Roche Murraz par le Roc Lancrenaz, déco
des Combes du Lanfonnet

Roche Murraz par le Roc Lancrenaz, déco
des Combes du Lanfonnet

  • Altitude départ : 775
  • Altitude sommet : 1768
  • Dénivelé : 1000
  • Temps de montée : 2h
  • Orientation : Sud
  • Balisage : GR96
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

On peut partir du chalet de l'Aulp de Montmin mais c'est chagrin pour aller récupérer la voiture.
C'est mieux :
1 - depuis le village de Vérel, par la forêt jusqu'aux chalets des Nantets.
2 - depuis le pont de la Scie, entre Vérel et Rovagny (petit parking) par un joli sentier en sous-bois qui conduit au col de l'Aulp, puis de là le GR96 passe aux chalets des Nantets.

On continue ensuite sur le GR96 vers le Roc Lancrenaz et on bifurque aussitôt à gauche vers le Lanfonnet. Un muret et plusieurs lignes de clôtures empêchent les vaches de tomber dans la pente effroyable (60°) de la combe noire.

Précautions

C'est un décollage TRES ENGAGE, il ne doit pas y avoir de vent météo ni de brise, sinon la combe noire est un piège terrible. C'est un vol du matin uniquement, qui nécessite une petite brise de pente pour décoller en sécurité. Il faut aussi prendre de la marge pour contourner l'arête sud du Lanfonnet, très piégeuse avec une aérologie bien pourrie. Ceux qui voudront y aller par conditions non favorables risqueront leur peau, ils n'ont pas besoin de conseils.


Commentaires difficultés

La difficulté de ce vol tient aux conditions aérologiques. Très engagé mais presque débonnaire avec un poil de brise thermique AVANT que la brise du lac ne se mette en place, terriblement dangereux sinon à cause du venturi du col des Nantets et des turbulences le long des parois du Lanfonnet.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Route du col de la Forclaz


Situation




Sortie du 23-10-2011

Le vent étant annoncé faible et d'orientation sud-est, je décide de tenter ce rocher de Lancrenaz. Le jour se lève à peine lorsque je gare la titine sur le parking du joli hameau de la Sauffaz. Quelques stratus mollement boursoufflés s'échappent du lac, en contrebas. Pour le reste, le ciel est d'un bleu limpide. Les prés sont couverts de gel, les forêts sont cramoisies. Bref, c'est l'automne.

La montée se fait tranquillement. En traversant la route forestière, je vois trois voitures qui sont garées là. Je me doute bien qu'il doit s'agir de chasseurs. Pourtant je ne croiserai personne de toute la matinée, et c'est très bien ainsi ! Je grimpe, je grimpe. Je fais une petite pause au chalet des crottes (sic) histoire d'observer les possibilités de décollage qui se présentent à moi sur ce versant sud, entre le col des Nantets et le Lanfonnet. Pas facile. En sud-est, ou sans vent, il doit y avoir moyen de décoller sur la croupe qui surplombe les chalets des Nantets. Si c'est sud, il faudra essayer le col, mais c'est assez expo... Bon, on verra.

Je reprend ma route et très vite j'arrive sur les lieux. Le vent météo est plus marqué ici, et je comprends vite qu'il va falloir composer avec. Oubliée la belle pente repérée juste au-dessus des chalets : c'est carrément de travers arrière. Je vais voir plus haut s'il y a moyen d'envisager quelque chose avec ce vent de sud-ouest. Les chamois détallent dans les rochers, gloups. C'est chaud, par-là ! Je continue ma route, je passe le "Pas de la Froulaz" pour rejoindre le pied de Lancrenaz. Le déco du col est en effet assez riquiqui et pas mal exposé, comme annoncé dans le topo. Et surtout la composante ouest est trop marquée, ça risque de turbuler sous l'arrête sud du Lanfonnet.

Bon. Puisque sud-ouest rime avec col des Frêtes, je sais ce qu'il me reste à faire ! Me voilà donc parti pour la traversée du magnifique alpage de l'Aulp riant, où je croise encore moult chamois qui s'éparpillent de droite et de gauche, notamment en direction de Talamarche. Et me voilà bien vite au col des Frêtes : le déco quatre étoiles de la randonnée en parapente. Herbe nickelle, petits fanions indiquant la direction du vent, pente et orientation parfaites, sapins en aval sauvagement déchiquetés à la tronçonneuse par un parapentiste inconnu (private joke locale). C'est le grand luxe. Autant dire que ça décolle sans soucis.

Le vol est beau et paisible. J'atterris dans un pré juste côté de la Sauffaz, à 50 mètres de la voiture. L'avantage, c'est que la grosse ferme d'à côté est ceinte de deux fiers drapeaux (un français et un savoyard) qui indiquent non seulement le chauvinisme de ses habitants, mais également la direction du vent !

Personne dans les bois, personne sur la route. Il devrait y avoir plus souvent des finales de coupe du monde de rugby !


  • Horaire : 2h
  • Dénivelé : 1000 m
  • Altitude chaussage : 0 m
  • Altitude déchaussage : 0 m
  • Risque avalanche : 0/5

Identification

( ) bivouak.net

Social Media