Pointe Droset et Pointe de Bellecombe depuis
le lac du Mont Cenis

Pointe Droset et Pointe de Bellecombe depuis
le lac du Mont Cenis

  • Altitude départ : 2017
  • Altitude sommet : 2917
  • Dénivelé : 900
  • Distance : 14 (7,5 + 6,5) km
  • Temps de montée : 3 h 15
  • Temps de descente : 2 h 15
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Quelques panneaux. Marques à la peinture jaune du refuge jusqu'aux Lacs Giaset. Cairns.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Pour monter à la Pointe Droset, les solutions ne manquent pas. Il existe même une ancienne piste militaire, en rouge sur la carte IGN, qui part de l’ancien fort de Variselle, au-dessus de l’extrémité ouest du barrage, et mène jusqu’aux ruines du fort Malamot, tout près du sommet de la Pointe Droset ; mais elle est fastidieuse et interminable (même en coupant ses innombrables lacets)…

Le plus bel itinéraire, et de loin, est un somptueux « circuit des lacs », qui ne figure pas sur la carte IGN. Il a été mis au point et (très bien) balisé par les gardiens du refuge du Petit Mont Cenis. Pour réaliser cette boucle, mieux vaut laisser la voiture à la Chapelle Saint Barthélémy (2017 m., après la pointe SW du lac). De là, suivre à pied le confortable chemin qui mène au refuge du Petit Mont Cenis. Du refuge (2110 m.), prendre (ouest) la direction des lacs Giaset (panneau peu après le refuge) ; il suffit dès lors de suivre fidèlement le balisage jaune. Vous allez ainsi contourner par l’ouest puis le sud l’imposant bastion rocheux de la Pointe Droset : vous passerez au-dessus des lacs des Coulours, puis au bord des deux très beaux lacs Perrin (où l’on quitte le sentier encore tracé sur la carte IGN), et rejoindrez (dorénavant hors sentier), par des pentes rocheuses tourmentées, en balcon au-dessus du Vallon de Savine (on devine parfois le lac éponyme tout au bout), les superbes lacs Giaset (vers 2660 m.). Au-dessus de vous, plein nord, l’arête ouest-est de la Pointe Droset : à l’est, les ruines du Fort Malamot (occupé par plusieurs familles de bouquetins), et un peu plus à l’ouest, le sommet de la Pointe Droset. Alors, il ne vous reste plus qu’à monter dans les blocs, droit dans la pente, jusqu’au Fort Malamot (2915 m.), saluer les bouquetins (sans les déranger, ils sont chez eux !), admirer de là-haut le grand Lac Blanc en contrebas, et par l’arête quasi horizontale rejoindre à l’ouest le sommet, hérissé de cairns ! De là-haut, vue magnifique sur les grands sommets de la Vanoise, les Aiguilles d’Arves au loin, les divers sommets du massif du Mont Cenis et ceux du Vallon d’Ambin (dont les Dents !), etc.

Pour la descente, une solution simple consiste à basculer versant nord, pour rejoindre sans difficulté la piste militaire visible d’en haut. On la suit jusque vers 2570 m., à l’ouest de la Corne Rousse, où on la quitte avant un virage (à gauche d’une grande bâtisse) pour poursuivre sur un sentier (en traits discontinus sur la carte). Ce sentier va vers le sud, passe non loin du sommet de hautes falaises (à gauche), puis tourne (nord-ouest) à la Frasère, descend au Plan de la Madeleine, traverse la piste qui mène à l’ancien Fort de Patacreuse, avant de rejoindre le chemin qui longe la rive sud du lac du Mont-Cenis. La chapelle Saint-Barthélémy est au bout.

* Si l’on envisage une rando sur 2 jours, avec nuit en refuge ou en bivouac, il est intéressant d’arriver sur place assez tôt le 1er jour, pour une très agréable « mise en jambes » l’après-midi : l’ascension de la Pointe de Bellecombe (2755 m., 645 m. de dénivelée à partir du refuge ; compter 2h15 pour la montée et 1h45 pour la descente). L’itinéraire est évident : on traverse le vaste plateau à l’ouest du refuge, et on monte en face (NW) vers les granges de Mestrallet (petit lac en forme de cœur !). On continue dans la même direction et on contourne les contreforts rocheux à l’ouest par un mouvement tournant vers la gauche. Au replat, on continue encore un peu vers la gauche jusqu’au col de Bellecombe (2475 m.), et de là on grimpe directement jusqu’en haut de la Pointe de Bellecombe qui est devant soi (SW) : grande croix métallique au sommet, vue imprenable là encore, avec Modane tout en bas. Pour la descente, on peut suivre l’agréable ligne de crête (SE puis N, point 2620 : on voit le refuge en contrebas), dont on redescend au mieux pour rejoindre le replat, et de là le point de départ.

Précautions

Dans les passages rocheux, attention à la neige résiduelle éventuelle en début de saison. Se méfier aussi du brouillard qui remonte souvent des vallées italiennes.


Commentaires difficultés

Quelques passages rocheux faciles dans le sentier en balcon au-dessus du Vallon de Savine. Montée hors sentier assez raide dans les blocs des lacs Giaset au Fort de Malamot.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Modane, N6 via Lanslebourg et le Col du Mont Cenis (généralement ouvert à partir de mi-mai). Du col, redescendre un peu sur l'autre versant et prendre la première petite route en épingle sur la droite (Pt 2050): elle descend vers le lac qu'elle longe. La suivre jusqu'à la Chapelle St Barthélémy, puis au refuge du Petit Mont Cenis. Attention, en début de saison (jusque fin mai-début juin), cette route peut encore être barrée par des névés, donc interdite à la circulation. Laisser alors la voiture au pt 2050 après le col et rejoindre la chapelle puis le refuge à pied.


Hébergement(s) associé

Situation




Sortie du 22-06-2008

Au refuge

Conditions idéales pour ces deux très belles randos (on a suivi exactement les itinéraires que je décris dans le topo), véritable fête printanière avec son ciel bleu et son soleil éclatant (malgré quelques nappes de brouillard montant d’Italie le dimanche), sa petite brise permettant de bien supporter la chaleur ambiante, ses extraordinaires tapis de fleurs, ses innombrables marmottes, ses nombreux chamois (sur les crêtes de Bellecombe) et ses bouquetins si accueillants (à la Pointe Droset bien sûr) – tout ce monde était de sortie ce week-end ! -, ses lacs tantôt scintillants, tantôt encore pris dans la neige (Giaset, lac Blanc), et même ses derniers névés pour se faire un dernier plaisir avant l’été… que demander de mieux ? Certes, je m’étais d’abord un peu planté le samedi, car je m’étais mis dans la tête, dieu sait pourquoi, sans même vérifier sur la carte, que la Pointe de Bellecombe c’était le point culminant de cet impressionnant bastion rocheux en face du refuge ; et ce n’est qu’une fois là-haut que j’ai subodoré l'erreur : un coup d’œil sur l’altimètre et sur la carte, et... eh oui, il nous reste encore toute cette belle arête à remonter pour accéder, là-haut, à la « vraie » Pointe de Bellecombe (qu’on a donc faite dans le sens inverse de celui préconisé à la fin du topo)… Pas grave, mais quand même une (toute petite) ombre au tableau – qui sans ça aurait sûrement été un peu trop idyllique !

Photos de la sortie


  • Horaire : 3 h 15
  • Dénivelé : 900 m
  • Participants : Catherine, Eliane, Gisèle, Marie-Hélène, Mathilde, Guillaume, Gérard, Nicolas.

© 2018 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media