Rocher Rond par la grande épaule orientale,
depuis La Chaup

Rocher Rond par la grande épaule orientale,
depuis La Chaup

  • Altitude départ : 1380
  • Altitude sommet : 2453
  • Dénivelé : 1100
  • Temps de montée : 2h40
  • Temps de descente : 15mn de vol
  • Orientation : Est
  • Balisage : Hors sentier 80% du temps (en fait seul le début est sur sentier)
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

De La Chaup se diriger vers les Ubacs par des pistes de plus en plus étroites. Elles deviennent bientôt invisibles. Le reste de la balade se fera hors sentier. Heureusement l'herbe est rase et il n'est pas trop pénible de remonter les pentes direction plein ouest, il faut viser les barres dites Les Moures et les contourner au début par la gauche. Puis s'engouffrer dans la faiblesse juste avant des barres vers 2050m. Remonter les pentes à peine plus raides et contourner les barres par derrière. Vous êtes maintenant sur l'immense épaule est du Rocher Rond... c'est long à remonter mais finalement le sommet oriental arrive. Le sommet central est à peine plus haut. C'est un beau belvédère !

Itinéraire vol

Décollage : Est évidemment, il y a une belle prairie 30m sous le sommet oriental. En Nord, entre le sommet oriental et le sommet central, il y a également une belle pente pas trop raide et pas trop pierreuse, attention cependant, elle St termine sur une falaise... environ 70m plus bas, ça laisse néanmoins le temps de réfléchir. En sud, depuis le décollage Est, c'est possible, de travers certes mais avec la courbure de l’épaule on devrait pouvoir décoller.

Précautions

Compte tenu de l'exposition ensoleillée de l’épaule, les conditions deviennent vite infréquentables avec la mise en place de puissants courants ascendants. Dusts et rafales sont légions. Un décollage matinal en été et au printemps est gage de sécurité. Par temps de brouillard, il n'est pas facile de trouver son chemin entre les Chouruns et les falaises.... D'autant plus que justement, il n'y en a pas, de chemin...


Commentaires difficultés

Le Rocher Rond est le point culminant de la Drôme, merci à Napoléon. Le doux nom de ce sommet est à lui seul une incitation à décoller d'en haut
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Agnère en Devoluy > tourner à droite vers Lachaup, s'y garer En venant du Sud, passer le Col de Festre et 4 Km plus loin tournez à gauche vers Lachaup pour s'y garer également


Parcours


  • Nb points : 220
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 4.461
  • Dénivelé - : 98
  • Dénivelé + : 1034
  • Taille fichier : 9 kB
  • Téléchargement


Sortie du 30-08-2014

Le moral remonte ! En arrivant on voit le sommet !

Ce n'est pas toujours aussi simple le parapente, prenez ce matin par exemple, la météo me promet un franc soleil sur le Dévoluy, soit, y a qu'à y croire. C'est au moment de sortir de la maison que je me rends compte qu'il pleut... Certes le Dévoluy est soumis aux conditions méditerranéennes mais quand même ! Evidemment il n'y a pas de voiture disponible aujourdhui, seule la moto est à ma disposition, la tenue de pluie est donc enfilée dans le garage, cette sage précaution agit souvent comme une parade au mauvais temps. Il aura fallu attendre Cordéac pour noter un semblant d'amélioration. J'ai le moral dans les chaussettes.

Pourtant en laissant la moto à La Chaup, le moral remonte d'un coup, entre les brumes filandreuses se découpe clairement mon objectif ! La lumière rasante est étrange, au sud le ciel est uniformément bleu, nous sommes ici à la frontière entre les alpes du nord et celles du sud. La marche est entamée d'un bon pas. Pourtant cela n'a pias duré longtemps, un vent du nord soutenu a apporté des nuées humides et froides, l'ambiance est lugubre. En plus il n'y a pas de chemin, pour trouver le passage entre les falaises ce n'est pas de la tarte. Heureusement le GPS dans ces cas là est un allié précieux. Sans rien y voir que des ombres fantomatiques de falaises, je prends la direction que m'indique Oruxmap, bingo, la pente reste convenable et aucun mur ne vient me barrer la route.

Les masses nuageuses sont de plus en plus nombreuses, nous sommes bien à la limite du mauvais temps mais du mauvais coté... encore trop au nord ! La perspective de descendre par les airs s'amenuise encore. Pourtant les nuages ne collent plus au reliefs, ils sont présents à toutes altitudes et dérivent lentement vers le sud. Plus haut il arrive que le ciel bleu fasse de fugaces apparitions. Le panorama se découvre par bribes, voila qui est beau mais déprimant. C'est que le nord a l'air fort, il est pourvoyeur de lourdes masses cotonneuses dans le ciel. Au sommet l'ambiance est complètement irréelle, le soleil brille par une trouée juste au dessus de moi et tout autour ce sont des cumulus enormes, d'un blanc éblouissant. N'ayant jamais fais ce sommet, je reste tout de même satisfait de la balade. J'en profite pour examiner les options de décollages qui sont belles. Vers l'orient c'est splendide, vers le nord aussi mais faut pas rater la marche plus bas.

Après une demi-heure d’enquête je retourne désœuvré au sac à dos que j'avais laissé sur la belle pente herbeuse du décollage. Alors que je m'apprête à descendre à pince, une brève éclaircie me laisse entrevoir la plaine tout en bas, Oh elle est fugace et petite, néanmoins l’espoir renait. En plus la brise est parfaite, du coup j'étale la voile et attends l’éclaircie suivante. C'est qu'elle s'est faite attendre la bougresse. Encore une fois l'envie de filer par le bas me reprends alors je me déharnache, et là, par une facétie du ciel, les nuages s'ouvrent à nouveau. Je décolle entre des monstres dodus et vise les trouées sombres. Je suis comme Moïse devant la Mer Rouge - sauf qu'ici elle est blanche - plusieurs fois les nuages m'ont aspiré, mais plus le sommet s’éloigne, plus les trouées sont grandes et bientôt, au dessus de la plaine, le ciel devient clair. Le reste du vol est sympathique, sauf qu'il est midi, que je suis au dessus d'une face orientale et que des thermiques fusent ici et là. Trop content d'avoir pu décoller, j'enroule toutes les degeulantes possibles, pas envie de retourner dans les nimbes moi. Attérro juste à coté de la moto dans un vent du nord sensible mais constant.

Voila un sommet magnifique au cœur de ce massif hors du commun, et en plus cette année il est vert comme la Chartreuse !

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h40
  • Dénivelé : 1100 m
  • Temps de vol : 15 m
  • Plafond max : 2450 m
  • Participants : , Solitude totale !

Identification

( ) bivouak.net

Social Media