Montagne de Monthiallier et Mont Chouvé
depuis Pré Daval (circuit court)

Montagne de Monthiallier et Mont Chouvé
depuis Pré Daval (circuit court)

  • Altitude départ : 1199
  • Altitude sommet : 1558
  • Dénivelé : 510
  • Temps de montée : 2h20
  • Temps de descente : 1h10
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Marques bleues (dans le rétro !) du départ du sentier PR de montée jusqu'à l'intersection 1390 (id. à la descente, marques nettement plus visibles !). Pas grand chose ensuite...
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Cette superbe petite randonnée sur les hauteurs au SW de l’immense plateau des Hautes Chaumes visite deux des principaux sommets des Monts du Forez : Monthiallier, le plus élevé après Pierre-sur-Haute, et le Mont Chouvé (curieusement appelé Puy de Chauvé sur la carte Michelin), sans doute le plus grandiose déco pour parapentistes de ce massif… Tous deux sont situés dans le département du Puy-de-Dôme.


Remonter brièvement la vallée du Fossat : peu après un enclos en bois à gauche du chemin, s’engager sur le petit sentier herbeux qui monte à droite en sous-bois ( X, panneau "PR vallée du Fossat et rochers de la Pauze, retour", marques bleues… à la descente : il faut donc se retourner pour les voir !). Ce très beau sentier, non marqué sur IGN, grimpe en longs lacets sur le flanc NE de la montagne de Monthiallier. Vers 1320m, épingle vers la droite (panneau). Plus haut, le sentier se couche, avant de déboucher à 1390m sur un large chemin herbeux (PR - on reviendra par la droite, marquée "Col de Chansert"). Le prendre à gauche : il va remonter en continu, SE, l’immense et large crête du Monthiallier. Vers 1435m, passe-clôture (il y en aura un second vers 1500m), on poursuit à gauche (E puis SE), désormais à découvert dans la lande entièrement tapissée de bruyère et de myrtilles, avec ça et là quelques rares pins tordus et rabougris. Le long parcours de la crête est somptueux, entre Pierre-sur-Haute à gauche et l’immense chaîne du Massif Central à droite (Monts du Cantal, Cézallier, Massif du Sancy, Chaine des Puys, etc.), devant laquelle se détache le Mont Chouvé. Le vrai sommet se fait attendre… A une intersection vers 1545m, laisser deux chemins à gauche et prendre le chemin herbeux moins marqué à droite : il mène enfin au sommet, avec quelques gros rochers et un splendide panorama à 360° (même les Alpes sont visibles par temps très clair), à déguster sans modération.


A noter qu’au NE du sommet (à gauche en arrivant), un aller/retour est possible (et vivement conseillé pour ceux qui ne connaissent pas encore) vers les trois très belles jasseries de la Croix du Fossat (1455m), qui apparaissent en contrebas après quelques pas dans cette direction (pas de trace, mais évident ; rajouter env. 40’ et 100m de D+).


Il faut ensuite descendre dans le vallon à droite (NW) puis rejoindre au mieux le sommet du Mont Chouvé bien visible d’ici. On peut soit le faire directement à vue (facile, tout est dégagé, mais il faudrait franchir quelques clôtures - donc à éviter, le berger les a mises en place pour son troupeau et tient à leur intégrité !), soit (conseillé) emprunter de vieilles traces jusqu’au fond avant de remonter par celle, visible d’ici, qui mène au sommet du Chouvé. Pour cela, revenir un peu en arrière sur le chemin d’arrivée, jusqu’à l’intersection 1545, où on s’engage à gauche (W) sur le vieux chemin descendant. Accéder ainsi au mieux, moyennant une large boucle vers la gauche, jusqu’au fond du vallon, à un abreuvoir qu’on dépasse avant de rejoindre le sentier qui monte vers Chouvé. Pour ma part, j’ai rajouté pour le plaisir une visite à deux amas de rochers bien visibles sur cette pente à gauche du Chouvé : le premier (celui de la Fromagère sauf erreur), puis un autre, plus près du Chouvé et plus intéressant (petite grimpette sur la face raide). Il reste alors à rejoindre un peu plus bas le sentier qui monte vers Chouvé. En haut, après un nouveau passe-clôture, il rejoint la route qui débouche aussitôt à l’esplanade-parking des parapentistes (panneau). De là, une très petite sente, pas visible tout de suite (mais on peut s’en passer…) mène, à travers la lande parsemée de blocs, jusqu’au sommet du Mont (1462m, manche à air et tremplin ruiné en bois pourri). Nouvelle vue grandiose vers Clermont et les Puys à l'W, et à l’E vers Pierre-sur-Haute, la crête et le sommet de Monthiallier. Plusieurs décos pour parapentistes (et un tremplin en bois pour deltaplanes), celui vers l’W est magnifique, à voir absolument.


Le retour s’effectue d’abord par la route d’accès au Mont Chouvé (tantôt route tantôt piste), en descente vers le N. Vers 1310m, on quitte cette dernière pour prendre à droite, en épingle, la piste qui monte (E puis SE, panneau "Décollage Rocher de la Pauze"). On arrive ainsi à l’intersection 1390 de l’itinéraire de montée : il ne reste plus qu’à reprendre à gauche l’excellent petit sentier de tout à l’heure, qui mène à travers bois jusqu’au chemin de la vallée du Fossat et à Plan Daval.

A voir sur le web

Précautions

Carte IGN 2732 SB Ambert St Georges-en-Couzan.


Commentaires difficultés

quelques passages hors trace.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Par la D 906, d'Ambert ou de Thiers. Prendre ensuite la D 67 jusqu'à Job, puis la D 255 jusqu'au Col de Chansert. Au Col, poursuivre jusqu'au fond de la vallée de la Vertolaye (virage en épingle à gauche). Là se garer à Pré Daval, à droite, entrée de la Vallée du Fossat (panneaux), à droite sur le chemin. Accès possible aussi depuis Chalmazel > Col du Béal > St Pierre-le-Bourlhonne > D 66 puis D 255 jusqu'à Pré Daval.


Situation




Sortie du 14-08-2017

Au royaume des bergers et des parapentistes

Sur la crête du Monthiallier

Quel que soit le versant par lequel on aborde ces Hautes Chaumes, la magie opère toujours, et en toute saison ! J’avais déjà fait l’aller-retour au sommet du Monthiallier depuis Pré Daval, ou encore depuis la station de Chalmazel et Pierre-sur-Haute par les burons de la Richarde, la Croix et les Jasseries du Fossat. Mais aujourd’hui c’est encore un autre aspect que je découvre, avec ces espaces ouverts sur l’infini, aujourd’hui couleur 'fleur de bruyère' ravivée par un soleil éclatant, que déroule l’immense crête du Monthiallier, puis cette vue fabuleuse sur la chaîne du Massif Central qu’offre aussi le sommet du Chouvé.

Dès le départ, je m’interroge à nouveau sur le mystère du superbe sentier 'rétro-balisé' qui mène aux rochers de la Pauze, sentier dit 'de retour' : retour de quoi ? et pour qui ? Surtout que ce sentier est interdit aux vététistes... Peut-être s'agit-il d'un circuit vers les rochers de la Pauze, avec accès par la vallée et la Croix du Fossat? D’ailleurs il faudrait aussi que j’aille voir un jour à quoi ressemblent ces rochers de la Pauze, autre déco pour parapentistes. Arrivé au carrefour 1390, j’hésite : à droite, pour rejoindre d’abord le Chouvé (mais je ne suis pas sûr de l’itinéraire), ou à gauche, pour retrouver  en premier le sommet familier du Monthiallier ? Finalement ce sera à gauche, mais avec l’idée de sortir dès que possible du chemin pour monter sur la crête à droite, et voir à quoi peut bien ressembler ce Mont Chouvé. Je bartasse donc peu après dans la lande souple et drue, parsemée de gros blocs, et découvre sans peine le Chouvé en contrebas. Il est superbe, j’essaye d’en deviner les accès possibles, puis je reviens sur mon chemin, et décide finalement… de continuer jusqu’au sommet du Monthiallier.

Cet itinéraire m’enchante toujours autant, je suis là tout seul en haut de nulle part au milieu d’une mer de bruyères en fleur et j’avance sans fin vers un but qui se dérobe sans cesse… Il finit pourtant par arriver, j’en suis presque déçu, mais la vue vers les quatre horizons est fabuleuse. C’est finalement l’attrait du Chouvé qui me pousse à redescendre de là pour plonger dans le vallon à l’ouest. Je ne saurais décrire l’itinéraire que j’ai suivi pour y parvenir : tout est à vue, on fait comme on veut. J’ai dû franchir précautionneusement, une ou deux clôtures, et là je vois en bas, à gauche du Chouvé, un troupeau de moutons qui avance rapidement vers la crête. Puis soudain, le berger qui crie une fois, deux fois… dix fois la même phrase que je ne comprends pas. M’a-t-il vu, veut-il me demander quelque chose, ou s’adresse-t-il à quelqu’un d’autre ? Toujours est-il que peu après je vois un second personnage à moto monter vers lui, le prendre sur son siège arrière, faire demi-tour et disparaître au bout du vallon…

Ayant un peu de temps devant moi, je décide, avant de monter au Chouvé, de passer par deux blocs de rochers bien visibles sur sa gauche. Le premier n’a pas vraiment d’intérêt, mais le second, plus près du Chouvé, présente une très courte face raide qui me permet d’y grimper en m’aidant des mains (c’est toujours ça de pris). Après une petite descente, puis la montée de l’ultime pente sous le Chouvé, j’arrive au parking sous le sommet (panneau pour parapentistes) : une seule voiture, mais personne en vue. Je monte donc seul jusqu’au vrai sommet, où j’essaye d’ignorer l’immonde carcasse de tremplin en bois pourri pour me concentrer sur l'immense panorama. Puis je redescends au superbe déco ouest un peu plus bas, où il n’y a hélas aucun parapentiste (mais le lendemain, de retour ici avec Sylviane, on en verra trois, leur voile étalée à leurs pieds et prêts à décoller – mais ils ne le feront pas, pour cause de vent en rafales certes bien orienté, mais trop fort ; ils finiront, après avoir bien attendu et bien bavardé, par replier leur voile et repartir bredouilles).

Mon retour à Pré Daval ne fera pas un pli, l’itinéraire que je découvre est évident, et chemin faisant je concocte déjà dans ma tête une boucle plus vaste autour de mes deux sommets du jour, qui pourrait se faire à la journée et inclure encore d’autres paysages, d’autres aventures...

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h
  • Dénivelé : 510 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media