Grande Ruine par la voie normale

Grande Ruine par la voie normale

  • Altitude départ : 1711
  • Altitude sommet : 3765
  • Dénivelé : 2046
  • Temps de montée : 6h
  • Temps de descente : 5h
  • Orientation : Est
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

De Pied du Col, suivre le GR 54 jusqu'au refuge de l'Alpe de Villar-d'Arène (on ne passe pas au refuge mais juste dessous). Monter alors vers le SO en traversant le ruisseau de Chamoussière et tout en restant sur sa rive droite, remonter la vallée toujours vers le SO jusqu'aux sources de la Romanche en ayant laissé le sentier qui monte au refuge du Pavé. Ensuite prendre à droite (O) un sentier qui monte raide jusqu'au refuge Adèle Planchard (quelques sections courtes câblées dont une bien utile à la descente).

Du refuge, on traverse le glacier supérieur des Agneaux en direction du SO pour contourner le socle de l'éperon rocheux de la Roche Méane. Ensuite, on passe entre ce contrefort de la Roche Méane et l'arête est de la pointe Brevoort. Remonter les pentes soutenues vers le NO et passer à proximité du Col du Diable, et en décrivant un arc de cercle vers la gauche arriver juste avant la brêche Giraud-Lézin (3668m). Traverser à gauche et atteindre un couloir raide qui mène à l'arête est. Le couloir franchi, il ne vous reste plus qu'à remonter l'arête est facile jusqu'au sommet.

La descente se fait par le même itinéraire.

Commentaires difficultés

Le glacier supérieur des Agneaux est à prendre au sérieux car il est bien crevassé. Attention à la traversée ascendante SO du glacier supérieur des Agneaux si ce dernier est en glace. Attention aux éventuelles chutes de pierres qui peuvent se produire quand on passe sous l'arête est pour rejoindre le petit couloir qui mène à cet arête.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Depuis Grenoble, direction Briançon, prendre la N91. Passer la Grave. A Villar-d'Arène, quitter la N91 à droite pour le Pied du Col et se rendre jusqu'au dernier parking après un kilomètre de route non carrossable.


Situation




Sortie du 26-07-2012

Je suis monté au refuge le 25 juillet en prenant mon temps car la chaleur estivale a quelque peu raison de mes velléités. Il me faudra 4h pour y parvenir avec des vues imprenable sur Pic de Neige Cordier et sur Roche Faurio. Arrivé au niveau du refuge et cerise sur le gâteau, la vue sur les Ecrins est saisissante même si beaucoup de nuages la ternissent un peu. Il est 3 heures de l'après-midi et j'en profite pour me prélasser tranquillement.

Au fur et à mesure que le temps passe, les nuages deviennet de plus en plus abondants mais pas de pluie à l'horizon. Manu me rejoindra vers 18h15 juste avant le repas servi à 18h30 pétante (attention à la gardienne qui ne plaisante pas avec les règles ?).
Au menu, ce sera la soupe traditionnelle plutôt pimentée et du chili con carne histoire de dégazer et éliminer le trop plein.
A 9h30 pm, je me lève brusquement pour aller demander à la gardienne des boules quiès car mon voisin de chambrée ronfle abondamment. De toute façon, je ne dormirai que très peu comme d'habitude en refuge de montagne.

Réveil à 5h du mat le lendemain et départ 45 mn plus tard. Nous sommes une des premières cordées à démarrer et nous prenons rapidement le large. Dans la traversée ascendante SO, une plaque de glace vive vient nous barrer le passage et pour plus de sécurité et de confort, on taille des encoches dans la glace avec la panne du piolet. L'ascension jusqu'au petit couloir sous l'arête est ensuite bien agréable car elle est progressive et la neige bien dure cramponne bien. Le petit couloir qui mène à l'arête est terminale est à moitié en glace et il faut être bien vigilant pour le franchir sur les pointes avants. Nous avons gardé les crampons pour terminer l'asension car il reste quelques bandes de neige sur l'arête.

Du sommet, et grâce à cette tempête de ciel bleu, la vue est EXTRAORDINAIRE (surtout sur la Meije et les Ecrins) car le sommet de la Grande Ruine est située au centre du massif. Nous prenons une bonne demi-heure pour profiter pleinement de ce point de vue, d'autant que les autres cordées sont encore loin du sommet. La descente du couloir sera un peu tendue mais ensuite pas de problèmes particuliers d'autant que nous trouvons à la descente un passage qui permet d'éviter la grosse plaque de glace de la montée (seul un petit passage en glace de 3-4 mètres est à franchir).


  • Horaire : 6h
  • Dénivelé : 2046 m
  • Participants : Manu Lestienne

Identification

( ) bivouak.net

Social Media