Sortie : Jas Mouton

Jas Mouton

Données de la sortie

Météo GIF
  • Date : 26-10-2019
  • Durée : 3
  • Dénivelé : 700 m
  • Participants : Irène

Données de l'itinéraire


Au début du mois, nous étions allés du côté du vallon de la Mine de Fer pour aller voir les chamois des pentes sud de Jas Mouton. Nous y avions croisé une harde d’une petite dizaine d’individus, essentiellement des chèvres et des cabris. Après les avoir observés et suivis de loin pendant une bonne heure, ils avaient fini par basculer dans le milieu de l’après-midi dans le large versant Nord-Ouest qui domine le Grésivaudan. L'idée du jour était donc d'aller voir de ce côté en fin d'après midi, heure à laquelle il était le plus probable de les croiser dans les parages. Un coup d’œil à la carte et le petit chemin en tireté quittant le sentier principal de Jean Collet au point 1849m semble bien indiqué pour rejoindre ce versant.

En fait de chemin nous n’en trouverons pas, si ce n’est quelques sentes discrètes d’animaux, menant à une épaule herbeuse panoramique où sont plantés de petits pitons rocheux très esthétiques. De là, la vue est large sur le cirque du Grand Replomb, courant de Orionde jusqu’à Jas Mouton. Un petit peu de concentration et les chamois apparaissent dans les barres face à nous. Ils sont trois, dans le bas des abrupts Nord de Jas Mouton, à deux ou trois cent mètres environ. On les regarde vivre un moment, profitant pleinement du doux soleil d’octobre sur notre piton rocheux. Une nuée virevoltante et survoltée de passereaux survole notre nid en piaillant, plongeant vers Orionde. Et puis, débouchant de l’épaule au dessus de nous, deux grands mâles plein de la vigueur du rut nous arrivent dessus. Ils nous ont vus mais ne font pas demi-tour et s’arrête à moins d’une centaine de mètres. La crinière hérissée, les muscles puissants, ils se mettent bien en vue, s’ébrouant, se jaugeant l’un l’autre, frottant leur cornes contre les buissons, bien décidés à se laisser admirer. Majestueux !

Au retour dans la forêt, scène onirique parmi le frondaisons flamboyantes. Une colonie joyeuse de mésanges charbonnières nous a tourné autour pendant un petit moment, s’interpellant l’une l’autre, se posant sur les branches parfois à moins d’un mètre, faisant fi de nous. On avait vraiment le sentiment d’être inexistant pour eux, comme si nous n’étions pas vraiment là. Avec la lumière dorée de la fin de journée, cela avait la consistance du rêve.

D'autres photos et vidéo ici

Creative Commons licence
Jas Mouton
Jas Mouton
Jas Mouton

© 2024 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient être tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables...


Identification

Social Media