La Tuile Versant Ouest depuis la Léchère


La Tuile Versant Ouest depuis la Léchère

  • Altitude départ : 800
  • Altitude sommet : 2294
  • Dénivelé : 1500
  • Distance : 8,2 km
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 15mn de vol
  • Orientation : Est
  • Balisage : vert fluo puis jaune
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

Du parking, prendre au nord une piste large et raide, elle monte jusqu'à Pra Charrier. la suite est toujours aussi raide. on quitte la piste pour un single à droite. Au moment où on croise la grande piste, ne pas suivre les petits panneaux mais poursuivre sur ce single qui monte en lacets.

On sort de la forêt vers 1650m et on atteint rapidement le gite des Thuiles. prendre la trace raide qui monte au dessus des maisons et retrouver une piste qui vous mène à travers des pentes débonnaires au lac de la Fontaine Claire (1900m), elle porte bien son nom.

Prendre plutôt à gauche au dessus du lac pour retrouver un beau sentier qui part vers le sud à droite. Après une épingle au roc de Rassapey, on abouti sur la crête sommitale à 2250m, il ne reste plus que 40m de dénivelé que l'on suit soit sur la crête soit sur le sentier qui va au grand Arc.

Itinéraire vol

Déco du sommet en Est uniquement.... C'est pas si grand que cela et le debut du vol est délicat, il faut repasser par dessus la crête.... ca passe juste en finesse, il vaut mieux une petite brise thermique qui vous aidera. En ouest au col, c'est beau et parfait, bien que vite raide D2 au nord du col, il doit exister un décollage en contrebas du sommet nord. Vol : si vous décollez du sommet, ayez bien en tête qu'un posé dans les prairies au nord du col est possible si on a merdé dans la course d'envol et que l'on a plus assez de hauteur. une fois le col passé, RAS Attéro : Au sud de La Léchère, splendide attérro allongé pas trop grand mais bien dégagé, attention il n'y a pas grand chose d'autre là-haut. Avec une manipe de bagnole il est possible de se poser en vallée. (ce qui porte le vol a 2000m) Retour à la caisse en une bonne heure à pied, 1/2 heure à vélo....

Précautions

Le Décollage du sommet réclamera toute votre attention et aiguisera votre esprit de décision.... passer le col ou pas... notez bien que si la brise de pente est bonne, elle facilitera le décollage et la portance pour rejoindre le col V3. Remarque: si ça passe pas, c'est que le décollage directement du col en Ouest est possible, y a même pas besoin de replier la voile après avoir atterri en contrebas.


Commentaires difficultés

La difficulté réside dans le décollage en versant Est, à l'opposé du plan de vol... par dessus un col qui n'est qu'à 40 mètres plus bas et distant de bien 200 m. ça fait 5 de finesse, mais cela comprend la phase de décollage.... Heureusement il existe deux autres décollages plus sécure
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Aiton > Bonvillard > A droite devant la croix > à droite à la prairie > laisser un vélo à l'attéro,> traverser la Lechere > descendre légèrement sur une piste sur 1,5km > prendre a droite sur une piste qui monte en lacets > parking de l'Abbaye


Parcours


  • Nb points : 393
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 8.686
  • Dénivelé - : 391
  • Dénivelé + : 1849
  • Taille fichier : 17 kB
  • Téléchargement


Sortie du 14-09-2013

A l'aube naissante, la nuit s'estompe

Immersion dans la forêt du Grand Arc.
Après avoir laissé un vélo selon la méthode Véro au bord du champ qui fera office d'attéro, je poursuis jusqu'au parking de l'Abbaye. Bizarrement je n'y ai point vu d'édifice religieux. La chasse est ouverte ! De nombreux 4X4 stationnent sur toutes les places de parking disponibles. Ils organisent une monstre battue qui, par chance, se trouve ailleurs. La montée commence raide, il s'agit de vite trouver la cadence. La forêt est bien entretenue, elle est constituée de grands arbres espacés, ce qui permet, comme le gibier, de couper à travers les quelques lacets trop plats.

Plus haut j'opte pour un sentier plus confidentiel puisqu'il n'est pas surligné de rouge sur la carte. Il offre cependant l'avantage d'avoir une pente constante et rentable. Il me semble que ce doit être l'un des sentiers historiques qui montent à l'alpage. La forêt cède brutalement la place à de vertes prairies. Les senteurs boisées sont immédiatement remplacées par un doux parfum de bruyère et de thym sauvage. Plus haut l'automne déchaîne déjà ses odeurs capiteuses. Un groupe de chasseurs arrive bruyamment au gite de la Thuile, la bière va couler à flot, ils sont bredouilles, ce qui les rends nerveux. La lumière est douce et les Bauges se découpent avec une finesse extraordinaire. Maintenant que les chasseurs sont tous attablés, plus personne ne semble parcourir la montagne, c'est la solitude la plus totale. Je ne verrai pas de gibier mais cela était prévisible, il est terré dans les plus profonds replis de la montagne, fuyant les funestes salves de plombs.

Le vent qui devait tarder à tomber est déjà en berne, pas un souffle d'air à quelques altitudes que ce soit. Bien sur arrivé sur la crête, une très légère brise vient des pentes ensoleillées de l'Est. En conséquence je délaisse le superbe décollage du col et déplie la voile exactement au sommet. J'aurais préféré une brise un peu plus consistante pour décoller sereinement à l'opposé du plan de vol et passer tranquillement au dessus du col qui n'est que 40m plus bas. Non il faudra se contenter d'une vent inconsistant, souvent bien orienté mais pas toujours, bref il n'y a pas de vent météo et peu de brise thermique.

Le plan de vol est simple : décoller vers le lac, immédiatement virer à gauche et tenter de passer par dessus la crête. En prenant le col par le travers, je me réserve le droit de ne pas le franchir et de me poser dans les belles et accueillantes prairies. Ce qui me permettra de rejoindre le décollage Ouest. Si ça passe, hé bien il suffira de se laisser porter au dessus de tout. La voile étant vite prête, il ne me reste plus qu'a attendre la prochaine brise de face. Elle tarde un peu à venir compte tenu des nuages de hautes altitudes qui masquent le soleil générateur de thermiques. Dés que le vent se fait sentir sur mon visage, j'entame résolument la course d'envol. La voile ne transmet que peu de sensations dans les commandes... Il va falloir prendre rapidement une décision. Et puis d'un coup d'un seul la voile s'est mise à voler, il faut vite s'appuyer sur le relief en direction du collu. La crête approche, je n'ai pas dix mètres de marge mais la trajectoire est bonne, elle me permet de bifurquer vers les chaudes prairies de secours sans problème. Finalement je bascule dans l'immense flanc ouest avec cinq ou six mètres de marge.

Le vide se creuse brutalement, tout devient facile, il suffit maintenant de se laisser glisser jusqu'à la Léchère. C'est vaste et dégagé, le petit sentier pris ce matin disparaît dans l'épais feuillage des bois. L'attéro est facile sur ce terrain plat que j'avais prudemment équipé d'une flamme en même temps que j'ai posé le vélo.

Une fois la voile pliée, je la cadenasse à la place du vélo. Le début de la route commence par deux kilomètres de descente, c'est pas mal la bicyclette dans ces conditions. Et puis ensuite la montée commence, là c'est pas la même limonade... je ne suis définitivement pas fait pour le vélo, c'est trop bourrin. Du coup, je jette le vélo dans un fourré et poursuis la grimpette à pied. C'est à ce moment que passe un convoi de chasseurs, immédiatement je lève le pouce. Bien que n'ayant ni les couleurs ni les attributs du chasseur, à savoir le kaki et le fluo ainsi que le traditionnel fusil rutilant, ils s'arrêtent et me prennent dans la benne aux chiens, ce qui me satisfait, bien qu'elle soit plongée dans l'obscurité la plus complète et baignée d'une forte odeur de chenil. Dans le noir avec les clebs, le temps me paraît bien long, c'est à se demander s'il ne me kidnappe pas, frustrés qu'ils sont tous de ne rien avoir tué. Mais non, ils me libèrent de l'obscurité nauséabonde juste à coté de ma voiture. Je me confonds en remerciements avant de partir récupérer le vélo et le parapente laissés sur le bord de la route.

Photos de la sortie

Commentaires

kaiser38
14-09-2013 21:10:19

Encore un bien joli coin que tu as prospecté ce matin ! Content que nos amis les chasseurs n'ait pas fait du ball-trap sur ton aéronef ! ++

Luc
14-09-2013 18:14:55

Je m'étais habitué à tes retours en stop avec de charmantes demoiselles... j'avoue que là, tu m'as bien fait sourire!


  • Horaire : 3h30
  • Dénivelé : 1500 m
  • Temps de vol : 15 m
  • Plafond max : 2300 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media