Suc d\'Orsier et Suc d'Emeral (tour et sommets)
depuis Mézères

Suc d\'Orsier et Suc d'Emeral (tour et sommets)
depuis Mézères

  • Altitude départ : 936
  • Altitude sommet : 1089
  • Dénivelé : 590
  • Distance : 14,5 km
  • Temps de montée : 3h
  • Temps de descente : 2h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : marques jaunes, sauf l'accès final aux deux sommets, qui s'effectue sans trace ni cairns ni balisage.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Des trois sucs de plus de 1000m. qui entourent le magnifique village de Mézères, cette rando en associe deux qui le sont rarement. En effet, la rando classique du coin – souvent nommée "Les deux panoramas de Jalore" sur le net ou dans les topoguides – relie le Suc d’Émeral à celui de Jalore, respectivement au NW et au SW de Mézères. Le Suc d’Orsier se trouve, lui, au NE du village, et a en commun avec celui d’Émeral un accès au sommet qui est hors trace sur la carte comme sur le terrain, autrement dit un final pas si évident que ça, en forme de parcours de recherche dans les bois.


Tour et sommet du suc d'Orsier :


Du parking du cimetière de Mézères, suivre le panneau "Le Suc d’Orsier, 7,6km, 2h" (N, m.j.), donc la "Route de Vioches". Prendre ensuite un chemin à droite (non balisé), jusqu’à ce qu’il bute sur une autre route, qu’on suit à gauche puis à droite ("Route des Chaumilles"). S’engager ensuite un peu plus loin à gauche sur le "Chemin d’Orsier" (m.j.).


Longer ainsi le pied du suc, plus ou moins de niveau (E puis N, belles vues vers l’E). Le chemin pénètre en sous-bois, puis oblique vers l’W. Vers 910m, gros rochers à droite (belles vues vers le N et l’E) : à partir de là le chemin toujours balisé monte fortement vers la gauche. A la bifurcation 950 poursuivre vers la gauche.


Au col vers 1025m, point haut du chemin balisé (qui continue ensuite en descente à droite), quitter ce chemin pour s’engager à gauche dans le bois, hors trace, à la recherche du sommet du suc. Pour cela, prendre et garder la direction SE. On va ainsi passer à gauche de 2 blocs, puis à droite d’une série de dalles inclinées. Plus haut encore, passer à gauche d’un très gros amas rocheux et prendre pied sur le plateau sommital. Cet amas rocheux se remonte aisément : c’est apparemment le sommet du suc, et il offre en haut une superbe vue dégagée vers l’W (jusqu’aux sommets des Monts du Cantal par temps clair). En redescendre puis continuer dans la même direction jusqu’au bout du plateau sommital, à peu près à la même altitude que le sommet rocheux, d’où l’on profite d’une vue lointaine partielle sur la ligne des sucs au SE.


Cela fait, redescendre au col 1025 par le même itinéraire hors trace (donc NW cette fois-ci), en se repérant aux blocs et dalles inclinées vus à la montée. Poursuivre ensuite vers la gauche sur le chemin en descente vers le NW (m.j. toujours). Il va obliquer vers l’W puis le SW, et rejoindre une route, qu’il faut suivre à gauche. Passer un captage à gauche, puis s’engager à droite sur un bon chemin descendant (SW).


Au croisement 926, si on se contente du suc d’Orsier, on peut rejoindre facilement Mézères en prenant le sentier à gauche (S, m.j.), qui ramène sans problème à Mézères via Vioches (suivre le balisage).


Tour et sommet du Suc d’ Émeral :


Pour changer des topos existants qui présentent le tour du Suc dans le sens horaire, le voici pour une fois dans l’autre sens…


Du croisement 926, poursuivre la descente en face (SW, X jaune). Au croisement suivant (murets en pierres sèches) prendre à droite (N-NW) le large chemin  montant (on retrouve les m.j.). Après un virage à droite, s’engager sur un chemin herbeux qui monte à gauche (m.j. sur un rocher) puis rejoint une petite route qui mène au hameau de Planèze.


Tourner alors trois fois à gauche, et après l’ "Impasse de l’Assemblée" se faufiler à droite entre des hangars. On suit alors une sorte de sentier creux, toujours balisé, face au Suc d’Émeral qui paraît bien aplati vu d’ici…


Au croisement vers 1010m, prendre le chemin à droite (m.j., N, puis NW). À 1020m, ignorer un chemin venant de droite, puis passer des amas de blocs moussus sur la gauche. A l'annonce d'un virage à droite (m.j.), ne pas y aller mais prendre à gauche un chemin qui monte en lacets (X jaune, SW puis S). Au replat vers 1070m, quand ce chemin oblique vers le S, monter à gauche hors traces jusqu’au point culminant du suc (1078m, gros hêtres et blocs, pas de vue).


Redescendre par la voie de montée hors traces jusqu’au chemin du tour balisé – à défaut, caler la boussole sur le NE et garder cette direction jusqu’au chemin du tour.


Poursuivre ensuite le tour du suc vers la gauche (NW), en descente, en suivant le balisage. Arrivé à une route, la suivre à droite puis à gauche : on arrive au hameau du Faux. Ne pas descendre à droite dans le hameau, mais prendre à gauche, dans le virage, la suite du chemin du tour (m.j.). Ce chemin va descendre W, puis SW, puis S. Vers 795m, bifurcation, prendre à droite et rejoindre aussitôt une route ; la suivre à gauche jusqu'au hameau de Blanlhac (765m).


Là on bute sur le GR40, qu’on va suivre à gauche. Après une longue remontée progressive en sous-bois, plein E, il va nous mener jusqu'à Mézères. Il débouche auparavant sur le hameau de Chalendar (869m), qu'il traverse (SE). Puis à la croix, il faudra poursuivre à droite sur la route vers le S. Ensuite, au croisement 896, il ne reste plus qu'à prendre (toujours S) le chemin qui remonte jusqu’à Mézères, et de là à rejoindre au-dessus du village le parking de départ devant le cimetière.


Commentaires difficultés

Aucune pour le seul tour des 2 sucs. Mais l'accès final aux deux sommets se faisant hors trace et en sous-bois, et sur un terrain pentu assez chaotique, une bonne connaissance et pratique de l'orientation avec carte (2835 OT) et boussole est indispensable (petit R3), sauf si vous avez un GPS.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

N88 sortie Yssingeaux > D103 dir. Retournac/Rosières, puis aussitôt D7 (Route de Veyrines) > Sarlis > Vaunac > après Vaunac continuer sur la D7 > suivre dir. Mézères. A Mézères se garer sur le parking du cimetière.


Situation




Sortie du 05-12-2019

Les chiens de Mézères

Au gros rocher du suc d'Orsier, à 910m, vers le NE

Ça commence mal ce matin : au moment de partir, je constate qu’un des pneus tout neufs de ma voiture est tout dégonflé. Il faut donc  le faire réparer d’urgence (changement de valve). Résultat des courses : quand j’arrive enfin à Mézères il est déjà 9h30. Et comme je n’aime pas être pressé ni stressé en rando, je renonce à ma perspective alléchante d’enchaîner les 3 sucs du coin.…

Des trois, c’est le plus méconnu qui me tente le plus. Va donc pour Orsier. Et là à nouveau, ça commence mal : à peine ai-je débuté mon tour du suc, voici qu’une meute d’une dizaine de chiens de chasse hurlants jaillissent de la forêt et foncent sur moi ! Et pas de chasseur en vue ! Je me prépare au pire. Mais, divine surprise, ils ne me regardent même pas, ils foncent en tous sens en aboyant comme des fous, le nez collé au sol, à la recherche de je ne sais quel gibier, et finissent par redisparaître dans le bois derrière moi. Ouf !

Peu après, à l’entrée de la forêt, je croise un homme paisible avec deux chiens de même race, mais... en laisse ! Il n’a rien à voir avec l’épisode précédent ! J’en profite pour lui demander comment on accède au sommet du suc. Vous verrez me dit-il, c’est à gauche après un très gros rocher sur votre droite, et à partir de là ça monte raide jusqu’en haut.

En effet c’est comme il m’a dit, mais ce chemin ne me mène finalement qu’à un col sous le sommet, avant de redescendre en face. Je pars donc hors trace à la recherche du "vrai" sommet du suc. Quel plaisir alors de grimper en forêt entre de gros blocs jusqu’à trouver enfin le plus haut de tous, d’où je profite d’un vue lointaine partielle mais magnifique avec au bout les Monts du Cantal tout enneigés.

Après avoir poursuivi, dans un sous-bois lumineux et aéré, jusqu’à l’extrémité du plateau sommital, je redescends sans problème au col (on dirait même parfois qu’il y a comme un chemin tracé sous les feuilles ?!), j’y retrouve le balisage et j’entame donc la descente du tour.

Au croisement 926, je décide d’enchaîner avec le suc d’Émeral (je reviendrai un autre jour pour explorer celui de Jalore, j’ai déjà mon idée). Tant que ça monte me dis-je,  balisage ou pas, c’est tout bon. Et là comme au suc d’Orsier, je finis par quitter mon chemin à son point haut pour aller chercher en mode bartassage le "vrai" sommet. Mais cette fois-ci, le monticule encombré et peu marqué qui en tient lieu ne présente aucune vue. Pas terrible...

La suite - le grand tour du suc par l’ouest puis le sud, après mon retour au chemin balisé - est assez longue mais paisible. Elle se déroule essentiellement en sous-bois, d’où on n’émerge à découvert que pour frôler les hameaux du Faux au nord, de Blanlhac à l’ouest, puis de Chalendar à l’est. Et à partir de là, face au suc d’Orsier, on touche presque au but.

Dans l’agréable remontée finale vers Mézères, je me fais un copain de dernière minute : un beau chien (rien à voir avec les précédents) m’a repéré et fait sans arrêt devant moi de grands sprints en forme d’allers-retours bondissants. Il a un oeil bleu et l'autre marron. D’abord un peu inquiet, je finis par me persuader qu’il s’agit d’un jeu. Et en effet, il ne me quittera plus pendant toute la durée de ma visite du village (dont je ne me lasse décidément pas). Et lorsqu’avant de repartir en voiture, je m’autorise un temps de repos au soleil sur un banc devant le cimetière, il se couchera à mes pieds, tranquille, comme pour partager avec moi ce dernier petit moment de détente.

Photos de la sortie


  • Horaire : 6h
  • Dénivelé : 590 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media