Lacs de Crupillouse en boucle par le col
de Veyre et le vallon d'Isora

Lacs de Crupillouse en boucle par le col
de Veyre et le vallon d'Isora

  • Altitude départ : 1350
  • Altitude sommet : 2656
  • Dénivelé : 1374
  • Distance : ** km
  • Temps de montée : 3 h 30
  • Temps de descente : 2 h 15 temps circuit complet 9h
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : oui, jusqu'au lac, attention névés et hors sentier pour le circuit par la combe de Veyre et le vallon d'Isora.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

On entre dans le hameau. Et à un panneau du PNE, notre sentier débute. Il s'élève nord, et laisse à gauche le sentier qui entre dans le vallon de Val Estrèche. Toujours nord, on a bientôt, en vue la cascade d'Amblard, puis, notre sentier grimpe en lacets et cottois, plusieurs fois sur son trajet, les torrents issu des lacs de Crupillouse. On prend de l'altitude, pour gagner les magnifiques lacs. La descente, s'effectue par le même itinéraire, ou en boucle, en montant au col de Veyre. Traverser le déversoir du lac, pour passer devant les ruines d'une bergerie. Plein nord grimper sans difficulté sur la bute qui nous sépare des lacs supérieur et passer entre les deux. En face, en traversée ascendante, gagner le col de Veyre altitude 2724 point haut de la randonnée. Descendre logiquement sur un névé persistant puis, au premier replat, repérer une marque à la peinture rouge sur un bloc à partir duquel il faut effectuer une traversée descendante à main droite pour passer deux ravins. Poursuivre alors la descente dans le sens de la plus grande pente pour prendre pied dans la lande à rhododendron jusqu'au replat marqué par des murs en pierres, vestiges d'un ancien parc à moutons. Tirer alors largement à main gauche tout en restant rive droite du ravin principal dans lequel se précipitent des cascades. Une sente, dissimulée dans la brousse d'aulnes vert, permet de passer de petites barres rocheuses souvent occupées par des chamois. Une traversée descendante, toujours à main gauche permet de passer sous la grande falaise du ravin pour rejoindre le cône de déjection du torrent. Il s'agit d'un névé persistant ou d'une moraine selon la saison. Au pied de ce cône, en rive droite, descendre dans le vallon par la sente de moutons passant près d'une source puis, en traversant le torrent principal, prendre pied sur le véritable sentier. En longeant le torrent rive gauche, un bon moment après, on va le traverser sur une grosse passerelle, pour ensuite remonter sur la route pour gagner le hameau les Baumes.


Précautions

Attention aux névés qui persiste tard en saison sous les lacs, puis versant nord du col de Veyre si vous choisissez le circuit par le vallon d'Isora.


Commentaires difficultés

A n'entreprendre qu'avec une météo stable et sûre pour la descente du col de Veyre sur son versant Nord. Névé persistant. Bref, comme dit poyo, une bien belle ballade pour ceux qui aiment le terrain d'aventure. A déconseiller vivement pour les allergiques de la sortie hors sentier et de l'orientation.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Pont du Fossé, prendre la direction d'Orcières et tourner à gauche. On rentre dans la vallée de Champoléon. Passer les Gondoins et se garer juste avant le hameau les Baumes. L 'entrée dans le hameau est interdite au véhicule.


Situation




Sortie du 25-06-2006

Lacs de Crupillouse

Superbes lacs et circuit intéressant par le col de Veyre.

Photos de la sortie

Commentaires

Herdubreid
01-10-2011 12:46:48

Non, je n'ai pas vu de sente dans la partie inférieure. Je n'en cherchais pas non plus, à vrai dire ! Et en effet la végétation abondante perturbe grandement l'orientation. Je suis d'accord sur le remède : tirer à gauche ! Je ne me souviens pas non plus avoir vu de ruine :oops: (ce qui ne signifie pas que je ne l'ai pas vue). En revanche j'ai vu un gros cairn (que j'ai trouvé fort inutile) dans le grand ébouli supérieur, et quelques traces dans la partie la plus à droite (sens de la descente) de l'itinéraire. Je crois me souvenir que ces traces incitaient à partir à flanc sur la droite. Je me demande s'il n'y a pas moyen de traverser "Les Peous" puis de descendre le long de "Serre Chaud". Il y a là un sentier à rejoindre qui aboutit sur la route en rive droite du torrent d'Isora. Ce serait intéressant à explorer (en 2008 mon but était de remonter au col de Guiran, donc je n'ai pas cherché dans cette direction). C'est au cours de la remontée que j'ai pris cette photo.

poyo
01-10-2011 10:00:43

c'est bien par ce collet que nous sommes descendus. Le névé était en très petite forme cet été aussi il n'a pas posé de problème. Le parcours a l'air relativement simple d'après la photo. En réalité on est assez perdu dans la végétation et ce n'est pas facile de bien savoir où on se trouve exactement...Rester sur le côté gauche est probablement la meilleure chose à faire afin de ne pas louper ce collet salvateur. On s'est pas mal posé de questions sous les ruines : doit on descendre directement dessous puis tirer à gauche ou partir carrément à gauche (une ravine semble faire office de séparation entre ces 2 choix de parcours) ? Nous avons pris le parti de descendre droit à partir des ruines puis de taper ensuite à gauche plus bas (après de nombreux zigzags pour chercher la sente invisible...) Tu es passé en 2008, as tu vu la sente mentionnée dans le topo ?


Herdubreid
30-09-2011 15:13:26

Tiens, je ne savais que cette descente était décrite ici. J'y ai moi-même pas mal galéré (été 2008). Une grande partie de la descente ne pose pas de problème, sauf que bientôt, la pente aidant, on ne sait plus trop où il faut aller - disons lors du dernier quart de mes pointillés rouge. En se rapprochant du ravin, on finit par découvrir un petit collet d'où descend une facile pente de terre jusqu'au torrent (invisible sur la photo). Nul doute qu'en hiver c'est le passage facile (à trouver et à parcourir). Sauf qu'en été on aboutit au niveau de la base du névé, nous surplombant à cet endroit de 2 ou 3m. Je n'ai pas pu passer. Je suis alors remonté au collet puis je suis descendu je ne sais pas trop où entre les flèches jaunes, en descendant des ravines très raides mais végétalisées. De fait, ce n'était pas trop exposé, les arbres offrant prises et protection ... mais assez bourrin :lol:


poyo
25-09-2011 21:28:38

C'est effectivement une belle boucle que ce parcours décrit ici. J'ai eu l'occasion de le faire avec Carhelmax, en le complétant par une montée au Pic de Parières via le col du même nom. Le parcours sur l'arête vaut le détour et atteindre ce sommet constitue une belle satisfaction surtout dans les conditions rencontrées. Cette rando nous a été assez difficile pour plusieurs raisons : la neige était là (en juillet 2011 !) avec déjà 10 à 15 cm au niveau des lacs... La deuxième raison est que le parcours de descente dans la combe du Veyre a été plutôt difficile. En effet, après la première descente jusqu'au replat, relativement facile, nous n'avons pas trouvé les indications mentionnées dans le topo. Elles ont dû disparaître en 5 ans. Atteindre les ruines de la bergerie s'est passé sans problème : on voit ce lieu d'assez loin et donc à vue on a peu de chances de le louper sauf si on emprunte un mauvais ravin. Bien observer les combes à traverser avant de s'engager. La suite a été plus complexe. En effet, pas de sente sous les aulnes verts à partir des ruines. On a cherché en vain, en balayant de gauche à droite la descente dans la "jungle" plutôt bien pentue... Finalement, en cherchant attentivement, on a trouvé le point de sortie sous un rocher assez caractéristique à main gauche. Il faut viser le cône de déjection d'un torrent. On s'est longuement questionnés dans cette descente plutôt hasardeuse. Ayant remonté plusieurs fois le sentier d'en face (vallon d'isola pour accéder aux cols de Vallonpierre ou de Gouiran), je savais qu'il ne fallait pas louper le passage en raison des barres rocheuses qui obstruent la partie basse... Fallait il remonter et se mettre encore 800 à 900 m de D+ ou tenter de se frayer un passage ? Notre persévérance a été saluée. Ouf ! Ensuite, alors que la fin du parcours semblait évidente, on s'est fourvoyés... Nous avons trouvé la sente mentionnée dans le topo, rive droite, seulement nous n'avons pas vu sur place ni sur la carte (qu'on a oubliée d'ouvrir une énième fois) qu'il fallait traverser très tôt le torrent. On a donc continué rive droite dans un terrain pas très facile pour finalement aboutir au torrent qu'il a fallu forcément franchir. Séance déchaussage, voire déshabillage et hop nous voilà en train d'essayer de traverser ce torrent assez tumultueux et gelé. Les 5 à 6 m d'eau ont paru bien longs et c'est finalement les fesses mouillées et un bâton en moins que nous avons pu mettre le pied sur l'autre versant... La suite est évidente avec la présence de la trace rive gauche qui aboutit ensuite sur le sentier que l'on descend jusqu'à la route. La route de descente entre les Auberts et les Beaumes ressemble à une autoroute comparativement au reste. (on aurait pu descendre par le sentier rive gauche mais la journée commençait à être un peu longue : 11 h de marche) Bref, une bien belle ballade pour ceux qui aiment le terrain d'aventure. A déconseiller vivement pour les allergiques de la sortie hors sentier et de l'orientation...



  • Horaire : 3 h 30
  • Dénivelé : 1306 m
  • Participants : Tom et Romain

Identification

( ) bivouak.net

Social Media