Cascade et vallée de Chorsin en boucle par
les Jasseries de Garnier

Situation

La cascade de Chorsin
  • Altitude départ : 879
  • Altitude sommet : 1362
  • Dénivelé : 510
  • Distance : 13 km
  • Temps de montée : 2h50
  • Temps de descente : 1h40
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Marques blanc-jaune sur une bonne partie de l'itinéraire.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle
  • Accès : De Chalmazel au Nord, D101>Sauvin, puis Pont de la Pierre ; au carrefour qui suit, D44 jusqu’au hameau du Crozet. De Montbrison au Sud, D69 > Châtelneuf > Courreau ; au grand carrefour peu après, D44 dir. Sauvain jusqu’au Crozet. Se garer en bas du hameau (places de parking à gauche de la route, avant son virage à droite vers le Pont de la Pierre et Sauvain).


Proposé le Geoffroy Rémi

Itinéraire

C'est une belle rando "classique", balisée de bout en bout, dans un des sites emblématiques des Monts du Forez. Mais comme elle n’est pas trop longue, il est possible de faire durer le plaisir, en particulier sur les Hautes Chaumes aux horizons infinis…

Du parking, monter vers les premières maisons du hameau de Crozet, et prendre aussitôt le sentier qui part en épingle à gauche. Dès lors il suffit de bien suivre le balisage blanc-jaune.

On traverse une ferme (bien refermer le portail), puis on remonte un chemin en sous-bois, jusqu’à une piste confortable qu’on suit à droite.

Après avoir traversé le ruisseau de Pierre Brune (petit pont, 979m, source d’eau ferrugineuse Font Fort), on va d'abord s’en éloigner, avant de s’en rapprocher à nouveau (à la bifurcation 1045m, virer à gauche), puis de le suivre en surplomb rive gauche (SW).

Au panneau "Cascade" (vers 1135m), descendre à gauche au bord du ruisseau et admirer la belle cascade dite "de Chorsin" (il faudrait dire "de Pierre Brune" !), plus ou moins fournie selon la saison.

Remonter ensuite sur la piste et poursuivre à gauche dans la même direction (SW). Ignorer peu après un premier pont en bois à gauche sur le ruisseau qu’on continue à longer rive gauche.  À 1209m, bifurcation :

- un sentier part à droite – il peut permettre d’intéressantes variantes de découverte des Hautes Chaumes (Jasseries de Renat, Jasseries et Bois de l’Oule, Jasseries de Colleigne, voire Plateau de Pégrol ou même Pierre-sur-Haute) ; nous en préciserons quelques-unes ci-dessous en annexe à ce topo ; à essayer en fonction du temps disponible, car elles peuvent rallonger plus ou moins l’itinéraire du jour.

- mais notre itinéraire balisé se poursuit, lui, à gauche avec le franchissement du ruisseau sur un pont en bois. Remonter ensuite en lacets le versant rive droite de la vallée de Chorsin, jusqu’à ce que le chemin sorte du bois et débouche sur les immenses espaces dénudés des Hautes Chaumes.

Après notre point haut à 1362m (vue splendide, notamment sur le Pilat et jusqu'à toute la chaine des Alpes du Nord par temps clair), le chemin redescend et rejoint les célèbres Jasseries de Garnier (1342m, parking, restauration possible en belle saison). Continuer la descente sur la petite route d’accès, jusqu’au ruisseau de Chorsin, qu’on traverse (1260m). Juste après, au croisement, s’engager à gauche sur une large piste qui descend doucement en sous-bois vers le NE. Attention, après un peu plus d’un km, à la bifurcation 1185m, il faudra la quitter pour prendre sur sa gauche un chemin en nette descente, plein N. Ensuite, bien suivre le balisage : l’itinéraire change plusieurs fois de direction en passant par de petits hameaux (Palay), des fermes, une scierie…, et finit par aboutir sur la D44 au lieu-dit La Mure. Suivre alors brièvement cette route à gauche jusqu’au parking de départ.

Variante 1 par les Jasseries de Renat et la Goutte de l’Oule (plus longue) :

De la cascade, poursuivre comme indiqué dans le topo sur le chemin rive gauche du ruisseau de Pierre Brune, jusqu'à la bifurcation 1209. Là, ne pas prendre à gauche le pont sur le ruisseau, mais continuer à droite sur le chemin qui longe d’abord notre ruisseau vers l’W, avant de s’en éloigner progressivement et grimper en de nombreux et raides lacets vers le N. Vers 1315m, on sort du bois puis vers 1350m on débouche sur l’immense plateau des Hautes Chaumes. Là, à cette intersection, ne pas poursuivre à droite vers le N mais prendre le chemin en face (NW). Il passe peu après à droite des Jasseries de Renat.
Vers 1370m, nouvelle intersection : là, à nouveau, laisser le chemin à droite (N) et prendre à gauche celui qui part vers l’W ; aussitôt après, à la petite Vierge de Renat dressée sur son haut promontoire à gauche, laisser filer le chemin vers l’W (il se dirige vers les Jasseries de Colleigne et Pierre-sur-Haute), et s’engager dans celui qui part SW, puis S. Il va alors descendre en sous-bois et retrouver tout en bas le ruisseau de Pierre Brune, nettement plus en amont que tout à l’heure...
Le franchir alors à gué, au mieux, et suivre assez longuement (1,5km env.) la large piste à peu près de niveau qui se dirige vers le SE. À la cote 1366, très arrosée, franchir à gué deux ruisselets, notamment celui de la Goutte de l’Oule, et poursuivre à gauche, à angle droit, le chemin vers le NE (tourbière de l’Oule). En gardant cette direction on arrive immanquablement à la Jasserie de Garnier.
Poursuivre ensuite jusqu'au parking de départ comme indiqué sur le topo.
Soit en suivant cette variante un total de 17,5km et 580m de D+.

Variante 2 : au départ de la Jasserie de Garnier (plus brève) :

Accéder à la Jasserie de Garnier par le grand carrefour à proximité du village du Courreau (entre Montbrison et Chalmazel) entre la D44, la D20 et la D69. À ce carrefour, continuer brièvement sur la D44 vers le Sud et repérer aussitôt à droite le départ d’une petite route (panneau Jasserie de Garnier). La suivre jusqu’à son terminus à  ladite Jasserie (1342m).
Monter alors sur le plateau par la petite piste (W>SW). Peu après, à la fourche, prendre deux fois à droite : (W>NW) en direction de la forêt.qui tapisse toute la vallée de Chorsin. Descendre ainsi (lacets) jusqu’au fond de la vallée de Chorsin, où on franchit le ruisseau de Pierre Brune sur un pont en bois (1209m). Se diriger alors à droite sur la bonne piste qui surplombe et longe ce ruisseau, rive gauche. Env. 1,2km plus loin, vers 1135m, descendre à droite jusqu’au pied de la cascade de Chorsin (panneau).
À partir de là, suivre intégralement la variante 1 ci-dessus pour rejoindre la Jasserie de Garnier. La boucle est bouclée !
Soit pour cette variante un total de 10km et 315m de D+.


Précautions

A éviter les jours de brouillard ou d'orages (à cause du parcours sur les Hautes-Chaumes). En cas de doute, se contenter du parcours en aller/retour dans la vallée. Eventuellement, carte IGN 2732SB (Ambert, St-Georges-en-Couzan).



Difficultés

aucune

Hébergement(s) associé

Commentaires itinéraire

Sortie : Déconfinement dans l'infini des Hautes Chaumes

Pour cette première rando déconfinée, où aller passer ce premier dimanche de beau temps après six mornes journées de grisaille et de pluies ? Je crains que tout le monde par ici aille se ruer dans le Pilat tout proche… Et si on allait plutôt fouler, c’est certes un peu plus loin, les Hautes Chaumes du Forez et leurs immenses espaces sans limite ? Y accéder par la profonde vallée glaciaire du Chorsin, avec sa célèbre cascade au milieu du parcours, me parait une bonne idée - une sorte de métaphore du passage du confinement au déconfinement, en quelque sorte ?

Nous voici donc ce beau matin ensoleillé du 17 mai au départ du hameau du Crozet, point d’accès le plus courant mais que je n’ai encore jamais utilisé. Sylviane, elle, va découvrir la vallée…

À ma grande surprise, le petit parking est plein : je n’aurai encore jamais vu autant de monde sur ce trajet ! Première surprise dès le départ : on passe par une ferme, la fermière prend le soleil devant sa porte et nous accueille très aimablement ; mais ses quatre oies ne partagent pas du tout son affabilité et ne cessent de nous assaillir de leurs cris stridents - quel vacarme assourdissant ! Nous fuyons rapidement…

La montée ombragée dans l’étroite vallée du Chorsin est plaisante, mais nous n’y sommes pas seuls,  il y a là pas mal de familles, et on maintient donc les distances de sécurité… Arrivés à la cascade, c’est l’heure du pique-nique et on cherche comme toujours le coin idéal. C’est alors que déboulent avec fracas trois trialistes, qui plongent avec leurs machines au bord du ruisseau, juste pour le plaisir d’en remonter par les pentes les plus raides entre les arbres, en saccageant et labourant au mieux les sols fragiles de ces sous-bois. Le vacarme et l’odeur sont insupportables. Par chance (?) ils finissent par décider eux aussi de faire une pause repas, et nous bénéficions donc d’un petit répit. La cascade est très belle aujourd’hui, il y beaucoup d’eau, quel plaisir dans ce cadre sauvage.

Les trialistes repartis après une ultime démonstration de leurs exploits, nous repartons à notre tour et continuons à remonter la vallée. Nous sommes désormais à peu près seuls : la plupart des marcheurs se contentent a priori d’un aller-retour à la cascade. Parvenus au fond du vallon, il nous reste à remonter jusqu’au plateau des Hautes Chaumes ; vu l’heure, on décide franchir le ruisseau et donc de suivre intégralement le trajet balisé (ça m’arrive rarement, mais bon, pour une fois…).

Le débouché sur le plateau est aujourd’hui, plus que jamais, un enchantement. Retrouver ces espaces infinis et dénudés et nous y replonger avec délice, c’est un peu comme un retour à la vie. Paradoxal peut-être, s’agissant d’un quasi désert aux vallonnements sans fin ; mais à bien y regarder il y a au loin, ici ou là, une ou deux petites fourmis qui bougent doucement en se détachant sur l’horizon : des congénères, assurément, venus ici comme nous en quête de solitude et de resourcement.

Aux Jasseries de Garnier, le nombre de voitures garées nous stupéfie : jamais encore on n’en avait vu tant, c’est d’autant plus étonnant que la Jasserie est fermée (pas de restauration bien sûr). On n’est donc pas les seuls à avoir eu cette idée ! Mais on ne s’en aperçoit pas, vu l’immensité de ces hautes terres.

La boucle du retour est pour moi une découverte. Après une longue sieste dans un recoin herbeux et ombragé, nous entamons la descente vers le Nord. Elle a beau être balisée, eh bien j’ai trouvé le moyen de sortir de l’itinéraire sans m’en apercevoir ! Sans doute un effet de mon envoûtement face à ces retrouvailles de mes chères Hautes Chaumes... Bon, la carte et la boussole aidant, j’ai assez vite compris l’origine de mon erreur (la non-sortie de la piste au pt 1185 !), et on en a été quittes pour un peu plus de route que prévu. Pas grave, il en faudrait bien plus pour gâcher le souvenir de cette belle échappée de notre long état de confinement.


La cascade de Chorsin
Débouché de la vallée (dans les sapins) sur le haut-plateau
Hautes Chaumes
Hautes Chaumes
Sieste à  la descente en bordure du plateau
Les oies du Capitole
  • Date : 17-05-2020
  • Durée : 5h30
  • Dénivelé : 510 m
  • Distance : 14 km
  • Participants : Sylviane

Autres sorties

Date Titre Auteur
31-12-2021

La lumière au bout du tunnel ?

Geoffroy Rémi
Identification

Social Media