Mont Buet depuis Salvagny

  • Altitude départ : 900
  • Altitude sommet : 3096
  • Dénivelé : 2568
  • Distance : 34 km km
  • Temps de montée : 14h
  • Orientation : Toutes

Itinéraire

itinéraire (1er jour)

Départ : pont du Nant-Sec à Salvagny.

Peu après le départ, après avoir croisé le mur d’escalade, on arrive (1072m) au croisement du sentier qui monte au refuge du Grenairon. Si tout se passe correctement, on se retrouvera le lendemain au même endroit, en provenance du refuge ; cette rando n’est finalement qu’un petit tour en rond… Après le Pelly de Serai (quelques chalets en contrebas) et un nouveau croisement (chemin qui descend vers les Fardelay et la route de la cascade du Rouget), on gagne facilement les Tines des Fonts où coule le Giffre des Fonts, une des deux branches amont du Giffre. On découvre sur la droite la splendide cascade d’Anterne dont les eaux proviennent du Lac d’Anterne. Peu après on aperçoit les premiers chalets du Cirque des Fonts (1368m).
Le sentier traverse les chalets sur la droite, et après une petite descente pour traverser un torrent, ça remonte (régulièrement) vers la Montagne d’Anterne qui domine le cirque sur le sud. Plus tard, après le lieu-dit « les Grosses Chèvres », on atteint les cinq poteaux de la ligne électrique (1848m) ; la végétation se fait plus rare et on profite des derniers arbres avant le lendemain. Peu après on gagne le Petit Col d’Anterne (2057m) –ou le Bas du Col d’Anterne.
Après ce Col, ne pas se tromper au croisement et continuer tout droit ; à droite descend le chemin vers le refuge d’Anterne-Alfred-Wills ; la montée est vraiment tranquille, ce qui permet de profiter au maximum du paysage (notamment les rochers des Fiz à l’ouest). Ce chemin débouche sur les hauteurs du Lac d’Anterne (2063m). On n’est pas obligé de descendre sur les rives (ce qui évite de trop remonter ensuite) et on peut couper « en balcon » vers le GR5 qu’on aperçoit facilement grimper vers le Col d’Anterne . Cependant ce coin est une occasion plutôt intéressante de faire une pause très très agréable. On rejoint enfin le GR5 (celui qui relie la Hollande à la Méditerranée et traverse les Alpes françaises du Léman à Nice).
Le Col d’Anterne (2257m) est atteint peu après. Vue imprenable sur le Mont-Blanc. On a atteint le sommet de l’étape (un peu plus de 1350m de dénivelé). La descente ne sera pas longue. Tout d’abord assez pentue, c’est beaucoup plus calme une fois passée le refuge du Col d’Anterne (2002m ; ne pas s’emmêler dans les toponymes de la Montagne d’Anterne…entre les refuges, le lac, les cols, cascade…une bonne carte et tout est si clair).
Au refuge, ne pas prendre les chemins qui descendent sud-est et sud-ouest respectivement vers le Brévent (GR5) et le Lac de Pormenaz , mais prendre le sentier plein est qui rejoint tranquillement la vallée de la Diosaz en montée légère (Collet d’Ecuelle, 2027m). Le sentier arrive aux ruines des chalets d’Ecuelle (1904m) où on trouvera un point d’eau. Gagner ensuite les chalets de Villy où l’on peut planter la tente un peu en contrebas près du torrent la Diosaz ; accepter la cohabitation avec les vaches. Attention : il n’y a pas de refuge dans ces chalets. On peut préférer planter sa tente aux ruines d’Ecuelle pour le point d’eau ; cependant aux chalets de Villy on trouvera facilement quelqu’un qui monte au Buet ou qui en descend pour discuter un peu…

itinéraire du second jour

La journée commence en douceur en suivant le sentier qui longe le torrent de la Diosaz sur sa rive droite (ouest), le traverse vers 2080m environ puis redescend légèrement avant d’entamer la montée vers le Col de Salenton (2526m). Cette montée est assez raide dans un contexte très minéral (attention aux chevilles). L’arrivée au Col de Salenton est exceptionnelle tôt le matin ; on commence à rencontrer plus de monde car on est au croisement avec le sentier qui provient du refuge de la Pierre à Bérard. Ensuite le sentier contourne l’Aiguille de Salenton sur sa droite (est) avant de traverser un grand névé (indiqué sur la carte ; pas difficile à traverser). Peu après, c’est la dernière étape ; plein sud par rapport au sommet, on visualise très bien le reste du parcours (ce qui peut être un peu décourageant). La montée jusqu’à l’Abri de Pictet (3040m) est assez raide bien que sans aucune difficulté particulière. Prendre son temps ; souffler et se retourner souvent pour admirer ce paysage grandiose (le mot est faible). De l’Abri de Pictet , on aperçoit le sommet que l’on gagne très facilement (pente faible ; 3096m). Il est souvent conseillé de ne pas trop s’attarder au sommet ; la descente est longue et le temps change vite ; on a tous entendu ça un jour ou l’autre, et même si ça tape un peu sur les nerfs, c’est malheureusement vrai. Un orage la-haut : bof …La descente s’amorce plein nord le long de l’Arête du Buet et c’est après celle-ci que se traverse le « passage des chaînes » (2800m environ), seule véritable difficulté technique du parcours pour un simple randonneur (ce que je suis). Ce passage doit être plus facile en montant ; mais une fois arrivé ici on n’a pas trop le choix. Seule solution là encore : prendre son temps. Ce passage n’est pas très long est on gagne assez vite le chemin qui descend vers la Combe du Buet et le Lac du Plan du Buet (2543m) (nord-ouest ; quitter alors le sentier qui se dirige nord-est vers le Cheval Blanc et le Lac du Vieux Emosson en Suisse) ; ce chemin fait des lacets au milieu d’un terrain très minéral. Une fois dans la combe, on peut se « reposer » un peu grâce à un replat assez long (ça monte même un peu) qui gagne le haut des Frêtes du Grenier de Commune (la Cathédrale ; 2531m), une arête qui partage la Montagne de Commune au nord et le Cirque des Fonts au sud. Ce sentier, qui descend jusqu’au refuge du Grenairon, n’est pas toujours évident, mais l’alternance entre les paysages vers Sixt et Samoëns au nord-ouest, et les vues plongeantes sur le Cirque des Fonts au sud (où l’on était la veille) vaut vraiment le coup. Et toujours le Mont-Blanc qu’on ne quitte pas jusqu’au refuge du Grenairon (1974m). Une fois au refuge, on peut choisir d’y passer la nuit pour profiter de la soirée en pleine montagne (beaucoup de bouquetins dans ce coin-là) et finir tranquillement le lendemain matin sans se presser…La dernière partie n’est pas difficile ; on quitte rapidement le sentier de pierres pour gagner le sous-bois (des arbres !) où le sentier enchaîne les lacets. Penser à faire une pause aux chalets des Crépines (1403m, point d’eau), petit coin de paradis. Quelques lacets encore et on arrive au croisement de la veille (chemin des Fonts, 1072m), la boucle est bouclée. On arrive au parking en quelques minutes.

Commentaires difficultés

Bien prendre en compte la distance (34 km en deux jours) et le sac à dos chargé surtout si vous ne dormez pas en refuge. De plus : l’itinéraire vers le Buet proposé et présenté sur ce site n’est ni le plus court, ni le moins fatigant, mais certainement celui qui permet de croiser autant de coins magnifiques tels que la Montagne d’Anterne, le Cirque des Fonts ou la vallée de la Diosaz. Cependant on peut très bien faire plus court si seul le point de vue au sommet intéresse…(en partant du hameau du Buet par exemple, après Chamonix, et en faisant le bivouac au refuge de la Pierre à Bérard ; Cf. carte 1/25000° Chamonix-Mont-Blanc 3630OT ). On peut également faire le Buet en une journée…pour sportifs.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Depuis l’A40 (Macon-Genève-Chamonix), sortir à Cluses où Samoëns est indiqué.A Samoëns, prendre direction Sixt-Fer-à-Cheval (D907) et une fois à Sixt, bifurquer sur le pont à droite pour traverser le Giffre (D29, direction Salvagny). Continuer sur la même route jusque dans le petit village de Salvagny ; au tremplin à ski tourner à gauche (ne pas prendre la direction de la cascade du Rouget) vers une petite route qui monte en quelques virages à un parking, juste après le centre de vacances (3 grands chalets) et juste avant le pont qui traverse le Nant-Sec (torrent souvent à sec l’été…d’où le nom). On peut également garer son véhicule quelques dizaines de mètres plus loin, après le pont, au départ du chemin (et à la fin de la route…).


Situation




Sortie du 01-08-2010

excellent, WE magnifique.
bivouac près des chalets de Villy beaucoup plus tranquille que celui de la voie normale de montée au buet.


  • Horaire : 14h
  • Dénivelé : 2568 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media