Dôme du Petit Tas par l'Aulp du Seuil

Dôme du Petit Tas par l'Aulp du Seuil

  • Altitude départ : 1050
  • Altitude sommet : 1770
  • Dénivelé : 800
  • Temps de montée : 2H30
  • Temps de descente : 15 mn de vol
  • Orientation : Sud-Est
  • Balisage : Jaune
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

En arrivant au col de Marcieu prendre la dernière route à gauche avant le col vers un lotissement. Une piste carrossable succède au goudron et file vers les pistes de ski que l'on coupe. En haut du téléski, prendre le chemin raide qui vous mènera directement dans l'entonnoir de l'Aulp du Seuil, le sentier serpente dans les falaises avant de s'engouffrer dans le point faible vers le nord. Attention Névé tardif en fin de saison.

A l'Aulp du Seuil, direction plein Sud Ouest en suivant grosso modo la courbe de niveau sur 1 Km. on passe sous le sommet de l'Echarasson avant de descendre dans une belle dépression sur la crête. C'est le Pas du Petit Tas.

Itinéraire vol

Le décollage est en Sud-Est uniquement. Heureusement c'est face aux thermiques du matin donc la brise est souvent bonne. le décollage est au sud du point coté 1770 c'est à dire qu'il faut traverser tout la grande combe pour presque buter sur les contreforts de Bellefont. Belle pente mais quelques arbres ici et là. Vol : Du gaz et des thermiques qui peuvent être forts en cours de journée. Attéro : Si ça thermique, il est possible d'aller facilement à Lumbin, sinon deux solutions soit sur le plateau près de l'église ou alors dans la vallée.

Précautions

Par vent de nord on est sous le vent : méfiance !


Commentaires difficultés

Il existe bien un sentier direct : [url=http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=1498&id_sport=2]Le Pas du Petit Tas[/url], mais il est difficile et surtout il y a un pas entre un arbre et la paroi qui passe difficilement avec un gros sac !
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Grenoble > La Terrasse > à droite aux pellous > Col de Marcieu


Situation




Sortie du 04-06-2011

Nom d'un Ttras Lyre !

Il y a longtemps que je ne suis pas allé à l'Aup du Seuil – si l'on excepte cette funeste www.bivouak.net/topos/course-id_course-213-id_sortie-8662-id_sport-1.html en début de saison – aussi le vent d'Est annoncé fut une raison suffisante pour y retourner. Bon d'accord un bon vent ne fait pas tout, de nombreux nuages trainent depuis le sol jusqu'au très hautes altitudes où ceux la n'accrochent même pas Belledonne. Bon, on verra bien... l'air est saturé d'humidité et les températures pas vraiment fraiches. Le paysage est extrêmement mobile, ici une belle éclaircie, là une chape de plomb sinistre occulte toute la lumière. Il s'agirait d'être au sommet au bon moment ! Devant ces changements incessants, ma détermination n'est même pas entamée: Quand j'arriverai au déco, je déplierai la voile quelque soit la visibilité – puisque le vent a l'air bon – et j'attendrai l'éclaircie.

La traversée sous la crête, coté jardin japonnais des alpages du seuil, est une longue errance au milieu des herbes folles et des rhododendrons. Je dérange un superbe coq de bruyère, un mâle fier et hautain. Il s'envole bruyamment vers d'autres clairières odoriférantes – l'humidité ambiante révèle des senteurs capiteuses. Coté nuages c'est pas le pied, ils sont énormes dans la direction où je vais. En plus ce brouillard me fait perdre la notion des distances, suis-je trop loin ? Mais où est ce déco nom d'un chien ! Un petit coup de GPS me permet de me rassurer, il faut continuer 200 m.

Ça y est, voilà le déco avec son arbre mort perché sur le dôme. Comme convenu, la voile est dépliée sans même regarder le décor, de toute manière y a rien à voir, c'est tout blanc. Odin a-t'il entendu mes prières ? Quoi qu'il en soit, lentement la couverture s'est faite moins dense, la lumière est devenue plus vive, et bientôt les petites maisons de la vallée se sont illuminées une à une. Sans se presser j'ai fignolé la préparation de la voile, il faut dire que la brise est totalement tombée, c'est à peine un souffle qui vient des entrailles de la terre. Une fois fin prêt, il a suffit de prendre une grande respiration et d'accélérer régulièrement jusqu'à ce que la voile me soustraie complétement de l'apesanteur de la terre. Entre deux masses cotonneuses, la voile m'emmène loin de cette falaise sombre et lugubre, vers la lumineuse vallée.

L'impasse est faite pour le vol jusqu'à l'Isère, c'est déjà inespéré d'avoir pu décoller alors autant éviter une galère en stop.... Atterrissage en bordure de route, celle qui me ramène droit au Col de Marcieu, avec la première voiture qui passe... je n'ai même pas eu le temps de plier la voile qui sera rangé en vrac dans le coffre. Voilà une petite sortie tranquille et sereine, comme le oud lancinant et paisible de Anouar Brahem www.deezer.com/fr/music/anouar-brahem/les-ailes-du-bourak-TDEB330179209#music/anouar-brahem

Photos de la sortie


  • Horaire : 2H30
  • Dénivelé : 800 m
  • Temps de vol : 10 m
  • Plafond max : 1770 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
03-05-2009

Ce matin je n'y croyais pas trop, cependant un coup d'œil sur interne...

Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media