Parinacota depuis Sajama

Parinacota depuis Sajama

  • Altitude départ : 4850
  • Altitude sommet : 6348
  • Dénivelé : 1470
  • Temps de montée : 8
  • Temps de descente : 3
  • Orientation : Sud-Est
  • Balisage : Quelques cairns.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Au village de Sajama, trois grands monts vous dominent : Le Sajama, toit de la Bolivie avec ses 6542m, le Parinacota dont nous allons causer ici, et son jumeau d'à côté le Pomerape.

Trente kilomètres vous séparent du départ, 'Campo Baso' situé à 4850m. Marcello vous y amènera pour 700 bolivianos (100$). Difficile de faire autrement, même si cette marche d'approche se déroule dans des décors somptueux...

Une fois le 4x4 reparti, vous voilà seul au monde!

Au Campo Baso donc, 4850m, remonter le long vallon en direction du col qui sépare, à cotre gauche le Parinacota, à votre droite le Pomerapé.
Décor lunaire, vous marchez dans les cendres et les vestiges d'une anncienne irruption.

A 5200m, le 'Campo Alto' s'offre à vous : un champ d'énormes rochers volcaniques posés sur des scories à perte de vue. Vous y poserez sans problème votre tente et vous vous y reposerez ou tenterez le reposage. Il peut faire un peu mal à la tête...

Le lendemain, départ à 2h du matin en direction du col.
Peu avant le col, le sentier oblique sur votre gauche et remonte en direction du sommet. Suivre les cairns.

Vers 5800, vous vous faufilerez entre quelques pénitents, témoins d'un ancien glacier, et un gros névés. Là encore, comme à Chacaltaya, la fonte est spectaculaire.

A 6300m, on débouche au sommet, un cratère impressionnant, et l'on suit cette arrête cinq petites minutes histoire de rejoindre le plus haut haut point du cratère, à 6348m.

Descentes :
- par la voie des airs ;
- sinon, sur ses pas ;
- ou encore, plonger dans la grande pente sud, on voit le camp de base en bas. Glissades à volonté dans cette grande pente. Vers 5800m, une grosse combe (petites falaises) que l'on contourne par la droite (E) et dans laquelle on entrera vers 5500m. Cf photo. Puis plus qu'à se laisser glisser aux tentes!


Précautions

A noter qu'il y a quelques années seulement, crampons et piolets étaient indispensables. Il n'en est rien aujourd'hui, où l'on remonte à côté des grandes pentes de neige. Nos deux guides n'ont rien voulu savoir malgré notre avis "alpin" de laisser les baudriers et mousquif' au camp de base. Tant pis pour eux, ils ont donc porté!


Commentaires difficultés

Difficultés liées à l'altitude. Acclimatez-vous bien...
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

La Paz > Pacatamaya > Sajama


Situation




Sortie du 26-08-2010

Dernires emplettes  Pacatamaya

Partis de La Paz mardi matin pour trois jours sur les flancs du Sajama, la joie est immense de nous retrouver dans ce Parc à la frontière du Chili. Les véléités Paz'iennes au fil des kilomètres disparaissent, et lorsque le Sajama s'offre au loin à notre vue, nous tombons sous le charme. Wahou, ça va être dépaysant!!!

Mais, mais, mais, à 15h, alors que nous devrions commencer à marcher, il n'en est rien, et le petit village de Sajama est encore bien loin. 16h30, nous arrivons et nos guides nous disent simpelment que nous ne marcherons pas ce soir?!!!!

Toute notre joie s'envole en poussières, à l'image de quelques "minis" tornades autour de nous. Et nous voilà partis dans des déboires avec les guides, le boss de l'agence. Alalala mais tout était si simple sur le papier!

Nos jours étant comptés, et au vu de la proposition de grimper 1600m le lendemain et donc de mettre à néant notre soit disant acclimation, nos yeux filent vers la montagne d'en face : le Parincota.

Et nous nous endormirons avec ce volcan dans la tête et une irruption incroyable d'étoiles.

Départ tranquille le lendemain du coup. Trente kilomètres en 4x4 dans le parc, avec Marcello aux commandes. Il parle très bien le français et connait le parc comme sa poche! On est charmés dés les premiers kilomètres.

A 4850m, nous voilà sacs sur le dos pour trois cent petits mètres de dénivelés. Nous arrivons au 'campo alto' à 5200m. Décor lunaire.

Le lendemain, nous partons à deux heure du matin sur les flancs du volcan. Pas besoin des Tikka tellement la lune nous éclaire le sentier. Et comme l'avait dit Rodolfo, nous apprécions nos cinq couches!

Les cinq cent premiers mètres mètres nous parurent alpins (en terme de durée-temps), à tel point que je me demandais bien où ils "casaient" leurs huit heures de montée, j'en étais donc à faire des calculs mentaux qui me disaient que d'ici deux bonnes heures nous serions là-haut. Mais, il n'en fut donc rien de mes calculs!

Au fur à mesure de la montée, nous sentons nos pas un peu plus lourds. Vers 5900, Sylvie fera même un petit vide estomacal. Petit coup de Diamox à la rescousse. Et ça marche...

Et plus on monte, et plus il est difficile d'apprécier le monde nous entourant tellement nous sommes concentrés sur nos pas et à lutter contre le froid glacial. Images somptueuses vers 5900m avec la lune qui disparait derrière les pénitents de glace. Aucun de nous deux n'aura la force de sortir l'appareil photo. Trop froid. Plus tard, on s'apercevra que chacun comptait sur l'autre pour ces beaux clichés!

Les trois cent derniers mètres se feront avec le soleil. Mais la chaleur aidant, on ne va pas forcément plus vite! A 7h30 nous débouchons sur le cratère, José-Louis viendra à ma rencontre dix minutes avant d'arriver et me "piquera" la voile. Impossible de lui résister. Grrr! Restait cent mètres! Et puis le sommet un petit quart d'heure plus tard. Séance photos, évidemment, avec les doigts chauds et le thé à la coca!

Côté parapente, j'ai mis une petite biroute en arrivant au cratère. Puis une seconde au sommet. Je n'en avais pas vraiment besoin car le vent était à mon sens trop fort, et surtout particulièrement mal orienté. Un plein W. Pas du tout envie d'aller au CHili! Je suis conforté par l'avis parapentuesque de Sylvie de laisser la voile dans le sac.

Redescente, donc, avec la voile sur le dos, dans les immenses champs de scories. Les jambes un peu lourdes pour chacun de nous, les belles glissades comme dans les cailloux de Chamechaude ne sont que souvenirs!

Belles et longues pauses au fil de la descente, tandis que José-louis est presque rendu au camp, histoire de mitonner le repas... A 5800m, je me pose la question de sortir la voile, et une belle bourrasque renvoit cette idée au loin! Sûrement un calme anodin dû à un joli sous le vent...

Nous arriverons vers 10h aux tentes. Le repas presque prêt!
Sylvie fera une orgie tandis que je n'avalerai pour ainsi dire rien du tout.

Pause-café aussi longue qu'un expresso et il nous faut repartir et rejoindre notre rdv de treize heures. Marcello arrive une heure plus tard, nous sommes en surchauffe ensoleillée et nous n'avons qu'une hate : plonger dans les www.bivouak.net/album_photos/photos.php?id=21924&id_sport=2 de Sajama!

Photos de la sortie


  • Horaire : Départ à 2h15
  • Dénivelé : 1470 m
  • Altitude chaussage : 0 m
  • Altitude déchaussage : 0 m
  • Risque avalanche : 0/5
  • Participants : Rodolfo, le guide et José-Luis sont assistant porteur-cuisinier.
    sylv'

Identification

( ) bivouak.net

Social Media