Pointe du Sciallet depuis Rivier

Pointe du Sciallet depuis Rivier

  • Altitude départ : 1260
  • Altitude sommet : 2312
  • Dénivelé : 1052
  • Temps de montée : 4h
  • Orientation : Sud-Est
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking, remonter vers le sud une petite route qui fait un angle très aigu avec la route principale puis passe près d'une petite église. Au ruisseau Bruyant, emprunter le chemin qui monte dans la forêt (rive droite) et en sort vers 1650 m. Se diriger vers le NO pour remonter le ruisseau de la Grande Montagnepuis vers 2200m, prendre la combe de droite jusqu'au col de la Scia. Obliquer enfin vers la droite pour atteindre le sommet.
Hébergement : Refuge, bivouac, ...

Précautions

Matériel spécialisé, recommandations, ...


Commentaires difficultés

Commentaire sur la difficulté de la course
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Départ du parking longeant la route principale qui traverse le Rivier d'Allemont. Grenoble > direction Bourg d'Oisans> Route du col du Glandon jusqu'au Rivier d'Allemont


Parcours


  • Nb points : 337
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 7.195
  • Dénivelé - : 1810
  • Dénivelé + : 1770
  • Taille fichier : 14 kB
  • Téléchargement


Sortie du 04-01-2013

il s'agit de vite quitter ce vallon traffol

La poudre du Sciallet

Pour une fois qu'un congé posé bien à l'avance coïncide avec un grand ciel bleu on ne va pas se plaindre. La montée dans la forêt n'est pas désagréable du fait du regel médiocre sous les arbres, les fats mordent dans la neige sans que les couteaux soient nécessaires. Seulement cette neige molle a quand même un défaut, elle mouille les peaux, et bientôt, à la sortie des bois, la neige fraîche commence à coller sur les semelles....

J'aurai fait les 700 m de dénivelé qui restent avec des semelles de neige plus ou moins épaisses, par moment on pourrait me confondre avec un comédien de kabuki, chaussé d'épais okobos, le problème avec ces gros skis, c'est que la taille des sabots est en rapport.... Énormes et pesants. Heureusement, contrairement à la précédente sortie, mes cuisses pourtant durement sollicitées ne rechignent pas à l'effort... Du coup la montée - bien que réalisée en première crabotée - est une formalité, même si la trace est à refaire. Je n'aurai vu personne durant l'ascension et c'est seulement au sommet que je retrouve deux randonneurs qui arrivent par le sud.

Ça tombe bien c'est midi et j'ai grand faim, après de frugales agapes, il est temps de descendre... Le ski de randonnée est souvent ingrat, on en chie à la montée et la neige est rarement bonne à la descente, heureusement il y a des exceptions, et aujourd'hui en est une.... Voilà le grand vallon du ruisseau des villages, absolument vierge de toute trace, il est pour moi tout seul ! De superbes pentes en neige fraîche homogène, c'est de la gourmandise. Comme ce vallon est exposé vers l'est, à gauche on trouve des pentes de neige transformée, à droite des pentes de neige froide et encore bien poudreuse, la descente est un enchantement, ça tourne tout seul sans aucun bruit que le léger souffle de la neige qui vole tout autour. En plus, le vent qui entretenait une température idéale pour la montée est totalement tombé, bref une descente de rêve comme dans les films publicitaires des grandes stations canadiennes.

J'en profite pour remercier de son tuyau sur skitour celui qui se cache sous le pseudonyme steph0272, effectivement la descente directement par le vallon encaissé du ruisseau des villages est en excellentes conditions. Bien que le randonneur au sommet m'en ai fait une description apocalyptique, je m'engage dans le goulet. Il faut dire que, grisé par la poudre, j'ai oublié de bifurquer à droite. Je retrouve quelques traces et poursuit à travers les vernes largement espacées qui ne sont pas du tout gênantes. Il semblerait qu'un passage ait été pratiqué à coup de tronçonneuses, ça descend tout seul en rive droite dans la poudreuse toujours aussi légère.
Presque en bas il s'agit de traverser le ruisseau, compte tenu de la configuration, je ne déchausse même pas, ça passe sans aucun problème et termine la descente dans une neige qui décidément restera parfaite du premier virage sous le sommet au dernier à côté de la caisse.

Une randonnée comme ça, ça vous regonfle un moteur usagé, sur un air de m.youtube.com/#/watch?v=aQ3bMeUg7yg

Photos de la sortie


  • Horaire : 3h
  • Dénivelé : 1100 m
  • Altitude chaussage : 1260 m
  • Altitude déchaussage : 1240 m
  • Risque avalanche : 3/5

Autres sorties

Date Titre Auteur
06-03-2011

Pas le courage de saisir un nouveau topo ; je suis parti de Prabert pu...

herve
26-01-2003

On était partis pour la pointe S du Ferrouillet central mais on est a...

DavidL

Identification

( ) bivouak.net

Social Media