Trace Vallon Pierra NO

Trace Vallon Pierra NO

C'est la bonne trace


 


Il y avait une erreur pour le franchissement de la troisieme barrière

Précisions sur le crux

Précisions sur le crux

En rouge : le cheminement que j'ai suivi.


En vert : une autre possibilité, peut-être plus simple. A vérifier sur place.

Vue d'ensemble

Vue d'ensemble

Photo empruntée à Yougs

En haut de la marche

En haut de la marche

L'ancien et le moderne

Tapis roulant

Tapis roulant

Juste avant le couloir qui franchi la 3eme barièrre

Les éperons à traverser vers le sud sous la 3eme barièrre

Les éperons à traverser vers le sud sous la 3eme barièrre

On distingue le petit couloir de sortie de la 3eme barre : c'est celui qui traverse le petit éperon au soleil devant l'arrière plan sombre . On repère aussi le gros rocher en haut qui marque le début de la dernière traversé vers le nord en direction de la 4eme barièrre

Le crux...

Le crux...

Y a pas !!!
C'est maintenant qu'il va falloir y aller...
Mais par où ?
Le "crux", c'est droit devant !!!

Rendez-vous à Vallon Pierra

Rendez-vous à Vallon Pierra

Sur cette photo, prise en hiver, est tracé l’itinéraire que j’ai suivi pour remonter dans les Crances (grand merci à Scal pour son aide en informatique…).
Les traversées horizontales sont évidentes, et entre chacune d’elles se trouve ce que j’ai désigné par « les barrières » : la 1ère, la 2ème, la 3ème et la dernière, la 4ème qui permet enfin d’accéder aux pentes d’herbe. Ces barrières coupent le versant quand on veut le parcourir du bas vers le haut.
Mais il y a aussi les éperons, 12 selon mon décompte (en partant à gauche des Charances de Ferrand, jusqu’à droite, à ce que j’appelle l’arête des Ponches). Ces éperons hachent le versant, si on voulait le parcourir horizontalement entre les deuxième et troisième barrières. L’itinéraire, lui, remonte sur le 6ème éperon, puis traverse à droite jusqu’au 8ème éperon.

La boite, le crayon et le carnet...

La boite, le crayon et le carnet...

Le petit rond rouge tracé sur l’itinéraire correspond à une particularité.

Il s’agit d’un petit abri de pierres, à fleur de versant, dans les herbes, abri suffisamment enterré pour ne pas faire prise aux avalanches de printemps.
Sous les pierres il y a une boite en fer, une boite du même modèle que celles dans lesquelles on met le kilo de sucre en morceaux.
Dans la boite, il y a un crayon papier (cela résiste au gel !), ainsi qu’un petit carnet ; le tout est protégé dans un sac étanche.
Les pages 1 et 2 sont signées : par Scal à 6h30 le matin, au départ de nos balades respectives, et par moi-même à 11h30, une fois sorti des Crances et parvenu dans les herbes.
Ce carnet attend, là, comme le ferait un cahier de refuge (mais sans le refuge), que d’autres, qui passeraient ici, y mettent aussi leur griffe.
Ce jour-là, je serai enchanté, vraiment heureux, d’offrir alors le verre de l’amitié au randonneur(euse), qui aura laissé sur ce petit carnet la trace de son passage.

Scal ne le savait pas, mais il a, en fait, déjà inauguré cette tradition nouvelle…

A bon entendeur !!!

Scal au milieu de la féérie des Charances

Scal au milieu de la féérie des Charances

Le retour avec Scal, retrouvé comme prévu à la Tête de Vallon Pierra, se fait par les pentes fleuries des Charances.
Ici, jaune, vert, bleu sont omniprésents.
Notre émerveillement est complet, et nous profitons à plein de cette journée "hors catégorie"...

Charances et Gd Ferrand depuis le bord le plus bas

Charances et Gd Ferrand depuis le bord le plus bas

Franchement, ce paysage n’est-il pas idyllique ?
Et je ne vous parle pas du moelleux de ce tapis vert, sous les fesses !!!

lui aussi aura bien travaillé ce matin

lui aussi aura bien travaillé ce matin

Sorti des Crances, voici enfin l’herbe souple et merveilleuse des Charances de Vallon Pierra. Le soulagement est fort. Devant, à cinq mètres tout au plus, il y a la cassure du relief, et les 700 mètres d’à-pics des Crances.
A côté de moi, toujours fidèle, le piolet. Il aura, une fois encore, bien rempli son usage ce matin.

tout en haut des Crances

tout en haut des Crances

Dernier ressaut, tout en haut des Crances.
En regardant vers le bas, l’ombre forme un spectacle surprenant, qui n’enlève rien des perspectives très fuyantes.

la 3ème barrière est franchie

la 3ème barrière est franchie

La troisième barrière est franchie.
Reste encore une pente de marnes/ pierrailles, et la sortie s'approche.

au pied de la 3ème barrière

au pied de la 3ème barrière

En bout de la traversée, un petit regard en arrière.
Le soleil commence à chauffer les éperons.
Le longue barrière de falaises est impressionnante.
Au dessus d’elle, ce sont les Charances du Ferrand

la brume lèche les éperons par le bas

la brume lèche les éperons par le bas

La brume lèche les éperons par le bas !
Heureusement, il ne s’agit pas là de l’annonce de la pluie, mais seulement de l’évaporation de l’humidité ambiante par la belle chaleur qui se prépare aujourd’hui.
A droite, on voit bien que le vide s’est creusé.

traversée dans sur les éperons centraux

traversée dans sur les éperons centraux

Sous la troisième barrière, il faut traverser vers la droite car, droit dessus, cela ne passe pas.
La sortie s’envisage sur le dernier des éperons que l’on voit depuis ici, celui qui finit en haut comme une crête de coq…
Traversée pas trop difficile heureusement, et très grande ambiance.

Le 6ème éperon, en herbe, est magnifique...

Le 6ème éperon, en herbe, est magnifique...

Je remonte sur l’un des nombreux éperons qui constituent la partie centrale du versant des Crances (en partant de la gauche, il s’agit ici du 6ème éperon !).
Monter sur l’herbe est vraiment agréable.
Vers le haut, dans l’exact prolongement de l’éperon, se devinent tout à peine, les pentes herbeuses des Charances de Vallon Pierra. L’effet de perspective est trompeur, et l’on ne voit pas la longueur de ces pentes supérieures. Entre elles et ici, il y a les deux dernières barrières rocheuses à franchir.

Au dessus de la deuxième barrière

Au dessus de la deuxième barrière

La deuxième barrière étant maintenant franchie, il reste encore de quoi faire : en haut, les troisième et quatrième barrières sont confondues en une seule falaise !!!
Il reste que le paysage devient grandiose, avec le Gd Ferrand qui domine, tout en haut, et avec ses nombreuses aiguilles, à son pied, que j'appellerai "les Santons"...

Le crux

Le crux

Y a pas !!!
C'est maintenant qu'il va falloir y aller...
Mais par où ?
Le "crux", c'est droit devant !!!

Au pied de la deuxième barrière

Au pied de la deuxième barrière

(Erreur de commentaire !!!
C'est pour cette photo qu'il faut lire :
"L'éperon herbeux et facile vient buter ici contre les falaises de la deuxième barrière : cela ne passe pas directement. Il faut aller sur la gauche pour trouver le passage qui permettra de la franchir. Le cheminement passe donc au pied du petit surplomb de forme triangulaire que l'on voit à gauche. Les choses se compliquent d'un cran, maintenant.")

Quant à la photo précédante, on pourrait écrire : "Sur la droite, c'et difficile. Bien trop difficile !!!"

Deuxieme barrière infranchissable, ici

Deuxieme barrière infranchissable, ici

L'éperon herbeux et facile vient buter ici contre les falaises de la deuxième barrière : cela ne passe pas directement. Il faut aller sur la gauche pour trouver le passage qui permettra de la franchir. Le cheminement passe donc au pied du petit surplomb de forme triangulaire que l'on voit à gauche. Les choses se compliquent d'un cran, maintenant.

Ambiance en vert et gris

Ambiance en vert et gris

Les pentes s'accentuent un peu. Les surface d'herbe diminuent...
Au-dessus, les falaises marquent leur présence.

1ere vire, éperon herbeux, et Gd Ferrand tout en haut

1ere vire, éperon herbeux, et Gd Ferrand tout en haut

Sur la première vire, certains passages sont encore très accueillants.


Tout en haut, c'est le Grand Ferrand qui apparaît...

Au pied du versant nord-ouest

Au pied du versant nord-ouest

L'embranchement vers la cabane des Allières est bientôt dépassé. Sous peu, ce sera les domaine des Crances.
Il faut monter tout là-haut, dans ce qui est encore sous le blanc-bleuté des nuages. Pour le moment, seule la moitié inférieure du versant est visible !!!

Tête de Vallon Pierra versant nord ouest

Tête de Vallon Pierra versant nord ouest

Cette photo hivernale du versant nord ouest de la Tête de Vallon Pierra est la meilleure que j'ai pour rendre compte de l'ensemble de ce secteur. Bien sûr, la sortie qui correspond à l'itinéraire a été faite en été !!!
Le départ se fait en bas, dans le creux de la vallée, à l'endroit ou le blanc de la neige fait une pointe vers le bas au milieu du noir.
La sortie se fait en haut, à la Tête de Vallon Pierra.
Entre les deux, 700 m de dénivelé dans les pentes raides des marnes, plus 500 m dans les pentes d'herbe, vertes et douces.

© 2022 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient être tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables...

Identification