Circuit des trois chapelles depuis Digne-les-Bains


Circuit des trois chapelles depuis Digne-les-Bains

  • Altitude départ : 600
  • Altitude sommet : 870
  • Dénivelé : 275
  • Distance : 3,2 km
  • Temps de montée : 1h10
  • Temps de descente : 0h30
  • Orientation : Sud
  • Balisage : marques jaunes
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Une toute petite randonnée familiale très facile au-dessus de Digne, bien connue de tous les Dignois. Malgré la modestie du dénivelé, elle offre à chacune de ses trois étapes/chapelles un remarquable point de vue sur la ville et surtout sur les bien plus imposants sommets environnants.


Montée : Après le parking, poursuivre brièvement sur l’avenue Paul-Martin jusqu’au départ à droite (panneau) du chemin de montée aux Trois Chapelles. Il grimpe en lacets dans une belle pinède. À une bifurcation (670m, panneau), rejoindre en face la chapelle Notre-Dame de Lourdes (680m). Bâtie à la fin du 19e siècle sur un rocher au-dessus d’une grotte, elle était encore en bon état il n’y a pas si longtemps. Aujourd’hui, comme on peut le constater après avoir monté les marches qui y mènent, ce n’est plus qu’une ruine qui s’effondre sur elle-même et fait peine à voir. D’autant qu’en dépit de sa faible altitude elle domine déjà superbement toute la ville dont elle laisse deviner le bel écrin de montagnes alentour (on voit par exemple pointer le sommet du Cousson).


Redescendre les marches pour revenir au niveau de la grotte, revenir en quelques pas à la bifurcation 670 et poursuivre (NE) en direction de la chapelle Saint-Vincent (panneau). Celle-ci apparaît au sortir du bois, plantée au sommet d’une colline dans une vaste zone de champs ou de pâturage (800m), à la droite d’un chêne vénérable. Cette fois il s’agit des restes d’un véritable joyau du patrimoine, puisque sa naissance remonte au 12e siècle et que cette chapelle, romane à l’origine, jouxtait un très ancien prieuré dont il ne reste à peu près rien. Si les murs de la chapelle (démolie, reconstruite, abandonnée puis restaurée, etc.) sont encore debout, l’intérieur semble en piteux état. Un dernier projet de rénovation, qui date de 2007, tarde semble-t-il à se concrétiser. Le site est vraiment magnifique, la vue porte plus loin cette fois-ci, notamment sur le Pic de Couard et l’immense barre des Dourbes.


La suite de l’itinéraire (vers le N puis le NE) mène, en montée très agréable (nombreux chênes), à notre troisième chapelle, dite Chapelle de la Croix, qui apparaît soudain au sommet de la butte (870m). Cette fois ce n’est même plus une ruine, ce n’est plus qu’un vestige, un bout de voûte qui ne permet plus de se faire la moindre idée de ce que pouvait être cet édifice. Il ne reste plus qu’à se consoler avec le panorama, qui est ici digne de celui d’un haut sommet.


Descente : poursuivre vers le N. Après une épingle vers 825m, le sentier balisé vire au S puis au SW. Vers 720m (les Épinettes), nouvelle épingle - mais il est préférable de ne pas la prendre : certes ce sentier qui file plein N ramène bien à Digne, mais débouche rue Saint-Vincent, à près de 2 km au N du parking de départ, qu’il faudra donc rejoindre à gauche par les rues Charles Grouiller, Louise Espié, des Primevères et Maldonnat (à gauche). Mieux vaut donc poursuivre en face (S puis E) et peu après, au carrefour de sentiers 726, prendre celui de droite, qui rejoint rapidement (deux lacets) la voie de montée, et donc le parking tout proche.

A voir sur le web

Commentaires difficultés

aucune
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

A Digne se rendre Avenue Paul-Martin (dans le prolongement du Bd Gassendi, au-delà de la place Charles de Gaulle, à gauche). Remonter cette avenue jusqu'au Rond-point des Trois Chapelles, et se garer sur le parking en face.


Situation




Sortie du 22-08

1er point haut : ND de Lourdes

Après ma superbe rando au Cheval Blanc, on se calme. Avant notre retour dans le Pilat, un peu de découverte tranquille ne peut pas faire de mal. En effet, j'ai passé maintenant une trentaine d'étés successifs à Digne-les-Bains, et j'en ai profité à chaque fois pour découvrir à partir de là d'innombrables sommets de rêve dans mes chères Alpes du Sud.  Eh bien, à l’exception des chapelles Saint-Pancrace et Saint-Jean (cf. mon topo sur "Les Trois Chapelles Hautes"), je n'ai encore jamais daigné monter aux quelques beaux points hauts qu’offre la ville et que tout Dignois(e) qui se respecte connaît évidemment par cœur…

La quasi-totalité de ces nombreux points hauts sont (ou plutôt "étaient'') en effet surmontés d’une chapelle, d’où l’on bénéfice de vues remarquables sur la ville et les magnifiques montagnes environnantes. Un patrimoine exceptionnel ! Hélas, du fait d’une négligence ou d’un désintérêt pour moi incompréhensibles, la plupart de ces chapelles sont maintenant en ruine...

Ce jeudi matin, Sylviane et moi sommes donc partis (enfin !) à la découverte du fameux (à Digne !) "Circuit des trois chapelles". Cette courte mais très agréable balade nous a donc menés sans grand effort, moyennant une savante gradation, à ces trois points (de plus en plus) hauts, couronnés chacun d’une chapelle (plus ou moins) ruinée. À chacune, nous avons rencontré un peu de monde, et à celle de Saint-Vincent on a même eu une longue et passionnante discussion avec un petit groupe constitué de deux personnes originaires du Nord et d’un Dignois (choc des cultures !)… Autant les paysages vus d’en haut nous ont enchantés, autant le spectacle de ces trois ruines (auxquelles on peut ajouter au moins la chapelle Saint-Pons, voire la chapelle Saint-Jean…) nous a laissés accablés. Cela ne fait que donner encore plus de poids à la question que je me pose depuis tant d’années : comment Digne qui est probablement la ville sise dans le cadre montagneux le plus somptueux de la Haute Provence (Alexandra David-Néel ne s’était pas installée ici par hasard !) a-t-elle pu et peut-elle toujours à ce point délaisser cet atout et ce formidable patrimoine, pour se focaliser exclusivement depuis des décennies sur son image autoproclamée de "capitale de la lavande"… champs de lavande que de surcroit je n'ai toujours pas trouvés ici ?

Du coup, dans la descente, je n’ai pas fait gaffe à l’épingle des Épinettes, et on a donc débouché en bas rue Saint-Vincent. J’en ai été quitte pour zigzaguer 2 km de plus dans les rues de la ville, petit pensum final dont je me serais bien passé…

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h
  • Dénivelé : 275 m
  • Participants : Sylviane

Identification

( ) bivouak.net

Social Media