Planard de Combe Rousse depuis la route forestière
de Fremezan

Planard de Combe Rousse depuis la route forestière
de Fremezan

  • Altitude départ : 1830
  • Altitude sommet : 2103
  • Dénivelé : 300
  • Distance : 2 km
  • Temps de montée : 1h
  • Orientation : Sud
  • Balisage : Aucun
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Depuis le terminus de la route forestière de Fremezan, emprunter le sentier bien marqué qui part au sud. Après quelques lacets dans les pentes parsemées de pins, de mélèzes et de paravalanches, il aboutit à une bifurcation signalant à gauche "La Planard" et à droite "Le Lac des Balmettes". Partir à gauche sur un sentier de moins en moins marqué traversant des pentes raides et qui demande un peu d'attention. Le sentier qui devient sente aboutit dans un vallon herbeux parsemé de blocs vers l'altitude 1950m. La trace se perd plus ou moins et il faut remonter vers l'Est pour gagner les crêtes sud du vallon. On aboutit alors au point 2103 dominant le planard Combe Rousse, vaste replat dominant la combe des Roches et offrant un panorama saisissant sur le chaînon du Puy Gris. De là, il est possible de boucler vers le col des Balmettes et le lac (R2, +300m) ou bien de gravir la Pointe des Balmettes, 2479m (R3, +300m)

Précautions

Les pentes traversées sous le Pic de Fremezan sont raides et le sentier étroit par endroit. De juin à octobre, la place est occupée par un troupeau de moutons et 4 patous peu commodes. Prudence !


Commentaires difficultés

Les traces sont peu marquées à partir de l'altitude 1900m
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Saint Colomban des Villards > route forestière de Fremezan jusqu'à son terminus


Situation




Sortie du 01-11-2015

Mlzes et Sambuis

Arrivé à Saint-Colomban, on brave comme à chaque fois et comme tout le monde le panneau de l'ONF interdisant l'accès à la route forestière de Fremezan pour se retrouver deux épingles plus haut face à une barrière à moutons. On reste interdit quelques instants et on se décide tout de même à la franchir en prenant soin de bien la refermer derrière nous. La route nous semble s'être bien dégradée depuis notre visite au lac des Balmettes l'an passé, mais ce n'est peut-être qu'une impression.
On aboutit tout de même sans encombres au terminus de la route, où un beau barbecue en pierres est à disposition ainsi que bancs et table du même tonneau, jouxtant la cabane fermée de l'ONF. Les melèzes sont dorés, le début du sentier tapissé de roux, le ciel d'un bleu profond et la vue déjà immense sur l'Arvan. On a bien fait d'être venu ! On s'engage alors sur le sentier visiblement peu parcouru pour rapidement aboutir à la bifurcation menant au lac des Balmettes. On le laisse à droite pour suivre la seule indication de la balade : "La Planard". Le sentier qui devient sente traverse alors des pentes raides où il convient d'être vigilant, d'autant plus que si les quelques paravalanches s'intègrent bien dans le paysage, la flamboyance des mélèzes en cette saison est un bonheur pour les yeux, au risque de ne pas regarder où l'on mets les pieds !
Arrivés dans la combe sous le planard, le sentier se perd mais l'orientation n'est pas trop difficile. Il faut simplement gagner la crête sud, que l'on voit bien, 200 mètres au dessus. La pente se fait raide et alors que l'on peine un peu, un magnifique chamois traverse la combe en grands bonds puissants et gracieux. Il gagne la crête en quelques secondes, s'arrête quelques instants pour nous toiser et disparaît dans la combe des Roches. Il nous faudra un bonne dizaine de minutes pour rejoindre le point qu'il a mît si peu de temps à gagner...
Arrivé là-haut, le panorama s'ouvre, immense sur le Puy Gris et ses satellites. En contrebas de la bosse 2103m, s'étale le planard de Combe Rousse, son enclos et sa cabane du berger. L'impression d'isolement est intense et le chocolat aux oranges est particulièrement savoureux dans ce cadre sauvage et grandiose. On repère aux alentours quelques beaux endroits pour bivouaquer au printemps prochain, scrute les pics et pointes du Charmet de l'Aiguille, de Comberousse, du Puy Gris, du Roc de Pellegrin... là juste en face, presque à portée de main. La parure hivernale en face Nord donne un air de haute montagne à ces parois élancées. En arrière plan, le Sambuis et les Grandes Rousses et au delà les Ecrins donnent encore plus d'ampleur à ce paysage déjà démesuré.
Vient le moment où il faut redescendre, forcément. On restera bloqué un petit moment en bas de la route de Fremezan, au niveau de la barrière pour moutons. Au moment où nous sommes arrivé, le troupeau était dans les parages, bien gardés par 4 patous aux aboiements dissuasifs. Nous avons préféré attendre dans la voiture que le troupeau et ses féroces gardiens s'éloignent, dans une ambiance qui nous a un peu rappelé le safari de Peaugres !

Photos de la sortie


  • Horaire : 1h
  • Dénivelé : 300 m
  • Participants : Irène et paul

Identification

( ) bivouak.net

Social Media