Cabane du Grand Mountet en boucle depuis
Zinal

Cabane du Grand Mountet en boucle depuis
Zinal

  • Altitude départ : 1680
  • Altitude sommet : 2886
  • Dénivelé : 1350
  • Temps de montée : 4h30
  • Temps de descente : 4h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Excellent balisage blanc/rouge/blanc ou rouge tout du long
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Aller : du parking de Zinal (1680 m), remonter le vallon d'abord très plat par la piste. Commencer à monter, passer au Vichiesso (1862 m). Prendre à gauche direction Grand Mountet au niveau d'une passerelle qu'on franchit (1910 m). Laisser à main gauche le sentier de l'Arpitettaz ; commence alors une montée soutenue dans les vernes, passer une moraine (2080 m) puis sous un toit, continuer jusqu'à un premier replat (2430 m) où l'on passe juste au-dessus d'un ravin, puis juste à côté d'une croix. Reprendre une montée soutenue, jusqu'à descendre franchir la Tsina de Vio (2587 m) par un court passage escarpé. Traverser à plat, puis monter raide dans des escarpements rocheux. Splendide vue sur le cirque de Mountet quand on débouche de ce passage. On continue en longeant un éperon à main gauche. Vers 2840 m, traverser une assez longue portion d'éboulis presque à plat, passer sous l'arête du Mammouth et finalement atteindre la cabane du Grand Mountet, point de départ d'un incroyable nombre de courses d'alpinisme.

Retour : prendre le sentier qui descend de la Cabane. D'abord herbeux, il devient rapidement raide et rocheux et descend jusqu'à atteindre une petite moraine intermédiaire (2680 m). De là, descendre prudemment en suivant les marquages et les cordes fixes, parfois bien utiles dans les passages les plus délités. Toucher le glacier vers 2540 m. Traverser une courte zone tout en glace, puis rapidement atteindre le chaos rocheux qui recouvre quasiment l'intégralité du glacier à cette altitude. Longer la moraine droite sur un bon kilomètre, puis traverser le glacier en visant le bas du glacier des Bouquetins. Après avoir franchi une bédière (2420 m), la trace remonte la moraine, traverse dans une partie un peu exposée en terrain glissant (cordes fixes), puis remonte jusqu'à un premier replat herbeux (2480 m). Le sentier continue à monter, traverse une zone au-dessus d'un ravin et arrive à un second joli replat herbeux (2560 m). Suivre les marques rouges, ne pas prendre un sentier balisé à jaune qui descend un moment à droite (c'est l'ancien sentier, mais vu d'en face, il semble être effondré et infranchissable à plusieurs endroits). Le sentier traverse longuement les pentes soutenues sous le Pigne de la Lé, en parcourant plusieurs zones d'éboulis et quelques traversées un peu escarpées (mais toujours bien tracées) au-dessus des ravins. On finit enfin par redescendre, de façon assez soutenue, jusqu'à la cabane du Petit Mountet (2142 m). De là, le sentier descend plus facilement, en sous-bois, vers Zinal. On retrouve la piste à proximité du Vichiesso.

Précautions

Un pied sûr !


Commentaires difficultés

Passages exposés en moraine, glacier (quasiment sans danger), passages escarpés, problématiques par mauvais temps. Long.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Accès par la route de Zinal depuis Sierre. Se garer au bout du village. Ou accès par le car postal.


Situation




Sortie du 20-07-2014

Vue S du Roc de la Vache

Ayant un week-end en Suisse entre deux déplacements professionnels, avec un dimanche annoncé mauvais et orageux, je me décide pour le coin de Zinal après avoir épluché le topo Rother "Valais Romand" : direction la cabane du Grand Mountet pour dormis le samedi soir. Je monte dormir à Zinal le vendredi soir. Comme j'ai le temps le samedi et enfin de profiter du coin, je ne monte pas directement à la cabane, mais j'en profite avant pour faire le Roc de la Vache (décrit par ailleurs), ce qui rajoute 650 m de dénivelé dans les deux sens. Très joli temps le samedi matin, et le passage par le Roc de la Vache me permet de profiter du très joli vallon supérieur de Tracuit. Le temps de redescendre et de casser la croûte, la chaleur se fait sentir sous un ciel qui se voile et une ambiance lourde, dans toute la montée sous le Besso. Cette montée au Grand Mountet doit bien se gérer, car les montées soutenues succèdent aux courts replats. Arrivée au Grand Mountet à 16h avec les premières gouttes ! Heureusement le temps ne se dégrade pas trop (sauf juste au moment où je sortais pour remonter le sentier vers la Forcle, histoire de tâter les 3000 et d'avoir une vue encore plus grandiose), ce qui permet de profiter de l'extraordinaire ambiance glaciaire du cirque du Mountet, entouré de hauts sommets. Pour un refuge suisse, pour une fois on ne se croit pas à l'hôtel, c'est un vrai refuge de montagne sans chichis, avec un gardien un peu taiseux au premier abord, mais finalement bien sympathique.

Après une nuit courte, départ assez matinal (6h30... une vraie grasse mat' pour les alpinistes) avec le foehn, super me dis-je, le temps va tenir. Pas le temps de sommeiller, la descente par le glacier de Zinal me met rapidement dans le vif du sujet, avec une descente de moraine un peu délicate, d'autant plus que la première averse vient me cingler le visage alors que j'arrive sur le glacier... Une traversée prudente d'une zone englacée (peu raide heureusement... je n'ai pas pris les crampons...), puis j'arrive très vite sur le formidable amoncellement de caillasses qui recouvre le glacier, et que je vais passer l'heure suivante quasiment à traverser. Enfin, l'autre moraine arrive, plus facile et plus courte, avant une très longue partie en traversée dans des pentes soutenues, soit herbeuses, soit en éboulis, avec quelques traversées escarpées ; il faut rester vigilant. Juste après avoir croisé un groupe de 19 pas très en avance qui montent au Grand Mountet en sens inverse, la pluie et le vent redoublent, un coup de tonnerre puissant retentit, je fonce m'abriter un instant au Petit Mountet. J'espère qu'ils ont fini par arriver à bon port. Heureusement tout cela se calme et je peux me laisser glisser vers Zinal, la dernière partie bien plate longuette me rappellent d'autres finaux du même genre (par exemple, les 10 km de la Danchère au Bourg-d'Oisans après avoir descendu les 2000 m de dénivelé de l'Aiguilles de Venosc un week-end où j'étais tributaire des bus) qui m'ont valu une réputation de tâcheron de la rando. Mais je m'écarte...

Au final, malgré le caractère exigeant de cette randonnée, je la recommande vivement, pour l'extraordinaire ambiance de haute montagne qui règne dans cette vallée du Valais...

Photos de la sortie


  • Horaire : 8h30
  • Dénivelé : 1350 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media