Crêt des Courtines et Crêt des Fayes depuis
St-Genis-l'Argentière (ou Duerne)

Crêt des Courtines et Crêt des Fayes depuis
St-Genis-l'Argentière (ou Duerne)

  • Altitude départ : 480
  • Altitude sommet : 933
  • Dénivelé : 750
  • Distance : 17 km
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 2H30
  • Orientation : Nord
  • Balisage : non balisé. Quelques rares marques jaunes (m.j.) voire bleues par endroits (v. topo).
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

À faire de préférence par beau temps clair : du bucolique vallon de l’Orjolle (à partir duquel les Romains ont construit leur fameux aqueduc de la Brévenne) en passant par les deux remarquables mais si différents crêts des Courtines et des Fayes à l’ouest de Duerne, cette rando sur le versant nord-ouest des Monts du Lyonnais est alors un vrai régal.


Du centre du village à côté de l’église (panneaux d’info), s’engager (SE) dans la rue des Lavandières (dir. Les Rivières), puis prendre à droite (W, m.j.) le chemin montant du Bois des Dames. À la croix,  tourner à gauche (sentier Pollinier Sentinelle). Vers 630m, laisser ce sentier à droite (ainsi que celui de gauche), et poursuivre la montée vers le S (belles vues au passage sur Aveize, puis sur les Monts du Forez…). À 750m, juste avant la première maison de Montfort (et la rue goudronnée), prendre à droite  le chemin herbeux descendant (S puis W, Pierre-sur-Haute en face). Au croisement suivant, continuer sur le chemin qui descend à gauche (interdit aux motos et quads). Après une ferme (522m), on va traverser la D 489 et poursuivre en face (panneau l’Orjolle). On arrive ainsi au hameau l’Orjolle au fond du vallon éponyme, où on poursuit en épingle à droite (590m, x bleu).


On va désormais descendre (juste pour le plaisir !) le beau et paisible vallon de l’Orjolle, rive droite, avant de le remonter par la rive opposée. À gauche, des clôtures interdisent l’accès au ruisseau, sauf à l’endroit d’une construction (et d’un muret) en pierre en contrebas, où on découvre une arche à demi enterrée (une autre se trouve un peu plus loin) ; on pense aussitôt à l’aqueduc de la Brévenne, mais son tracé (reconstitué par les archéologues, v. le lien), après avoir franchi l’Orjolle un peu plus haut vers 630m, se poursuit logiquement à peu près à la même altitude, donc env. 80m plus haut (au-dessus de et parallèlement à la D489), en direction de St-Genis (on peut l’observer de près à la Thue des Sarrasins, au S de Montromant). Alors, vestige romain ou (plus probablement) simple cave ?


Reste maintenant à changer de rive. Pour cela, attendre le chemin qui descend à gauche vers 520m jusqu’au ruisseau (panneau "Les Rivières" en bas dans le rétro), qu’il faut donc franchir à gué, au mieux... L’itinéraire se poursuit en face dans ce que j’ai d’abord pris pour un affluent de l’Orjolle (v. photo), or c’est bel et bien un chemin, mais totalement colonisé dans sa partie basse par un ruisselet qui se jette ici dans l’Orjolle ! Le remonter donc (bout de sente à droite du ruisselet le long de la clôture) jusqu’à une bifurcation, que l’on prend à gauche (où l’on refranchit le ruisselet). On remonte alors (E) la rive gauche de l’Orjolle (mais de plus haut qu’en face). On rejoint ainsi par une petite route la ferme d’Orjolle puis, par le chemin qui suit, le Haut d’Orjolle. À la route (panneau Haut d’Orjolle), faire 10m en face puis tourner à droite en épingle, sur le chemin montant en sous-bois (S puis SE, on passe ici sans le savoir au-dessus du début de l’aqueduc !). Au grand carrefour qui suit (660m), prendre à gauche (SE) (réservoir souterrain à droite), et au suivant encore (690m), virer en épingle à droite (W>SW). On arrive ainsi, après un dernier bout de route, au grand carrefour de la Croix Trouilloux (804m, croix en fer forgé, petit obélisque).


Là, traverser la route et continuer en face (SE, panneau "Table d’orientation") sur le chemin de terre. Au croisement suivant (850m), on peut alors soit continuer en face en suivant ce même panneau (on passe alors à la grosse ferme de la Courtine du Haut, puis on tourne deux fois à gauche (869m, puis 900m) pour rejoindre le Crêt des Courtines par le S) ; soit (plus court) tourner à gauche N>NE en sous-bois, en franchissant les blocs interdisant le passage à tous véhicules, puis au pt 880m prendre en épingle S>SE pour rejoindre le Crêt des Courtines par le N.


Au Crêt (antenne), repérer la table d’orientation (à la fois ultra-sommaire et pleine d'erreurs grossières !) devant le bois, d’où le panorama est grandiose par temps clair, sur toute la chaîne des Alpes (du Mont Blanc au Vercors, en passant par Belledonne, les Grandes Rousses, les Écrins… hélas non indiqués sur la table !), le Pilat, les Monts du Forez, le Signal de St-André, etc. Dans le bois derrière, tables de pique-nique et borne sommitale.


De la table, poursuivre (ou revenir) SE via les pylônes jusqu’au croisement 900, où on tourne à gauche (NE, panneau Les Croisettes). Aux Croisettes, poursuivre dans la même direction (panneau Duerne). On accède ainsi à Duerne (800m) après une belle descente face au Mt Bla


À Duerne, continuer jusqu’à la D34, qu’on prend alors très brièvement à gauche (dir. Aveize), pour s’engager aussitôt à droite sur le chemin de terre qui descend dans le vallon. Il passe (m.j.) au-dessus de deux étangs clôturés : du second, tout petit, s’échappe en un mince filet… le ruisseau d’Orjolle (source) ! À la première bifurcation, descendre à droite jusqu’au fond du vallon, traverser l’Orjolle (ici canalisée) et remonter en face (NW) jusqu’à la route. Prendre alors cette dernière à droite et la remonter sur env. 350m, puis la quitter pour prendre à gauche en épingle (731m, panneau) celle qui monte vers Le Charret (m.j.). Après les maisons du Charret, un chemin continue jusqu’à un petit col (783m), où on prend à droite un chemin herbeux qui va entrer en sous-bois (plein E), direction le Crêt des Fayes. Poursuivre la montée jusque vers 840m, où il va sortir du bois (clairière en vue). A la clairière obliquer aussitôt à droite en montant (S) le long du pré (ou du champ) à la lisière du bois, puis pénétrer un peu plus haut dans ce bois à droite (pas de trace évidente), en direction d’un gros tumulus bien visible derrière les troncs. Grimper au mieux sur ce tumulus (ronces, fougères, blocs moussus…) coiffé d’une coulée de blocs qui mène au sommet du Crêt des Fayes (ou Crêt des Fées, 876m). Aussi sauvage que le Crêt des Courtines est riant, ce site mégalithique fut un ancien lieu de culte gaulois (ou temple druidique), dont on a retrouvé divers objets et traces (enceinte). Du sommet entouré d’arbres on n’a de vue que sur le Crêt des Courtines au S.


Redescendre ensuite sur le chemin d’accès, et le suivre très brièvement à droite jusqu'à la lisière du bois au bout du pré (ou du champ). Là, ne pas pénétrer dans le bois mais remonter à droite le long de cette lisière (petite sente), jusqu'à apercevoir en haut derrière une ligne de murets une belle petite cabane, très bien entretenue, qui répond au doux nom de "Paradis de Régis". Elle cache un très émouvant secret... Et de ce lieu paisible et inspiré, on bénéficie d’une vue admirable, notamment, par-delà St-Martin-en-Haut, sur la chaîne des Alpes...


De retour au petit col 783, prendre cette fois-ci le chemin herbeux qui descend à droite (N) et mène au hameau du Chervolin (719m). De là il reste à prendre à gauche (W) le chemin qui ramène sans encombre jusqu’à St-Genis-L’Argentière (en repassant, sans qu’on s’en aperçoive, au-dessus de l’aqueduc de la Brévenne...).


VARIANTE : boucle plus brève depuis Duerne


Si on ne dispose que d'une demi-journée, on peut découvrir ces deux mêmes crêts, mais en sens inverse et au départ de Duerne. Voici en bref cet itinéraire.


Se garer à Duerne au croisement ouest des D34 et D489 (plusieurs parkings à proximité). Remonter (SW) la rue vers le cimetière puis continuer sur le chemin (plein W) > aux Croisettes (panneau) à gauche (SW) > au carrefour 900 à droite (NW) > Crêt des Courtines, 933 m (table d’orientation) > poursuivre NW puis SW puis à nouveau NW > carrefour de la Croix Trouilloux 804m > traverser la D34, route en face (N puis NE) > dans son virage à gauche, prendre le sentier en face qui entre en sous-bois (NE, puis NW au pt 699) > au pt 615 prendre la route à droite > franchir à gué le ruisseau d’Orjolle > remonter en face -> D489 qu’on suit très brièvement à gauche > remonter peu après à droite la petite route de Montfort > à Montfort, chemin à droite (NE puis SE) > au croisement 783, chemin en face (plein E, entrée en sous-bois) > vers 840m, clairière, vaste champ à droite : remonter à droite en lisière puis hors trace à droite dans le bois jusqu’aux rochers sommitaux du Crêt des Fayes, 876m > retour en arrière jusqu’au chemin (pt 840) > poursuivre très brièvement à droite sur le chemin jusqu’au bout du champ et de la clairière > remonter à droite en lisière (petite sente) > le "Paradis de Régis" (où la pause s’impose !) > poursuivre sur la trace (ESE) jusqu’à la route > la suivre en face en descente (SE) en passant à gauche de la maison > retour à Duerne.


Compter 3h à 3h30 pour 9,5km et un D+ de 465m.


Précautions

Carte IGN (2932 ET Monts du Lyonnais)


Commentaires difficultés

aucune difficulté
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De St-Etienne, A 72 dir. Roanne > sortie 7 Montbrison, Montrond > D 496 > à Montrond-les-Bains, D 1089 puis D 389 > à Ste-Foy-l’Argentière, D 389 > à Lafay, D 25E > St-Genis-l’Argentière (parkings autour de l’église). De Lyon, A6 dir Roanne > à Tassin-la-Demi-Lune, D7 > à Sain-Bel, D 389 > à Lafay, D 25 E > St-Genis-l’Argentière.


Situation




Sortie du 14-06

Le chemin du paradis

Vers le Crêt des Courtines

Après ce début juin morne et pluvieux, enfin un jour à mettre le nez dehors. Pas envie d’aller bien loin – en forêt notamment tout doit encore être bien détrempé. C’est dans la nuit que me vient l’idée de refaire un petit tour, mais pas tout seul cette fois-ci, dans les proches et bien ensoleillés Monts du Lyonnais.

Faire découvrir à Sylviane les Crêts de Courtines et des Fayes me parait une bonne idée, vu qu’il m’est évidemment impossible d’inventer à la va vite un tout nouvel itinéraire. Mais mon topo d’il y a deux ans est trop long… Et donc à peine réveillé je tente à la hâte de trouver sur ma carte iGN un circuit plus court. Les dieux sont avec moi : j’en trouve un comme par miracle, en deux coups de cuillère à pot, en partant de Duerne au lieu de Saint-Genis-l’Argentière (je l'ai rajouté en variante au topo ci-dessus). Et peu après, nous voilà partis.

Le temps est doux, le ciel dégagé, et c’est vers 13h. que nous arrivons sans problème à la table d’orientation du Crêt de Courtines. Derrière, un petit groupe déjeune déjà sur la seule table en bois encore pas complètement décatie dans le sous-bois attenant. La pitoyable table d’orientation nous consterne, c’est à se demander dans quel état se trouvaient ceux qui l’ont ainsi bâclée. Alors on se console avec le pique-nique face au Pilat, sur un bon petit bloc rocheux au  bord du chemin.

Après, dans la paisible descente jusqu’au fond du doux vallon d’Orjolle, j’ai eu le tort de vouloir tenter un raccourci pour traverser le ruisseau : la sente esquissée sur la carte a fini par être tellement encombrée de végétation qu’on a dû faire demi-tour (c’est là que j’ai dû ramasser ma tique du jour !). Donc retour sur les chemins plus classiques, qui nous ont ainsi menés, après la remontée sur Montfort (seul petit tronçon assez banal du jour), jusqu’à la clairière juste après le crêt des Fayes. Là, j’avoue qu’on a délaissé la remontée chaotique du tumulus sommital pour le plus fascinant "Paradis de Régis"… Eh bien, ce Paradis, je l’ai retrouvé tel quel, avec la même émotion devant la réalisation de ce rêve d’une vie… Certes, aujourd’hui, les Alpes étincelantes n’étaient pas au rendez-vous. Mais nous avons eu la chance de rencontrer, peu après notre arrivée ici, un couple très sympathique de la famille de Régis, avec lequel nous avons pu longuement nous entretenir. Un  très bel épilogue à cette belle journée…

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h
  • Dénivelé : 480 m
  • Participants : Sylviane

Autres sorties

Date Titre Auteur
14-03-2018

Le charme discret des Monts du Lyonnais

18 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media