Col Turbat en deux jours en traversée Valjouffrey-Valgaudemar


Col Turbat en deux jours en traversée Valjouffrey-Valgaudemar

  • Altitude départ : 1250
  • Altitude sommet : 2679
  • Dénivelé : 2800
  • Temps de montée : 13h
  • Orientation : Toutes
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Jour 1 : Le Désert-refuge de Font Turbat. On peut bien sûr remonter toute la vallée de la Bonne par l'itinéraire évident (R1). Je décris la jolie variante des vallons supérieurs : peu après la bifurcation à gauche (1502 m) menant au vallon de la Haute-Pisse, quitter le sentier du refuge de Font Turbat avant de traverser le thalweg descendant du Grand Vallon, et monter hors sentier au mieux, en restant rive droite de ce thalweg. En arrivant près des barres défendant l'accès du Grand Vallon, une trace traverse à droite, puis il faut monter quelques rochers et une rampe, qui permet de traverser le ruisseau issu du Grand Vallon au-dessus des barres. Suivre une vague trace montant dans des vernes pour déboucher à un replat herbeux (vers 2000 m) dominant la vallée de la Bonne (beau point de vue). La trace monte un peu, puis se perd. Monter dans le Grand Vallon, tout à vue, en traversant progressivement à droite, direction le passage 2461 m, défendu par un pierrier. Descendre dans le Petit Vallon par la trace qui se perd rapidement. Traverser en visant le bas de l'arête des Murois, vers 2300 m. On retrouve une bonne trace montant de la vallée de la Bonne, qui remonte jusqu'au replat des Lauvets (2474 m). On peut se descendre à Font Turbat, soit prolonger la traversée à plat par une trace assez bonne vers le lac des Pissoux. La trace franchit un ravin issu du versant S de la pointe Maximin, puis se perd ; traverser au mieux à flanc dans des bancs rocheux/herbeux jusqu'à retrouver le sentier qui monte jusqu'au dessus du petit lac des Pissoux, dans un site minéral très austère (poursuite possible jusqu'à la brèche de l'Olan). Redescendre par le sentier jusque vers 2300 m. Le sentier se perd dans les moraines ; traverser au mieux ce terrain chaotique vers la droite pour retrouver la bonne pente herbeuse du refuge de Font Turbat (2169 m), qui se découvre au dernier moment de ce côté-là. Compter 5:30 en passant par les Vallons.

Jour 2 : bien repérer la veille du refuge le point d'attaque du col Turbat, caractérisé par une rampe herbeuse en diagonale montante vers la droite bien visible. De la terrasse du refuge, prendre un sentier à gauche qui descend traverser la Bonne. Traverser en ascendance vers la droite le grand pierrier du Cros de la Vache, hors sentier, en visant le départ de la rampe. On y retrouve une trace et un balisage de points rouges, véritable fil d'Ariane à ne pas perdre dans les difficultés qui commencent : monter la rampe, grimper quelques rochers sur la gauche, traverser un petit fond de ravin, puis suivre les traces et les marques dans un terrain très escarpé. Escalader une petite cheminée qui fracture une dalle, puis poursuivre en traversant quelques dalles (attention si elles sont humides !) pour déboucher au col Turbat (2679 m).
Descendre un couloir raide du col, toujours en suivant les traces rouges. Après un bout de trace, on descend un dernier couloir bien raide mais facile, et on retrouve une bonne trace qui traverse puis dévale un éboulis issu du Banc de la Conche (débris d'avion). Arrivé à un replat mi-herbeux mi-pierreux, traverser à droite et retrouver la variante du GR54 qui traverse Côte Belle en balcon (quelques jolis passages en corniche), puis retrouve et remonte le sentier surfréquenté du col de Colombes (2423 m). Descendre en quelques instants à l'enchanteur lac Lautier (2363 m). Poursuivre la descente par quelques lacets raides, une traversée, et de nouveau quelques lacets jusqu'à une bifurcation (2150 m). Remonter en quelques instants au col des Clochettes (2183 m). Descendre au refuge des Souffles (1968 m). Prendre le sentier du col de la Vaurze qui monte pour traverser le ravin des Bancs (vers 2100 m), puis redescend franchement pour trouver l'entrée du replat de Périnon (vers 2030 m). Traverser ce replat et suivre le sentier qui monte doucement, mais longuement, en lacets vers le col de la Vaurze (2500 m). Possibilité de faire un crochet au pic des Scies de Sainte-Anne, mais la journée devient alors franchement longue.
Descendre intégralement le versant N assez raide de ce col, d'abord par les éboulis, puis en traversée en rive droite (quelques ravins) jusqu'au replat de la cabane de Serveille (1885 m). Le sentier descend en lacets au-dessus du Désert, franchit facilement un escapement de la Tête de l'Essart, fait un ultime lacet à gauche dans un éboulis et retrouve le fond de vallée de la Bonne, d'où on retrouve en quelques minutes le Désert.

Précautions

Ne pas s'engager dans la traversée Grand Vallon-Petit Vallon par temps de brouillard. La montée du col Turbat est très escarpée, et exposée si les dalles sont humides. La descente en est également délicate. Le reste est facile, mais particulièrement long : garder en tête que la jour 2, quatre cols (Turbat, Colombes, Clochettes, Vaurze) sont à franchir, et que la dernière descente est longue (1250 m de dénivelé -).


Commentaires difficultés

Jour 1 : parcours hors sentier (R3) dans l'approche du Grand Vallon, le Grand Vallon, et le Petit Vallon. Jour 2 : franchissement alpin du col Turbat (R4).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Accès par la route de Valjouffrey. Se garer au parking à l'entrée du Désert-en-Valjouffrey.


Situation




Sortie du 11-08-2015

Cascade de la Pisse

Cette boucle est une façon originale et esthétique de (re)découvrir le fond de Valjouffrey et le Valgaudemar. Le prix à payer est le franchissement du col Turbat, qui fait froid dans le dos quand on le voit de face le premier jour. En fait, cet itinéraire alpin très raide est bien tracé et reste peu exposé tant qu'on suit bien les marques, et si les rochers sont secs.
Attention à la descente en versant S : bien repérer les marques ! Je suis descendu par erreur trop à l'est par un couloir franchement délicat, avec de la désescalade exposée (II/III), gros dégâts en cas de chute, à proscrire.
Les esprits aventureux pourront essayer le pic Turbat : après la descente des couloirs, traverser O et remonter au mieux jusqu'à un couloir montant en diagonale à gauche sous le pic, puis retrouver la voie normale.
Après l'intermède très sauvage du col Turbat, le contraste est violent avec les sentiers véritablement surfréquentés au coeur de l'été entre le col de Colombes et le pic des Souffles. Le col de la Vaurze est beaucoup plus calme, mais l'enchaînement Souffles-Vaurze-Désert est très long (c'est une étape à part entière du GR54), il faut donc une bonne forme physique pour se taper cette longue et magnifique seconde journée.

Photos de la sortie


  • Horaire : 13h
  • Dénivelé : 2800 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media