Coiro boucle du fainéant

Coiro boucle du fainéant

  • Altitude départ : 1682
  • Altitude sommet : 2607
  • Dénivelé : 1300
  • Distance : 13 km
  • Temps de montée : 4
  • Temps de descente : 1h30
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Aucun jusqu'à la cabane de belle roche. Orange fluo jusqu'à rejoindre le GR au dessus de la cabane de la Dreyre GR blanc rouge jusqu'au col Sommet cairné Descente hors sentier
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Depuis le point 1682 sur la route des fonds plaines, prendre la piste horizontale en direction de la combe de Teissonnière. Les multiples traces de moutons descendent jusqu'au ruisseau qu'on traverse sans difficulté. Prendre ensuite une trace ascendante qui traverse les bois et amène à l'épaule vers le point 1639 de la crête de la petite côte. Un sentier balisé en fluo s'enfonce dans la forêt puis descend sur la cabane de Côte Belle (nommée Belle Roche sur l'IGN). Poursuivre le sentier balisé fluo à flanc de versant dans la forêt plus ou moins clairsemée, on rentre dans le vallon de la Grande Dreyre suite à un angle marqué avec la vue sur L'Etillier en face. On retrouve ensuite le sentier venant de Valbonnais (on dirait une autoroute en comparaison). Poursuivre alors jusqu'au col de Pierre Luminet par un sentier bien marqué. Après le col on remonte la combe est jusqu'au col 2537. Une traversée sur une vire côté sud permet de rejoindre le col qui donne côté rif bruyant. Le sommet du coiro se gagne par l'arête qu'on remonte d'abord côté nord puis côté sud (cairns).
Descente : du sommet regagner le col 2537 puis plonger dans le versant sud. Une trace que vous aurez pris soint de repérer du sommet travers les rochers pour aller prendre les pentes plus agréables en rive gauche du vallon. Viser ensuite au mieux en restant en rive gauche des ravines. Plus bas suivre le long du ruisseau une sente discrète balisée par de petits cairns. Avant que le ruisseau ne s'enfonce dans une gorge et avant de rejoindre l'alléchant replat en rive gauche, repérer un cairn et la trace qui s'enfonce dans les vernes pour traverser le ruisseau (quelques branches coupées). Un peu de recherche d'itinéraire est nécessaire à ce niveau mais assez facile en repérant la trace qu'on voit plus loin à l'attaque de la zone rocheuse. La sente est ensuite facile à suivre à travers le pierriers puis les rochers, elle débouche sur la crête SO du coiro légèrement au dessus de la baraque du Jas qu'on rejoint sans difficulté.

Précautions

Route ouverte du 15 avril au 15 novembre à vos risques et périls (ça croise rarement). Evitez d'y aller avec votre 205 tunning rabaissée avec tubes fluo sous la caisse, ça touche pas mal !! Evitez également la période d'estive ou le coin est blindé de moutons.............et de patous !


Commentaires difficultés

Petit R3, seul l'arrête finale du coiro mérite de mettre les mains. Le retour sur la baraque du jas depuis la combe sud ouest est un peu exposé.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

La Mure > Oris en Ratier > Après le pont à l'entrée du village, prendre la 1ère à droite, et prendre la piste qui s'élève jusqu'aux fonds plaines. ATTENTION cette piste juste carrossable est interdite entre le 15 novembre et le 15 avril.


Situation




Sortie du 09-10-2010

ENFIN ! Après un premier échec pour cause de patous qui m'avait tout de même permis de faire une petite reconnaissance j'ai réussi à faire ce Coiro. Il faut dire que tous les topos l'affichent avec 1700m de d+ ce qui n'est pas compatible avec mes mollets. Il me fallait donc ruser et voir si l'accès par cette route est possible. C'est bien le cas, alors pourquoi se taper la montée en forêt depuis Valbonnais (d'autant plus que ça chasse en bas...).
La montée de la "route" est tout de même déconseillée pour qui tient à sa voiture, par contre plusieurs 4x4 sont montés ce jour (parapentes+chasseurs). Au démarrage j'avais un peu d'inquiétude en entendant des chiens aboyer dans les bois mais au final je n'en ai vu aucun et les chasseurs étaient bien plus bas en vallée. A cette saison les couleurs sont magnifiques, la forêt oscille entre les jaunes dorés et les roux sombres le parcours du début est très agréable. Au dessus de la cabane de la Dreyre il y a quelques mélèzes qui sont encore bien verts par contre c'est amusant de voir comment l'ambiance change entre ce mélezin et la hêtraie voisine au détour du chemin. En 15m on passe d'un tapis de feuille morte sous la hêtraie à un tapis herbacé sous le mélezin. j'ai pris peu de photos à la montée, convaincu que je redescendrais par là (la descente de la grisonnière versant sud m'inspirant peu !!). Après la forêt c'est la lande qui est une mozaïque de couleurs. Je n'arrive toujours pas à ne pas être surpris de la couleur flamboyante des myrtilliers !!
Le paysage devient plus monotone après le col de Pierre Luminet, la montée dans son versant Est est pierreuse, avec une jolie vue sur les écrins certes, mais pas aujourd'hui ou l'atmosphère était franchement brumeuse. Au col 2537 surprise : il y a une petite centaine de moutons qui sont là tranquilement alors que tous les autres sont partis... je ne dirai pas ô combien le débat sur les pertes du au loup me semble déplacé alors que ceux ci resteront certainement là haut par négligeance. L'arête pour le sommet est beaucoup plus facile que ce qu'on pourrait croire, le rocher n'est pas mauvais. Au sommet je repère 2 personnes qui montent dans le versant sud ouest alors que j'abandonne définitivement mon hypothèse de rejoindre la grisonnière (arête impraticable et impossible à rejoindre par son versant nord). S'ils sont montés c'est que je peux descendre !! Ma descente est d'ailleurs sûrement plus facile que leur montée dans ce versant où il y a peu de traces. Au passage mon impression de ne pas être tout seul se trouvera justifiée par le détalage de 4 mouflons dans les ravines à mi pente. Plus bas c'est une étrange agitation qui me fera lever les yeux pour découvrir un aigle qui plane juste au-dessus !! La carte IGN montre une sente qui rejoint la baraque du jas depuis le point 1816 sur le ruisseau, elle existe bel et bien par contre il faut jouer un peu au sioux pour arriver à suivre les quelques cairns et les traces pour la suivre. Ce passage rocheux fait par contre partie intégrante de la boucle et termine joliement cette incursion dans ce vallon sauvage et ensoleillé. Au passage une vipère me file sous le nez dans les rochers, je ferai attention ou je mets les pieds pour la fin du parcours !!!
Au final seulement 1300m, un sommet qui doit être superbe avec la vue et un vallon sauvage sympathique même avec le monde sur l'itinéraire classique.


  • Horaire : 6h en tout
  • Dénivelé : 1300 m
  • Participants : un écureuil, deux chasseurs, un autre chasseur, 6 vttistes, 1 randonneurs, 2 autres randonneurs, 20 moutons, 2 vautours, 4 mouflons, 1 aigle, 1 vipère, une nichée de parapentistes

Identification

( ) bivouak.net

Social Media