est agréable et serpente entre les bosses jusqu'au sommet matérialisé par une petite croix. La visibilité est quasi nulle du coté de Bozel, les nuées bouchent la vue vers le sud. En revanche le Mont-Blanc trône majestueusement par dessus les moutons vaporeux des différents plans de montagnes. Il est onze heures quand je touche enfin la croix. Quelques couples passent en traversée sur ce sommet. La configuration est telle que la carte et la vision satellite le laissaient supposer. Une pente peu raide vers le nord et une brutale cassure au bout de 30 mètres... Une petite brise de face serait la bienvenue, manque de pot, elle est faible mais bien orientée. Il va falloir soigner la prévol car cette brise trop juste ne me permettra pas un gonflage serein, il va falloir courir vers la cassure... exercice sinon dangereux du moins délicat.

L'absence de vent permet en revanche de préparer tranquillement la voile. Un randonneur vient à ma rencontre alors que j'en fini avec les ficelles. Je lui explique par où descendre puisqu'il veut passer par le vallon que je viens de parcourir. Un dernier coup d’œil sur le splendide paysage qui m'entoure et en avant. La voile n'offre que peu de résistance dans cette brise trop molle . Il convient donc de bien regarder la montée de la voile avant de s'engager résolument vers la cassure. Et hop, une grande inspiration et me voici dans l’éther. L'ai est calme et sur ce versant Nord Ouest, il est inutile d'espérer trouver des thermiques, d'ailleurs je m'en fout, l'essentiel est simplement de pouvoir décoller. Sous mes pieds défilent tous les passages traversés ce matin, la lumière, qui vient pile de derrière moi, éclabousse maintenant les prairies, au loin les crêtes se découpent entre de larges cumulus. Le petit village blotti sur les grandes pentes est maintenant totalement dans la lumière. J'entrevois la flamme laissée ce matin au milieu du champ, l'orientation de la brise ne fait aucun doute, elle vient du sud et remonte déjà les prairies. l'atterrissage sur cette prairie suspendue est magnifique. Le vol n'aura pas duré longtemps mais je me régale toujours de cette descente par les airs.

Pink Floyd...Chiens, cochons, moutons et Alouettes sont au programme de ce succulent album Animals qui m'accompagne... Tout comme ici dans ces vertes et humides contrées (avec les vaches en plus)


  • Horaire : 3h
  • Dénivelé : 1220 m
  • Altitude chaussage : 0 m
  • Altitude déchaussage : 0 m
  • Risque avalanche : 0/5

Autres sorties

Date Titre Auteur
03-07-2016

Dou le bien nommé

9 Michel Pila
14-11-2015

Sous la protection d'éole

1 Michel Pila
23-05-2015

Changement de programme en route

3 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media