Dormillouse depuis la Station St-Jean-Monclar


Dormillouse depuis la Station St-Jean-Monclar

  • Altitude départ : 1344
  • Altitude sommet : 2505
  • Dénivelé : 1160
  • Temps de montée : 3h15
  • Temps de descente : 2h30
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : jaune.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Au Parcours Aventures, repérer le départ d’un chemin qui monte en sous-bois, d’abord sud-est, puis est, jusqu’à une bifurcation à 1450m, où on laisse un sentier qui file à droite (sud) pour poursuivre sur celui de gauche qui oblique au nord-est. Il traverse 2 pistes de ski, passe sous le télésiège du Belvédère, puis à droite d’une station intermédiaire de remontées mécaniques (1625m).

À partir de là on quitte enfin les ferrailles, vive la nature sauvage ! Le sentier monte alors, toujours en sous-bois, en changeant plusieurs fois de direction (nord-est, puis sud-est, puis vers 1800m, après une épingle, plein nord). Maintenant en pente très douce, il va cependant franchir plusieurs ravins, avant de sortir enfin définitivement de la forêt vers 1860m et continuer quasi à l’horizontale.

Mais après 250m environ, à une bifurcation, il faudra prendre le sentier de droite qui se dirige (nord-est) vers un cabanon (1863m). Il passe au-dessus de ce dernier et continue, en montée douce, tantôt au milieu de mélèzes, tantôt complètement à découvert, jusque vers 1940m. Là, il vire au sud-est et remonte une crête très raide (ça surprend !), herbeuse et caillouteuse, jusqu’à un premier ressaut rocheux qu’il faut franchir, puis un second qu’on peut contourner. Suit un nouveau changement de direction (est), où il rejoint la crête sous Dormillouse au point 2275m, sommet de la Montagnette (très grand et très beau cairn).

À partir de là, il faut suivre cette crête, toujours bien balisée, en forme d’arc de cercle vers le sud. À 2461m, on atteint une antécime : belle table d’orientation, et vue grandiose sur le Lac de Serre-Ponçon tout en bas, et sur une foule de grands sommets des Préalpes de Digne (Embrunais, Ubaye, La Blanche, les Séolanes, etc.), jusqu’aux Ecrins tout au fond. Il ne reste plus qu’à vous arracher à ce spectacle pour atteindre un peu au-dessus le vrai sommet de Dormillouse (2505m), avec son célèbre fort (ancienne batterie), où vous rencontrerez vraisemblablement les foules venues par le chemin des écoliers, depuis la parking sous le Col Bas… ou (juillet-août) par le télésiège de la station ! Vous pourrez alors, selon la saison, vous abriter, vous désaltérer voire vous restaurer au Fort, avant d’entamer la descente par le même itinéraire, qui pour le coup va vous permettre de bénéficier bien mieux qu’à la montée des superbes points de vue successifs sur le Lac et les sommets environnants.

Commentaires difficultés

pentes raides sur les crêtes.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Seyne, prendre la D900 vers le Nord jusqu'à St-Jean. Là prendre à droite la D907 jusqu'à la station St-Jean-Montclar toute proche (parking). Mais on peut aussi continuer encore un peu en dépassant les remontées mécaniques et le Parcours Sportif, et se garer au Parcours Aventures. Du Lauzet Ubaye, prendre la D900 vers St-Vincent-des-Forts, puis St-Jean.


Situation




Sortie du 07-08-2010

Dans le haut de la monte

Je cherchais un "petit" sommet pour me reposer entre deux "3000" des Alpes du sud. Après le Grand Coyer (certes pas un 3000, mais près de 30km, 12h de marche et 1700m de dénivelé) et le Vieux Chaillol (un vrai 3000, lui, pas mal non plus, quoique moins harassant), j’ai donc jeté mon dévolu sur le Dormillouse haut-provençal, encore à découvrir lui aussi. Mais me mêler aux chenilles processionnaires depuis le Col Bas ne me tentait pas. Et si je partais de St Jean, du pied de la montagne donc, où je passe si souvent sans m’arrêter chaque fois que je file vers Barcelo et ma chère Haute Ubaye ?

Muni de ma carte IGN avec un tracé très partiel de l’itinéraire adéquat (il s'arrête à la cabane 1863 !), me voici donc parti de Digne à 5h30, avec l’espoir d’être de retour pour le repas de midi. Il faut très beau, ça va sûrement chauffer, c’est parti. Arrivé à la station une heure plus tard, je me rends compte que j'ai oublié ma boussole ! Quelque peu déstabilisé, je mets du temps à m'y retrouver dans le dédale des chemins du Parc d’Aventures encore désert à c’theure. Mais (coup de bol dans mon malheur ?) je finis quand même par me trouver, je ne sais trop comment, sur le bon sentier, puis à l’intersection, puis sous le télésiège du Plateau de la Chau, puis à la station intermédiaire (ouf). Et là, je perds la trace, désormais en traits discontinus sur la carte. J'ai beau chercher, rien ! Je décide alors (idée géniale) de suivre un téléski jusqu’à sa gare supérieure, où logiquement je devrais retrouver la fameuse trace discontinue qui repasse par là. Parvenu à la gare d'arrivée, je fouine, en vain d’abord, puis soudain j’avise un trait jaune sur un tronc : la revoilà, ma trace !

Soulagé, je la prends. Et voici le cabanon. Tiens, la sente se poursuit dans les mélèzes… mais plus sur la carte, où il n’y a désormais plus aucun tracé. Mais un petit topo que j’avais dégoté me disant sommairement de continuer jusqu'à la crête, puis jusqu'au sommet, je continue donc, en suivant les traces sur le terrain. Tout va bien d’abord, les mélèzes sont superbes, et la soudaine raideur de la crête sud-est puis les ressauts qui suivent m’enchantent, tout comme le superbe cairn de la Montagnette. Mais l’euphorie cessera brutalement peu après : à la bosse qui suit, je doute. je ne trouve plus ni trace ni cairn. Ne suis-je pas sorti de l’itinéraire ? Où peut bien être le sommet ? Bon, je redescends, je cherche une autre voie, une trace, un cairn… Rien, me serais-je perdu ? Après avoir erré pas mal de temps, je remonte sur ma bosse, re-carte, pour une fois que j’ai oublié ma boussole, c’est bien ma chance ! On se calme, on prend son temps, on essaie quand même d’orienter la carte… Ben, faudrait p’têt’ bien continuer par là, le sommet il est p’têt' là derrière ? Tiens v’là encore une autre bosse, merde toujours pas le sommet, mais… ouais, une table d’orientation, une vraie merveille en plus ! Sauvé ! Et quelle vue sublime ! Le sommet, tout près, me tend les bras, avec son énorme fort, et ya même du monde (mais pas trop, finalement). Enfin calmé, je me pose, papote avec quelques "touristes", tout va bien, je savoure... Mais vu l’heure bien plus tardive que prévu, je ne m’attarde pas, et redescends par l’itinéraire de montée, sans hésitation cette fois, et sans trop me mettre en mode contemplation devant les superbes points de vue : j’ai faim ! Et il me faudra attendre 14h30 pour, de retour à Digne, mettre enfin les pieds sous la table…

Note (2015) : j'avais effectué cette sortie en 2010 avec une carte IGN de 2006. Depuis, sur les nouvelles cartes, cet itinéraire a beaucoup évolué. D'une part, le télésiège du Plateau de la Chau a disparu, "remplacé" par le télésiège du Belvédère (arrivée décalée vers le nord). D'autre part, et surtout, sur la nouvelle carte, cet itinéraire, légèrement modifié, est maintenant parfaitement tracé de bout en bout (ligne rouge continue). Plus d'excuses donc en cas d'erreur sur le terrain !
Le topo se réfère à cette nouvelle carte IGN, visible ci-dessus.

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h10
  • Dénivelé : 1160 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media