Refuge de Tête Rousse par le sentier des
Rognes

Refuge de Tête Rousse par le sentier des
Rognes

  • Altitude départ : 1410
  • Altitude sommet : 3167
  • Dénivelé : 1800
  • Temps de montée : 4h30
  • Temps de descente : 3h
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Balisage : Rouge sur le sentier des Rognes.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Monter au col de Voza, puis à Bellevue, au Mont Lachat et redescendre au Col du Mont-Lachat. Prendre le sentier qui part à gauche dans un grand éboulis : il le traverse vers l'est pour atteindre une côte rocheuse qu’il remonte jusqu’au Dérochoir, immense éboulis sous la crête des Rognes. Le remonter (câbles) par un sentier moins bon jusqu’à une brèche à l’est de la baraque forestière des Rognes. Rejoindre le sentier de Tête Rousse qui amène en rive droite du glacier, traverser le glacier si on veut rejoindre le refuge, on peut aussi monter plus haut sur l’arête.
Descente : rejoindre le Nid d’Aigle et descendre soit le long de la voie du TMB, soit par le sentier des Echelles.
On peut raccourcir la randonnée en utilisant le TMB (arrêts du col de Voza, de Bellevue, du Mont Lachat.)

Précautions

Crampons et piolets en début de saison éventuellement.


Commentaires difficultés

La fin du sentier des Rognes est un peu délicate et aérienne. En début de saison, la neige peut-être présente. Traversée du glacier pouvant nécessiter crampons et piolets.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Saint Gervais, Bionnay, Bionnassay, parking du Crozat.


Situation




Sortie du 17-08-2011

Col de Voza, Bellevue

Le sentier des Rognes a été construit par les services de la RTM à la fin du 19°siècle, pour accéder facilement au glacier de Tête Rousse (après la catastrophe de 1892) et faire les travaux décidés (tunnel d’évacuation des eaux). Il permettait d’accéder à la Baraque forestière des Rognes avec des mulets (2 mètres de largeur…). Il servit également à l’accès au Mont-Blanc par l’aiguille du Gouter. Après la construction du TMB, il tomba progressivement en désuétude et ne fut plus entretenu. Il se dégrada peu à peu, notamment dans le passage final du Dérochoir et devint dangereux, voire impraticable et quasiment oublié. Sur une proposition des guides de St Gervais, les municipalités des Houches et de St Gervais ont fait restaurer ce sentier qui a été inauguré au mois de juillet (budget 41000€, financé en partie par des subventions diverses).
Pour moi ce sentier est aussi « historique » : il y a très longtemps ( !!!) je l’avais remonté avec un camarade. Nous étions très inexpérimentés et mal équipés, et c’est un de mes pires souvenirs de montagne : la sortie du Dérochoir, en équilibre instable dans des pierriers pourris ou sur des névés, au-dessus du vide évidemment, fut terrible et éprouvante…
Aujourd’hui le sentier est agréable et spectaculaire. Il y a encore du travail à faire sans doute mais la trace a été piochée et des câbles ont été installés dans les passages les plus délicats. Il va sans doute devenir très parcouru et prisé par les randonneurs.
En remontant le sentier assez désert, j’aperçois derrière moi une personne montant en faisant des pauses fréquentes, un gros appareil dans la main. Intrigué, je l’attends et le questionne : il est employé par la mairie de St Gervais pour relever les tracés des sentiers par GPS, au moyen d’un appareil professionnel d’une précision de 10 cm ! Son travail consiste à entretenir les sentiers, mais aussi à rechercher les anciens itinéraires (à l’aide du souvenir des anciens et des vieilles cartes), à les répertorier et les topographier en vue d’une restauration ! Je suis surpris mais évidemment ravi. Le maire de cette commune (JM Peillex) est souvent très critiqué dans les milieux montagnards et sur internet, mais cette initiative me semble formidable et ferait bien d’inspirer nos élus dauphinois : quand je vois les sentiers « historiques » qui disparaissent progressivement, notamment en Chartreuse et Vercors…
La sortie du sentier se fait assez facilement et j’arrive vers la Baraque, en retrouvant évidemment la grande foule. Les bouquetins sont fidèles au poste dans le désert de Pierre Ronde et je remonte le sentier de Tête Rousse (héritage aussi de la RTM) en doublant les colonnes d’alpinistes lourdement chargés. En haut, je ne visite pas le refuge mais plutôt le chantier de surveillance du glacier : la poche d’eau continue de se remplir et le danger reste grand…
Une descente rapide jusqu’au Nid d’Aigle où on retrouve une foule des grands jours, je ne m’attarde pas et descends par le joli sentier des Echelles, plus tranquille, jusqu’au parking du Crozat. Une belle journée en montagne encore, avec un temps enfin magnifique…
Avis aux amateurs : cette boucle, assez longue est tout simplement superbe et deviendra sans doute un « must » pour les randonneurs.

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h30
  • Dénivelé : 1800 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media