Cascade de l'Oursière et lac Merlat en circuit
depuis Le Pleurey (ou Freydières)

Cascade de l'Oursière et lac Merlat en circuit
depuis Le Pleurey (ou Freydières)

  • Altitude départ : 1172
  • Altitude sommet : 1500
  • Dénivelé : 1300
  • Temps de montée : 5h
  • Temps de descente : 2h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Balisage inexistant sur une partie du parcours et chemins non indiqués sur la carte
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du Pleurey, continuer la piste carrossable vers le sud. Cette piste se met à descendre doucement. Un carrefour indique à droite un chemin rejoignant Pont Rajas. Ignorer ce fléchage et continuer tout droit. La piste devient un simple chemin d'exploitation forestière, pierreux, qui s'arrête net (environ 45 minutes après le départ, altitude 1100m).

Continuer tout droit, en légère descente, en cherchant une trace dans la forêt. La trace étroite n'est pas évidente les premiers mètres, mais des branches coupées nettement sont une indication. En tout cas, il y a moins de 100 mètres à faire pour tomber sur un pierrier (indiqué sur la carte) où le chemin est parfaitement visible (la trace dans le pierrier est même visible de la montée classique de l'Oursière depuis les Seiglières, de l'autre côté de la vallée et de l'autre côté, c'est ce qui m'a donné l'idée d'aller voir). Suivre la trace, qui rentre à nouveau en forêt et continue à plat ou en légère descente. Le sentier traverse un deuxième pierrier, magnifique et rentre à nouveau en forêt. Quelques arbres se sont mis en travers, mais il faut continuer en descente douce. Le chemin traverse un secteur humide, frais et verdoyant, puis débouche sur un replat, dont il faut longer le bord droit jusqu'à rencontrer une petite rivière. Ne pas traverser. J'ai mis un minuscule cairn juste avant pour indiquer qu'il faut tourner de plus de 90° sur la droite à cet endroit pour descendre un talweg parallèle à la rivière. Ce talweg est en fait une piste forestière et conséquence de l'exploitation forestière, il devient vite encombré par des branches et des ronces de framboisier. Il finit par rejoindre le Doménon au niveau de la source de la Dhuy (940m), où il devient un chemin d'exploitation forestière convenable, indiqué sur la carte, qui suit le Doménon jusqu'à Pont Rajas.

Il faut quitter cette piste au plus tard à la source de la Dhuy pour traverser le Doménon, mais on peut tenter de traverser un peu plus haut (1000m environ). Sauf période de crue, la traversée à gué n'est pas un problème : il n'y a qu'un champ de cailloux, le Doménon était devenu souterrain à cet endroit après sa crue d'août 2005. Mais il ne faut descendre suffisamment pour n'avoir à traverser que le Doménon apaisé, et non le Doménon et ses affluents dans un terrain accidenté.

De l'autre côté du Doménon, on trouve une piste d'exploitation forestière qui suit également la rivière (il y en a deux parallèles et à certains endroits et la plus éloignée de la rivière est la meilleure). Prendre la piste dans le sens montant. Cette piste devient raide, effectue des virages prononcés (un M déformé) avant de repartir à plat vers le nord (altitude 1100m environ). Cinq minutes après le début du replat, elle débouche sur un grand espace où elle rejoint le chemin classique et balisé vers la cascade de l'Oursière venant des Seiglières.

Les difficultés d'orientation sont presque finies, l'ascension à proprement parler débute.

On monte à la cascade de l'Oursière par un bon chemin balisé. Dans le vallon juste au-dessus de la cascade, prendre la direction du refuge de la Pra en laissant le chemin qui part à droite vers les lacs Robert.

Après une montée soutenue, on débouche dans un alpage en pente très douce dans lequel le Doménon coule paisiblement. Il faut quitter le chemin de la Pra avant qu'il se mettre à remonter et traverser le Doménon pour suivre un de ses affluents qui vient du lac Merlat. Bien qu'il n'y ait pas de chemin officiel, on trouve des sentes et le cheminement est très agréable.
Arrivé au lac Merlat, on retrouve le chemin officiel venant de la Pra qui longe sa rive sud.

Arrivé à l'angle sud-ouest du lac, il faut s'élever au-dessus du chemin qui rejoint le Grand Colon par le sud pour trouver la sente (non indiquée sur la carte) qui monte en diagonale vers les arêtes déchiquetées qui dominent le lac Merlat à l'ouest (entre le Grand Colon et le Pertuis). On la trouve en 5 minutes en tâtonnant, elle est évidente une fois qu'on est monté en traversant un peu sur la droite. Le franchissement de l'arête (une demi-heure après avoir quitté le lac), sans difficulté est le point culminant du circuit (2200m). De l'autre côté aussi, la sente est claire sur le haut, puis se perd dans le pierrier. Une fois revenu sur des pentes plus douces, il faut traverser presque à plat au pied de pentes plus raides descendant du Grand Colon. De temps en temps, des cairns viennent rassurer, mais dans les pierriers, on ne les voit pas de loin. La sente apparaît et redisparaît et fait passer au dessus d'un beau vallon très sauvage orienté au sud. On continue à plat ou en légère descendre pour arriver (une demi-heure après la crête) à un collu peu marqué formé par une bosse répérée sur la carte par le point côté 2099. C'est à cet endroit qu'on retrouve le chemin classique descendant vers la Baraque du Colon. On descend ce chemin jusqu'à la piste carrossable.

On peut alors suivre cette piste jusqu'aux Quatre Chemins. A ce carrefour, convergent trois routes (deux goudronnées et la piste d'où on vient et un quatrième chemin, qui descend doucement et ramène en un quart d'heure au Pleurey.

Mais plutôt que de suivre la piste carrossable (vite lassante), il est plus rapide et plus agréable de bifurquer assez vite à gauche pour descendre une succession de pistes forestières (indiquées sur les cartes récentes) qui ramènent au Pleurey.


Précautions

- Avoir reconnu les passages confidentiels lors de sorties préalables (voir plus haut) est nécessaire vu la longueur du circuit. - Il faut savoir lire les cartes et avoir le sens de l'itinéraire ! - Cette randonnée est à éviter après de fortes pluies, et ne doit pas être envisagée trop tôt au printemps. - Le sécateur est utile pour entretenir le chemin.


Commentaires difficultés

Deux difficultés : la longueur (7h de marche sans les pauses) et l'orientation. Il est recommandé de repérer deux passages délicats en faisant des circuits plus courts : - le chemin confidentiel menant jusqu'à la traversée basse du Doménon, proche de la source de la Dhuy peut être reconnu dans le cadre d'un circuit plus court : Les Guimets - Freydières - Source de la Dhuy - Pont Rajas - Les Guimets - Le raccourci au-dessus du lac Merlat évitant l'ascension du Grand Colon peut être reconnu en faisant le tour du Grand Colon. Par rapport au passage par le sommet, il fait gagner 200m de dénivelé et 1 heure environ
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Domène, monter à Revel, puis Freydières, puis continuer 2 km sur la route de droite qui part à plat, jusqu'au Pleurey, où une barrière barre la route


Situation




Sortie du 06-09-2009

L'Oursire

J'ai fait une fois de plus le circuit. Conséquence de la sécheresse, il y avait peu d'eau dans le Doménon. Il était même possible de le traverser (avec précautions, ça glisse !) sous la cascade de l'Oursière !

Pour la première fois, j'ai rencontré un berger, des moutons et des patous au lac Merlat. Avec en plus un groupe de jeunes braillards, ce n'était pas le calme habituel.

Le chemin qui franchit le « col du Grand Perlet » (ce col ne figure pas sur la carte mais il est proche du pic du même nom) est à présent balisé par des marques ocres, et j'ai croisé d'autres personnes l'empruntant.

Photos de la sortie


  • Horaire : 7h de marche sans les pauses
  • Dénivelé : 1250 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
22-09-2007

Je conseille de la faire dans le sens indiqué, même si je l'ai déj...

Christophe Leuridan

Identification

( ) bivouak.net

Social Media