Col de Rabou et col la Saume de Rabou jusqu'à
Chauffayer via St Etienne-en-Dévoluy

Col de Rabou et col la Saume de Rabou jusqu'à
Chauffayer via St Etienne-en-Dévoluy

  • Altitude départ : 1110
  • Altitude sommet : 1888
  • Dénivelé : 1650
  • Temps de montée : 6h1/4 le premier jour
  • Temps de descente : 5h1/2 le deuxième jour
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : GR93 et GR Tour du Dévoluy sur une bonne partie de l'itinéraire. Balisages locaux ou pas de balisage par endroits.

Itinéraire

Premier jour : montée 4h, descente 2h1/4

Compter environ 33€ pour le taxi Gap - Rabou. Sinon, il faut ajouter une étape et dormir au gîte d'étape de Moissières auberge-moissiere.fr

Du village de Rabou (altitude 1110m), monter au parking et suivre le GR 93 : col de Rabou par le sentier des bancs. Le sentier monte doucement en traversée au-dessus du Petit Buech avant de passer dans une barre rocheuse impressionnante, mais il est large et sans danger à cet endroit. Cet passage remplace l'ancien sentier allant à Chaudun par le Petit Büech surnommé « sentier des bains », car il obligeait à se mouiller les pieds à maintes reprises. C'est dans la descente qui suit que se trouve le passage le plus délicat, traversant un pierrier instable sur une pente à 45°.

On quitte ensuite le GR 93 (allant vers Chaudun) pour suivre la direction du col de Rabou et traverser le petit Büech. Comme il y a des traces un peu partout mais de pas de passage clairement identifié, le sentier qui remonte de l'autre côté n'est pas évident à trouver directement. Il remonte sur le replat de Pré Charnier, passe à flanc, traverse le torrent de la Crotte pour rejoindre les vestiges d'une ancienne Chartreuse dans une clairière. Dans cet endroit retiré et émouvant, une chapelle dédiée à Sainte Roseline est en cours de restauration.

Le sentier rejoint ensuite le GR tour du Dévoluy venant du col de Conode. On le prend à droite en direction du Col de Rabou. Il se met à monter raide avant de sortir des bois. On profite ainsi d'une vue sur le long vallon sauvage du Petit Büech. La montée s'adoucit un moment avant de se raidir à nouveau à l'approche des barres rocheuses du Col de Rabou. Jusqu'au dernier moment, on peut se demander où nous mène le sentier, car la vire qu'il emprunte n'est pas visible d'en bas. Pourtant, cette vire, équipée d'une corde fixe, est relativement large.

Au col de Rabou (1888m), on entre sur le plateau du Dévoluy et le décor change notablement. Les pentes semblent beaucoup plus douces, mais il ne faut pas s'imaginer pour autant qu'on puisse passer partout. Pour rejoindre Saint Etienne en Dévoluy, on a le choix entre un chemin large en rive gauche et une piste carrossable en rive droite de la Souloise. La voie du milieu, le long de la Souloise est tentante, mais doit être quittée tôt ou tard, car elle mène à des éboulis instables.

Nous avons opté pour la rive gauche en coupant entre le Jas des Bargnes et Sagne Brune par l'itinéraire de ski de randonnée indiqué par la carte IGN. Sur le terrain, on trouve des pentes relativemnt douces, de l'herbe, avant  de rejoindre une piste d'exploitation forestière. On passe à côté du Pont de Villard mais on reste en rive gauche de la Souloise pour rejoindre Moulin Surre et traverser la Souloise juste avant le camping des Auches. On suit la route jusqu'au village. Le gîte le Lieraver est en contrebas, peu avant l'église. Demi-pension 39€ en 2017. lieraver.pagesperso-orange.fr


Deuxième jour : montée 1h3/4 descente 3h3/4

Descendre légèrement par la route pour aller voir le pont sur la Souloise dans la gorge des Etroits (1270m), qui porte bien son nom. Puis prendre à droite le sentier qui remonte la gorge affluente du Rif (grottes, site d'escalade). On monte le long de Roche Longue et on rejoint Pra Blaï. On retrouve alors le GR 93 (piste carrossable) qu'on prend vers la droite. Le GR 93 nous amène vers la route du col du Noyer. On le quitte pour remonter le vallon pastoral du col de la Saume jusqu'au col (altitude 1709 m), point culminant de la deuxième journée.

Le panorama change avec la découverte de la vallée du Champsaur et derrière les sommet des Ecrins. Le sentier se met à descendre en traversée avec un petit nombre de lacets. Il est bien tracé mais domine par endroits des pentes très raides. Il rejoint dans une épingle la route du col du Noyer, la suit sur un peu moins de 300m avant de couper une fois que les pentes se sont assagies. On rejoint le village du Noyer.

À l'église, on quitte le GR et on tourne à gauche pour suivre la direction du pont de la Guinguette. La petite route devient une piste carrossable plate et bucolique avec ses alignements d'arbres longeant des prés, avant de descendre sur Lacoue. On rejoint le pont de la Guiguette (altitude 849m), point bas de la randonnée. Si l'on veut écourter la randonnée, on peut reprendre le car à cet endroit : ligne 4101, passant vers 16h30 en direction de Grenoble, vers 18h30 en direction de Gap.

Pour les courageux qui continuent, une montée soutenue nous attend. Sur le terrain, le balisage ne coïncide pas avec celui de la carte IGN et fait suivre la RD 1085 sur 400 mètres. Nous avons préféré suivre la direction de Saint Eusèbe pendant 100m pour couper à travers prés et bois et rejoindre le sentier raide montant à la Clappe. La vue du sommet de la Clappe (altitude 1017m) récompense des efforts. De la Clappe, on redescend vers le Nord par un chemin large en suivant le balisage « Chauffayer Eglise ». Ce balisage trompeur désigne une minuscule chapelle à l'orée du hameau nommé l'Eglise sur la carte IGN (mais pas sur le terrain) et non l'église de Chauffayer située 2km plus loin. On suit la petite route à travers la Pierre, les Marais jusqu'à retomber sur la RD 1085. L'arrêt de car se trouve à l'entrée Sud du village de Chauffayer (altitude 915m).


Précautions

À faire absolument par terrain sec, et une fois que la neige a fondu.


Commentaires difficultés

De la distance, et quelques passages exposés.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Sortie effectuée en transport en commun : train de Grenoble à Gap et taxi de Gap à Rabou à l'aller, car de Chauffayer à Grenoble au retour.


Situation




Sortie du 07-10-2017

De Rabou à Chauffayer en passant par le Dévoluy

Rabou : gorges du Petit Buëch

Après avoir lu dans un journal paroissial un récit de sortie puis trouvé sur internet le lieu précis avec des photos, je révais de découvrir ce vallon du petit Büech... et si possible en utilisant les mobilités douces. Les inquiétudes sur le devenir de la ligne de train Grenoble - Gap m'ont poussé à concrétiser ce projet. Le col la Saume et la redescente vers le Champsaur étaient un moyen de poursuivre la randonnée en rejoignant un transport en commun. Je les ai trouvés bien plus intéressants que je ne l'imaginais initialement.

Début octobre a été un créneau favorable : beau temps annoncé, températures pas trop chaudes, belles couleurs d'automne et quelques collègues du CAF Grenoble Oisans partants pour l'aventure.

Donc train Grenoble 08h09 -> Gap 10h27 puis taxi jusque Rabou (arrivée un peu avant 11h). Une longue étape nous attend, totalement inconnue. Très vite, nous sommes séduits par le soleil, les couleurs d'automne. L'ambiance méditerranéenne, le caractère sauvage et retiré du vallon sont très dépaysantes. Une pose pique-nique et sieste à Pré Charnier sans bruit autre que les oiseaux, et nous repartons.

Nous faisons une petite halte à l'ancienne Chartreuse de la Crotte et continuons la montée vers le col de Rabou. Nous passons à proximité d'un troupeau de vaches. La fin de la montée au col ne se dévoile qu'au dernier moment, la vire dans la barre rocheuse n'étant pratiquement pas visible d'en bas.

Nous arrivons vers 16h au col de Rabou où nous rencontrons les premières personnes depuis le parking de Rabou. Petite halte goûter. Le soleil se voile un peu, et avec le vent du Nord, il fait frais. La suite de l'itinéraire semble évidente, mais les ravins de la Souloise obligent quand même à étudier un peu l'itinéraire si l'on quitte les sentiers balisés. Suivre l'itinéraire de randonnée à ski indiqué par IGN s'avère être un bon plan. 

L'ambiance du plateau me surprend, elle me semble intermédiaire entre celle des Hauts Plateaux du Vercors, inhabités, et celle du Nord Vercors toujours animés. Ici, quelques hameaux et peu de circulation.

Après un bonne étape au gîte le Lieraver à Saint Etienne en Dévoluy, nous retrouvons le beau temps frais, à cause du vent du Nord. Nous faisons un crochet pour voir les gorges des Etroits. Elles méritent largement le petit détour. Remontée en direction du col la Saume. À cette époque de l'année, la proximité route du col du Noyer n'est pas gênante. Nous verrons 10 voitures en tout en une bonne heure passée à proximité (en marchant et lors d'un pique-nique dans une clairière au-dessus du Noyer).

Le changement de décor en passant le col la Saume est frappant : nous découvrons la vue sur les Ecrins. Quant au sentier, il domine des pentes raides et il faut être prudent même s'il est bien tracé. Le Noyer est un village qui semble avoir gardé son cachet d'autrefois. Ses abords aussi : prés, murets de pierre, chemins bordés d'arbres. 

Cette quiétude est interrompue à l'approche de la RD 1085 puisque le seul passage disponible pour traverser le Drac est le pont de la Guinguette. Nous avons bien chaud en remontant à la Clappe, mais quelle vue depuis la croix ! La redescente par les hameaux de Chauffayer (l'Eglise, la Pierre, le Marais) est tranquille. Nous retrouvons la RD 1085 pour attendre le car qui nous ramène à Grenoble : 16h33 -> 18h38.  

 

Photos de la sortie


  • Horaire : 6h1/4 + 5h1/2
  • Dénivelé : 1650 m
  • Participants : sortie proposée dans le cadre du CAF Grenoble Oisans

Identification

( ) bivouak.net

Social Media