Chirat Rochat par la Croix de Montvieux

Chirat Rochat par la Croix de Montvieux

  • Altitude départ : 811
  • Altitude sommet : 1052
  • Dénivelé : 250
  • Distance : 9,5 km
  • Temps de montée : 1h00
  • Temps de descente : 0h50
  • Orientation : Toutes
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Prendre la route au Sud, jusqu'au Châtelard. suivre la piste de gauche jusqu'à une bifurcation, indiquant toutes les 2, la direction du Collet de Doizieux.

Suivre la piste de droite, qui monte dans les plantations récentes. En haut du plateau, on arrive dans une grande clairière, entourée de grands arbres. prendre un chemin à gauche, à 180°. Presque plat, il file au Sud puis à l'Est.

Il atteint le sommet du Bois de Neufond, peu individualisé, puis il arrive au Chirat Rochat, 1047m), qui lui, est largement ouvert au Sud et à l'Est. Le panorama est remarquable.

Descendre le long du Chirat, sur la droite. Au bout de quelques mètres, une sente raide, descend en forêt, pour rejoindre un chemin plus large.

Ce chemin arrive sur une piste. Suivre cette piste à droite, pour atteindre le Collet de Doizieux.

Reprendre la piste en sens inverse, et la suivre jusqu'à la Croix de Montvieux.

Plus sur le Pilat : http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Plus de photos, variantes, sur le lien.
A voir sur le web
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De la vallée du Gier : de la Grand-Croix, prendre la D 7, direction St-Paul-en-Jarez, la Terrasse-sur-Dorlay. Prendre la direction de Pélussin. A They, tourner à droite (D 62) en direction de Pélussin par la Croix de Montvieux. - De Pélussin : gagner la Croix de Montvieux par la D 7, puis la D 62. Le parking du col est réservé à la ferme-auberge. Nombreuses possibilités de se garer sur les larges accotements de la petite route qui monte au Châtelard.


Situation




Sortie du 19-04-2012

Dans ce mois d’avril absolument pourri, une embellie est promise pour ce 17 avril ! Et elle est là !

Le 15 avril, il est tombé 1 mètre de neige au Bessat à 1200m d’altitude. Pour nous qui n’avons pas de hautes montagnes faisant barrage à l’air humide, l’obligeant à s’élever et ainsi à se refroidir en s’asséchant, c’est exceptionnel.

J’aurais bien voulu parcourir la "Route des Crêtes" du Pilat. Mais le réseau routier est paralysé au-dessus de 900m d’altitude.

On sait qu’1 m3 de neige poudreuse peut peser 1 kg et qu’1 m3 de neige mouillée peut peser 1 t. Or la neige d’avril est mouillée et peut être les chasse-neige n’ont-ils pas pu pousser cette neige si lourde quand la couche atteint 1 mètre d’épaisseur.

Je me suis donc rabattu sur un col de plus modeste altitude. A 811m, la Croix de Montvieux, est lui, bien praticable.

Par contre, là où j’ai eu faux, c’est en choisissant les bottes plutôt que les "grosses" et les raquettes.

Ma randonnée va vite se transformée en exercice de creusage de tranchées. De plus en plus profondes en gagnant de l’altitude.

Lors de mon ascension de l’automne précédent, j’avais mis 1h00 du col au sommet. Ce jour, je vais mettre 1h40...et en prenant un raccourci !

Mais c’était magnifique ! On ne voyait pas les Alpes ! Mais toute cette neige fraîche et immaculée...c’était magnifique. Et le Soleil ! Le premier jour de beau temps depuis le 02 avril !

Mais la nature souffre ! Des arbres se rompent, d’autres ploient. Certains se relèverons, d’autre non. Et ceux qui vont se relever, ne resteront-ils pas un peu courbés, offrant donc une moindre résistance à une future chute de neige lourde ? Ne sont-ils pas finalement blessés à mort ?

J’aurais aimé déguster mon casse croute au sommet, en regardant le long sillon argenté du Rhône, le fleuve de mon enfance, là-bas, tout en bas. Mais je dois traverser une forêt dense exposée au sud. Il est midi et les paquets de neige commencent à tomber des arbres. Et cela ne fait que commencer.

La descente dans la forêt, par la pente raide était assez facile, un vrai plaisir même, malgré la neige qui me tombait sur la tête. Mais ensuite, la partie plate me séparant du Collet de Doizieux, fut assez pénible, m’enfonçant profondément dans la neige.

Au Collet de Doizieux, des promeneurs redescendaient du Col de l’Œillon. Mais ils ne sont pas allés très loin. Le chasse-neige s’était arrêté brusquement. Les laissant cernés sur trois côtés par des murs de neige compacte.

Par chance, le chemin de retour par le nord, était tracé et damé par des raquettistes et le parcours rendu assez facile. Arrivé à la cote 868, où se trouve une habitation, un chasse-neige était passé, m’offrant un retour tranquille.

C’était une parenthèse. Ce soir la pluie sera de retour.

Plus sur la randonnée : http://www.altituderando.com/sortie529

Plus sur le Pilat : http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Commentaires

Alain Bellon
21-04-2012 15:31:04

Donc, j'ai eu de la chance. Je venais de faire la montée par Doizieux quelques jours auparavant et je n'avais pas voulu la refaire de suite. Ce que tu racontes est hallucinant. Je me doutais que le Haut Pilat serait difficile, mais pas à ce point !

Geoffroy Rémi
21-04-2012 10:17:23

J'ai moi aussi tenté, en toute inconscience, une percée dans le Pilat ce beau matin du mardi 17 , mais en partant de Doizieux avec comme objectif (naïf !) un rapide aller-retour en boucle au Crêt de la Perdrix via la Jasserie, comme d'hab.... J'avais mis mes raquettes sur le sac, et je les ai chaussées en effet un peu au-dessus de Doizieux. Première surprise, l'énorme masse de neige, dans laquelle les raquettes s'enfoncent profondément à chaque pas (assez vite épuisant...), et bientôt le nombre de sapins cassés ou même déracinés en travers du "sentier". Deuxième surprise, au bout d'un certain temps j'ai fini par douter être sur la bonne trace (en fait maintenant je crois bien que j'y étais...). Il est vrai que j'avais choisi de grimper par un raccourci (que j'aime beaucoup et que je connais bien... normalement) par le Bois du Boeuf. Finalement, dans le doute, n'ayant pas ma carte sur moi (je croyais connaître le chemin par coeur !) j'ai fait demi-tour dans mes traces et j'ai fini par rejoindre la "voie normale"... et remonter direction la Jasserie. Hélas, vers 1050 m un énorme sapin cassé en travers de la voie a fini par avoir raison de mon obstination; et je suis redescendu sur Doizieux à travers champs pour profiter quand même un max de cette superbe neige immaculée. Bref, 4h de marche en tous sens et 450 m de dénivelée à tout casser... Pas terrible, mais bon, au retour j'ai appris par la presse ce qui s'était réellement passé dans notre Pilat :shock:


Alain Bellon
20-04-2012 18:19:32

Merci à toi. Dans le Massif Central, une grosse chute de neige en avril, c'est rare, il ne fallait pas rater l'occasion.

giraudre
19-04-2012 21:03:02

Un bien joli reportage photo, c'est vraiment magnifique ces espaces sauvages enneigés



  • Horaire : 1h00
  • Dénivelé : 250 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
02-11-2011

Journée miracle, et lumineuse, entre la pluie de la veille et la plui...

Alain Bellon

Identification

( ) bivouak.net

Social Media