Roche Brune et le Grand Ratz depuis Bourget


Roche Brune et le Grand Ratz depuis Bourget

  • Altitude départ : 190
  • Altitude sommet : 932
  • Dénivelé : 800
  • Distance : 7 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 10 mn de vol minimum
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : Jaune plus ou moins constant
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

Depuis le parking de HelpCar, prendre le petit sentier horizontal qui longe la falaise, vous passerez sous une porte bizarrement perchée à 6 mètres du sol, puis au hameau du Bourget, prendre le chemin du Bourget, il précède le sentier qui va monter dans une combe boisée plutôt raide. Bientôt un embranchement, il vaut mieux laisser ici le sentier du vallon beaucoup trop raide et prendre à gauche par le belvédère des maquisards. Au point de vue, un autre sentier contre les prairies de Tençon permet de rejoindre le col du même nom. Au petit col, prendre un sentier à gauche de la piste qui lui est parallèle, bientôt on retrouve un autre sentier beaucoup plus raide qui monte en larges lacets jusqu'au plateau sommital.
Optionnel : En arrivant au pas sur le plateau, poursuivre 100 mètres vers le nord avant de prendre à gauche un petit sentier qui vous conduira au sommet où il n'y a strictement rien a voir.... Mais c'est le sommet.

Puis, par une traversée descendante rejoindre le sentier d'un autre belvédère, celui de la croix de Roche Brune. Suivre le sentier en légère descente. Attention il va falloir tourner à gauche sur une piste un peu défoncée au début. Elle est pas facile à trouver et il n'y a aucune signalisation, je me suis d’ailleurs gouré....

A gauche donc vous poursuivez d'abord par une petite cote, puis par une descente vers la droite qui longe la falaise pour bientôt trouver l'ancien décollage à delta... les buissons ont poussé et mon frangin qui décollait ici avec plus ou moins de bonheur ne pourrait plus satisfaire ses lubies. Il vous faut continuer encore 100 mètres pour trouver un champ à gauche qui permet de voir le décollage. Nous y sommes.

Itinéraire vol

Décollage : C'est orienté plein Ouest. On peut y décoller dès la brise thermique installée. Ce qui fait 11 heures au plus tôt au printemps, 15 heures en automne. La brise y est vite puissante. Le vent favorable ? Ouest bien sur, mais par vent de Sud ça le fait aussi très bien. En revanche le vent du nord n'est vraiment pas bon pour le décollage. Attention aux prairies qui sont encore bien exploitées pour l’élevage et les foins... évitez de les traverser. Vol : Thermiques puissants dés la mi-journée et restitution phénoménale le soir en été, toute la plaine irradie sur la carrière en contrebas. Attérro, Au sud de la Buisse, un terrain marqué d'un rond est visible à l'aplomb du décollage. Il touche la maison la plus au sud par delà la route de Voiron.

Précautions

Au décollage, la brise thermique peut être assez forte en milieu d'après midi.


Topo créé le :

Grenoble > Voreppe > rester sur la nationale sans entrer dans Voreppe > Rond Point de Voiron > direction La Buisse > Se garer 1 km plus loin sur la Parking de HelpCar.


Parcours


  • Nb points : 311
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 6.401
  • Dénivelé - : 504
  • Dénivelé + : 1118
  • Taille fichier : 12 kB
  • Téléchargement


Sortie du 29-03-2014

Une Porte dans la falaise ?

C'est une balade que j'avais faite il y a bien longtemps avec Jeannot, elle pouvait coller avec un retour par les airs, compte tenu de ma petite condition et de la neige encore bien présente sur les sommets, c'est le moment ou jamais... après avoir laisser la caisse à un endroit stratégique entre l'attéro et le départ de la montée, j'emprunte le petit sentier horizontal qui longe les entreprises de béton précontraint. Il passe au pied de la grande falaise dans une solitude presque oppressante sous l'ombre humide des grandes roches sombres. Soudain, une porte se présente à 10 mètres du sol,une courte Via ferrata permet d'y accéder. Ni une ni deux, je pose la voile et entame une reconnaissance. C'est un petit parcours historique sans doute pour accéder à des carrières. Le plus grand porche a été aménagé en une école d'escalade avec des voies abominables. La présence incongrue d'une énorme peluche au sommet d'une voie ajoute encore à l'ambiance glauque et humide. Suite à ce bref intermède, la voile est remise sur le dos et j'attaque enfin la montée.

La COREPHA a bien fait les choses, des lacets ont été aménagés dans les parties les plus raides du sentier, et ils ne manquent pas, les raidillons. L'arrivée au belvédère des maquisards est un grand moment, on s'extirpe du vallon glacial pour trouver une douce et chaude lumière sur des prairies en fleurs. Les signes d'un passé riche en événements surgissent au gré d'un sentier qui s'enfonce dans une épaisse végétation faite essentiellement de buis. Ici un point de surveillance, là un ancien four en ruine, plus loin encore une source moussue, la balade est riche et variée. Au Col de Tençon, changement de décor, on évolue dans un versant sud chaud et raide, le sentier conduit sans détours au plateau du Grand Ratz, petit passage au sommet par des sentes presque invisibles.

Je me suis gouré en descendant sur le décollage, c 'est en arrivant sur le village du Grand Ratz que je me rends compte de la boulette. Demi tour pour trouver l’embranchement qui décidément est dur à voir puisque je vais rebrousser trop longuement sur la piste. Un petit coup de GPS OruxMap me remet sur le droit chemin. Une petite moto pétaradante surgie d'en face, et disparaît dans les sous bois... c'est la seule personne que j'aurai vu de la journée. En arrivant sur le décollage, la biroute est parfaitement orientée. Compte tenu de ma nouvelle voile qui n'a encore jamais volée, j'opte pour une petite séance de gonflage dans un champ vers la butte à Paccard.

A mon retour le soleil disparaît derrière un voile d'altitude réduisant l’influence de la plaine sur ce site magique. La brise mollie d'un coup alors que j'escomptais tenir un peu. Une fois dans la sellette toujours pas de soleil et encore moins de vent de face. Je me pose devant la voile et scrute le paysage, de petits camions colorés s’échinent sur la grande côte de l'autoroute, la campagne est animée d'une présence humaine très active, ici une voiture, là un tracteur s'affaire dans les champs. La vue est vraiment dégagée sur ce site où je n’étais pas venu depuis plus de 15 ans.

Finalement de faibles thermiques cycliques orientent correctement la biroute, c'est à la faveur du suivant que je décolle facilement. Cette nouvelle voile est parfaite pour la montagne, pas trop lourde, solide et tranquille à monter au dessus de la tête. Pour le vol, ben il n'y a vraiment rien. Pas de soaring et vol minute jusqu'à l'attérro. Voila un bien joli tour où la marche variée permet une visite précise de ce relief que certains annoncent comme étant la pointe extrême du Jura ??? n'est-ce pas loufoque ?

Photos de la sortie

Commentaires

Luc
30-03-2014 23:20:37

whisper73
En utilisation que montagne, ces voiles peuvent durée. C'est sur qu'un copain qui volait tout le temps et pendant des heures a fusillé la sienne en 250h.
Bein pour moi, 250h ça me ferait un bon millier de vols ;-)

Michel Pila
30-03-2014 21:36:24

Bonsoir Whisper Il est vrai que le gain de poids est appréciable, la légèreté est véritablement un gage de sécurité... Quand il s'agit de prendre la décision de redescendre à pied, il vaut mieux que la voile se fasse oublier, c'est psychologique mais néanmoins une réalité. Je rêve d'une voile mono surface en tissu normal avec des bonnes grosses suspentes dont le poids total ne dépasse pas les 2 kilos... peut être ma prochaine voile dans huit ans... En tout cas merci pour ton retour sur tes essais, tes renseignements sont précieux pour se faire une idée dans une offre sans cesse renouvelée. Bons vols demain, gros veinard !


Marc Billat
30-03-2014 19:15:32

Hello, belle voile. Comme vous pouvez le penser, je ne pense pas que les voiles très légères ne sont pas à mettre dans le catégorie Klenex. La preuve mon Ultralite, elle a 7 ans et son tissus est nickel, aussi bien le bord d'attaque, que le 27grs/m². Les suspentes dégainées n'ont pas bougé (mesure par moi même). La paresses en montée provient de la conception de la voile et des millars qui sont un peu froissé. Elle peut encore faire pas mal d'année. En utilisation que montagne, ces voiles peuvent durée. C'est sur qu'un copain qui volait tout le temps et pendant des heures a fusillé la sienne en 250h. En 7 ans, pas une seule déchirure ni suspentes cassée, il est vrai que la Savoie n'est pas le sud et ses cailloux. Si c'est une utilisation "site et montagne" mieux vaut une voile plus lourde. Le gain de poids s'est quand même génial. Ps: demain j’essaie l'Everest 23m², je conviens que c'est extrême comme voile légère et très perfo. Il me restera encore quelques ailes a tester avant de faire mon choix. Ps2: j'ai fusillée ma whisper de l'époque en 46 grs/m² et très lourde en même pas 200 heures.


anonynmous
29-03-2014 19:23:25

Enfin!!!! Tes vieilles suspentes me foutaient la trouille ;-) Ce bel S me rappelle ma Fides... que le non moins célèbre Mickael Fuselier trimballe maintenant... Une belle voile entre mains!


kaiser38
29-03-2014 18:06:30

Oui je suis de ton avis sur les ailes trop légeres. Mz gradient montana est un compromis acceptable tissus solide et suspente dégainée qu'en partie haute. J'espère que je verrai cette aile bientôt ! A++


Michel Pila
29-03-2014 18:00:00

c'est une Sky Paragliders. Je n'ai pas pris une voile montagne car le coté kleenex m'a toujours déplu, j'ai eu une Silver Gosth il y a 20 ans qui n'a pas fait long feu... en 4 ans elle volait de plus en plus mal avec en plus des réticences au décollage, ça m'a dégouté des voiles légères. Le modèle dans la gamme ? et bien c'est la Fidès 4, ça vole bien (comme un avion de chasse d'il y a 10 ans) mais surtout elle a peu d'envergure et des grosses suspentes qui ne s’emmêlent pas. elle décolle vraiment facilement, c'est à peine s'il faut tenir les élévateurs !


kaiser38
29-03-2014 16:41:41

Salut Michel ! Alors quelle est cette voile ? Je vais souvent voler au Grand Rate. C'est assez moche mais le travail rendement est bon Et c'est sympa de faire des aller retour sur cette falaise. Le cross jusqu'à la Sûre ou Montaud est très sympa aussi ! A++



  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 800 m
  • Temps de vol : 10 m
  • Plafond max : 900 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
19-02-2017

Thermiques matinaux

2 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media