Pic de Mont Las depuis Sost par le terrible
vallon du courret

Pic de Mont Las depuis Sost par le terrible
vallon du courret

  • Altitude départ : 750
  • Altitude sommet : 1729
  • Dénivelé : 1000
  • Temps de montée : 3h20
  • Temps de descente : 10 minutes de vol
  • Orientation : Sud-Ouest
  • Balisage : que dalle
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Si de départ est facile, vers le haut, avant le petit col du courret sartet, c'est l'enfer. En attendant prenez la piste de la carrière. Vers 940, deux solutions :
- Une piste forestière fermée part à gauche, c'est la solution la moins pénible, il suffit de remonter la piste jusqu'à l'altitude 1450 et de redescendre 150 mètres, derrière le pic de Couret Medan, sur le col de Courret Sartet vers le nord. (+150 m c'est le pris à payer pour éviter le raide passage décrit ci dessous)
- Une autre solution plus rapide est de continuer le vallon jusqu'à 1000 m là, à coté des éboulis de la carrière, prendre la vieille piste qui monte à gauche. Vers 1150 il faut bifurquer sur une piste à droite et aller à son terminus à 1200 m. La suite, c'est droit dans la pente raide du sillon sur 170 mètres (l'horreur, terrain meuble et glissant) on abouti juste à gauche du col.

Une fois au col de Courret Sartet la suite est simple : Suivre l'arête plein nord jusqu'au sommet, on laisse à droite une étrange pointe, perchoir à vautour.

Pour la descente la deuxième solution est fortement recommandée, si c'est dur à monter, à descendre, c'est de la rigolade !

Précautions

Bonnes Chaussures car le sentier est inexistant par endroits


Commentaires difficultés

Terrible car le vallon à remonter n'a pas de chemin tracé tout le long (ou alors ils ont disparu). il y a 4 options, aucune n'est totalement satisfaisante. le topo décrit les deux moins mauvaises.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Toulouse > Saint Gaudens > Siradan > Loure Barousse > Sost > Cap de Lane au bout des champs


Situation




Sortie du 17-08-2010

Revanche au Mont Las

La dernière fois que j'ai mis les pieds sur cette montagne, c'était pour en revenir sans voler et surtout passer à l'hosto avec une belle entorse à la cheville... qui m'avait pénalisé la fin des vacances et les six mois suivants...
Une minute de silence à l'endroit précis du faux pas, et je continue. Bon cette minute n'a pas été vraiment perceptible étant donné que j'ai pas vu âme qui vive de toute la sortie, et que je ne parle pas tout seul ! (enfin pas encore). Les 200m de montée droit dans la pente avant le col sont toujours aussi pénibles: de la boue, des obstacles en tous sens, et des orties féroces qui piquent à travers le futal.

La mer de nuage basse et tenace étale toute sa blancheur dans tous les fonds de vallons, question vent ça a l'air bon, reste plus qu'à espérer que le soleil fasse fondre ce gras brouillard... Entre 10h15 et 10h20, la mer de nuage disparaît comme par enchantement. La fin du parcours est donc traversée avec motivation, malgré un sommet qui semble reculer sans cesse.

Au sommet, le vent vient de l'endroit le plus raide, c'est pas terrible. J'ai souvenance d'un décollage sur l’arête Est, mais c'est vraiment un vieux souvenir. Le sommet atteint, c'est avec soulagement que le terrain d'envol se dévoile... comme dans mes souvenirs, c'est couvert d'asphodèles séchées et le sol n'est pas vraiment parfait. Alors j'étale la voile là où c'est le moins pire et démêle les suspentes comme je peux. La brise est face avec parfois une forte composante sud. Décollage montagne pas vraiment facile, mais ça passe finalement bien. Toujours être soigneux dans la préparation de la voile, ça facilite bien les choses.

Quant au vol, rien à signaler. Des thermiques qui semblaient velus depuis l'arête de montée, je n'aurai rien vu, ni même rien senti ??? C'est pas grave, l’essentiel n'est il pas de voler ? Au retour à la location, j'ai l'agréable surprise d'entendre les Quatre Saisons par Karajan qui trainaient dans un tiroir, moi qui pensais cette version infâme, c'est une bonne surprise... Bon il ne fait pas dans la dentelle, mais cette interprétation reste vivante et animée malgré un effectif symphonique digne de Malher dans sa 8eme.


  • Horaire : 3h20
  • Dénivelé : 1000 m
  • Altitude chaussage : 0 m
  • Altitude déchaussage : 0 m
  • Risque avalanche : 0/5

Autres sorties

Date Titre Auteur
01-08-2009

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas fait ce sommet, il faut d...

3 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media