Tête Virante Versant des Beaumes

Tête Virante Versant des Beaumes

  • Altitude départ : 1300
  • Altitude sommet : 2674
  • Dénivelé : 1350
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 20 mn
  • Orientation : Sud-Est
  • Balisage : Pas de balisages, les 300 dernier mètres sont hors sentier

Itinéraire accès

Depuis les Beaumes, prendre le sentier commun aux lacs de Crupillouses et tourner à gauche assez rapidement. Remonter le long vallon, le sentier traverse un verrou raide avant de se retrouver sur un large plateau semi désertique. Il va falloir quitter le sentier principal. Vers 2040 ne pas prendre le sentier raide à droite, c'est un raccourci. Continuer sur le sentier principal et 200 mètres plus loin, prendre à droite toute, le sentier grimpe en diagonale avant de traverser habilement des ravins peu engageants. Le sentier demande une contorsion pour passer une boite au lettre. Plus haut la pente se calme brutalement. L'objectif est à vue c'est un piton sombre et imposant. Il suffit de le viser et de monter à travers Champs. Sous ce piton, prendre à gauche et atteindre le Col d'Estreche. Le sommet est à 5 minutes à droite du col.


Itinéraire vol

Décollage : Le sommet est plein de caillasses agressives et complètement plat. Heureusement la nature est bien faite, vous trouverez ici ou là des plaques moussues qui faciliteront le décollage. Au col d'Estreche c'est encore plus facile, c'est 50 m plus au sud, sous le sommet. 

Vol : Ras (on ne voit pas l'atterrissage)

Attérrissage :  Juste en amont des Beaumes, côté parking, un Grand champ longe la rivière. Attention cependant, il y a des grands arbres qui compliquent un peu l'approche. 

0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Pont des fossés > tournez à gauche dans le champoléon arret juste après les Beaumes au parling des deux roches


Sortie du 14-10

Tout vient à point à qui sait attendre

Tout vient  point  qui sait attendre

Ce sommet était tombé dans les oubliettes, pourtant, il n'aura fallu que le délicieux compte rendu d'une amie randonneuse  pour raviver son souvenir.... la Tête Virante ! Il y a 38 ans, lors d'une me mes premières sortie de ski de randonnée, le cafard chef de cours, au demeurant fort sympathique, nous faisait faire la traversée de la pointe des Moutières, un magnifique sommet au Sud des Écrins. C'est en passant sous la Tête qu'il nous la montra avec humilité et respect, nous racontant d'homériques virages sur ses flancs poudreux vierges de toutes traces.

Aujourd'hui, les skis sont hors sujet, néanmoins, un parapente pourra aisément les remplacer d'autant plus que le décollage est face au versant sud-est surchauffé dès les premières heures du jour. La météo ne peut pas être meilleure et il est grand temps de tenter une ascension à travers les barres rocheuses. C'est au lever du jour que la marche commence, plus haut les montagnes sont encore sombres et pourtant, peu à peu, la lumière est devenue plus vive. Quand tout à coup, comme si l'on soufflait sur des cendres d'un ancien feu, les pointes se sont allumées, d'un rouge éblouissant, et puis soudain, la montagne entière s'est embrasée comme si un souffle divin avait fait jaillir la flamme de l'âtre. Punaise que c'est beau !

La marche à partir de ce moment n'est plus pénible, il suffit de temps à autre d'observer le réveil du monde. Vers 2100m il faut quitter le chemin confortable pour prendre un sentier à peine visible. Pourtant il passe astucieusement entre les barres vertigineuses. Bientôt le sommet est à vue et à peine plus tard me voila au cairn sommital. La vue est étourdissante sur les sommets environnants, ici le Sirac, là le Pic de Parière, et tout au fond la majestueuse Barre des Écrins !

La Tête Virante cache sous ses flancs escarpés un sommet débonnaire en forme de dôme, doux et vaste. La nature à bien fait les choses puisque quelques petites prairies parsèment les pierriers, il suffit de choisir celui qui est au vent. La préparation est minutieuse car à ces altitudes, les cailloux sont agressifs et retiennent facilement la montée de la voile. Eh bien, à la faveur d'un thermique bien de face, la voile est montée d'un coup d'un seul, me projetant instantanément dans la troisième dimension directement dans l'azur immaculée. Quel vol splendide, loin des sites surpeuplés, seul dans cet univers de roches magnifiques. De puissants thermiques me retiennent dans les airs, en compagnie de nobles rapaces... vu de loin j'ai cru à des vautours mais en enroulant la même ascendance , l'observation de leurs ailes indique que ce sont probablement des aigles... hélas ils n'ont pas l'air du tout d'apprécier la venue de ce balourd, aussi je quitte vite le thermique pour d'autres cieux. En bas les chamois courent en tout sens au milieu des mélèzes roux.

Toutes les bonnes chose ayant une fin, il est temps de se poser dans le petit champ. Ce n'est pas le plus grand, mais il a l'énorme avantage d'être près du parking... fainéant que je suis ! Il faut jouer fin pour le pas accrocher la cime des plus grands arbres à l'orée du bois.

Voila un sommet de plus à mon escarcelle, celui ci était dans le viseur depuis des années... qu'est que c'est bon de trouver une nouvelle balade où toutes les conditions sont bonnes pour passer une bonne matinée. Y faut en profiter !!!!!

 

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h
  • Dénivelé : 1350 m
  • Temps de vol : 30 m
  • Plafond max : 2700 m

Parcours



  • Nb points : 277
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 5.683
  • Dénivelé - : 141
  • Dénivelé + : 1479
  • Taille fichier : 1 kB
  • Description : Ras
  • Téléchargement


Identification

( ) bivouak.net

Social Media