Plateau du Cornafion Épaule W Par la combe
sud de Pissevache

Plateau du Cornafion Épaule W Par la combe
sud de Pissevache

  • Altitude départ : 1080
  • Altitude sommet : 1906
  • Dénivelé : 900
  • Temps de montée : 2h00
  • Orientation : Sud-Ouest
  • Balisage : GR en bas rien en haut

Itinéraire accès

Des Cochettes, remonter les pistes par un chemin qui les traverse avant de les longer. A la croix des Plâtres c'est le sommet des pistes, remonter le vallon homonyme qui alterne prairies et roches moussues. Au délicieux abri de Roybon, prendre plein Est et suivre le chemin raide en pleine pente vers le col Vert. Sous le col, il finit par partir à gauche en lacet, dans la première épingle, quitter le sentier et faire une traversée ascendante toujours vers la gauche en direction d'un petit col herbu. Le franchir et redescendre derrière, sur un joli petit plateau secret, face à la dernière pente. La remonter intégralement en suivant un sentier mal tracé et anciennement balisé. Il aboutit à un petit sommet herbu sous l'aile protectrice du Cornafion qui le surplombe de 150 mètres.


Itinéraire vol

Décollage : Le [url=http://www.bivouak.net/album_photos/photos.php?id=13155&alone=1&id_sport=2]déco Sud[/url] est parfait, L'Ouest offre une pente peu raide, Le Nord également, Pour l'est évidemment c'est pas possible. Mais je ne vois pas comment le vent pourrait venir de l'est ici ... Vol : Contourner le plateau et voler sur Villard. Attéro : en fonction du vent Nord ou Sud choisir un des nombreux champs au nord de Villard. Possibilité, par vent de nord, d'atterrir aux Clots.


Précautions

Vol conseillé en fin de journée. Ça marche aussi le matin mais c'est le vol balistique. Pour ceux qui veulent du thermique matinal, préférez le [url=http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=1577&id_sport=16] Col de l'Arc[/url], un peu plus au nord sur l'arête.


Commentaires difficultés

Le Vol d'après midi permet de se balader entre les Deux Sœurs et le Moucherotte sans point bas !
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Villard de Lans > Les Cochettes


Situation




Sortie du 30-11

Des nuages trop envahissants...

En débarquant au parking de la Conversaria, au dessus de Villard de Lans, c’est pour constater la montée inexorable de la mer de nuages. Si la marée basse a été favorable à Julien hier, la marée montante l’est beaucoup moins pour nous aujourd’hui. En effet le terrain d’atterrissage est à moitié noyé dans le brouillard. Mais il en faut plus pour briser l’inoxydable moral d’Hélène... Alors on commence la marche vers le Cornafion. Le chemin est tout à fait charmant, il grimpe paisiblement, laissant derrière nous les nuées glaciales de la vallée.

Là-haut c’est un temps calme et magnifique qui nous accueille. La vue est époustouflante sur les hauts sommets du Vercors, de la Chartreuse et du Jura. Pour les fonds de vallée, c’est raté on n’y voit que dalle avec cette mer de nuages immense. Un troisième parapentiste arrive, il est galvanisé pour décoller. Je lui objecte que l’atterrissage, que nous ne voyons pas depuis notre citadelle, n’est pas forcément dégagé. Alors, il nous laisse sa voile et court tout au bout du plateau en contrebas pour voir. C’est tout essoufflé qu’il remonte au bout d’un quart d’heure pour nous montrer une photo de l’atterrissage... On y distingue à peine le chemin qui le coupe en deux. Il commence sans plus attendre la préparation de la voile.

Conscient du caractère improbable de l’ouverture, je lui propose de redescendre moi-même au belvédère pour lui confirmer par téléphone la possibilité du vol, pendant qu’il termine sa préparation. Quand j’arrive au point de vue, il n’est plus question de visibilité, on n’y plus que dalle de la vallée. Heureusement qu’il n’a pas décollé !

Un plan B est alors envisagé, il y a plus au sud deux terrains possibles pour se poser dans la vallée seulement nous ne les connaissons pas. Comme hier, je propose à Hélène que nous décollions ensemble et que j’atterrisse en vitesse afin de montrer le chemin. Le troisième larron adhère au plan et se propose même de faire le fusible en décollant le premier, ça tombe bien il est prêt. Parfait. Cependant le décollage n’est pas si simple. Il y a une alternance entre les ascendances au sud et le vent météo au nord. Il faut absolument une personne en observateur derrière le décollage pour confirmer qu’il n’y ait pas de vent rabattant. Je me propose une nouvelle fois pour la vigie. Au moment opportun, je donne le Go et notre nouveau copain, Sylvain de son prénom, décolle impeccablement.

Le problème maintenant qu’il ne reste plus qu’Hélène et moi en haut, c’est que je ne peux pas être à la fois devant prêt au décollage et derrière pour confirmer que les conditions d’envol sont favorables. Si je la fais décoller, je n’aurai pas le temps de lui montrer le chemin en bas. Mais comme il y a Sylvain, c’est lui qui aura la lourde responsabilité de faire les signes adéquats pour communiquer les conditions sur le terrain que nous ne voyons pas. Alors nous préparons la voile d’Hélène, je me mets en poste derrière et quand tous les feux sont au vert, je donne le Go. Hélène démarre avec maestria !

C’est lors de ma préparation que j’ai pris peur. Pendant qu’Hélène enroule un magnifique thermique devant moi, je reçois un message de Sylvain qui me dit : « Surtout ne décollez pas, le terrain dans lequel je viens de me poser se couvre complètement de brouillard ! » Trop tard. De mon côté, le vent du nord est de plus en plus insistant, rendant mon décollage aléatoire... J’installe en vitesse une flamme plus en arrière, saute dans la sellette et m’envole précipitamment pour rejoindre Hélène dans le ciel. Elle se dirige d’ailleurs vers le dernier terrain accessible, loin, très loin dans la vallée... Celui-ci est totalement inconnu et entouré de gigantesques sapins. Impossible pour moi d’atterrir avant elle.

Finalement elle atterrira parfaitement et me montrera du sol la meilleure option d’approche selon notre signalétique gestuelle que nous avons mise au point. Je me pose donc comme une fleur à côté d’elle pendant que la mer de nuages monte inexorablement pour nous plonger définitivement dans un brouillard épais. On l’a échappé belle, c’était la dernière option possible !


  • Horaire : 0
  • Dénivelé : 900 m
  • Temps de vol : 15 m
  • Plafond max : 1900 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
05-10-2017

Sortie automnale au Cornafion

7 kaiser38
24-09-2017

 je partais pour la Croix de Chaurionde , mais vu que Belledon...

4 Bipbip
27-05-2017

étant en on-call pour le boulot pendant 48h00 , je dois trouver une s...

4 Bipbip
20-12-2015

Ete sans fin

3 7-laux
26-09-2014

Hier, le beau temps et la quasi absence de vent en altitude me convain...

3 kaiser38
23-08-2014

dernier jour de vol avant de partir bosser demain aux US : plus de vol...

9 Bipbip
31-10-2013

Aujourd'hui, c'est annoncé sud léger à 2000m. L'après midi est pos...

5 kaiser38
22-09-2012

suite de l'épisode précédent ..... apres ma petite séance de gonf...

10 Bipbip
12-06-2011

Décidé de m'expatrier de ma Suisse pour venir faire un petit coucou...

René Masson
31-10-2009

aujourd'hui, c'est découverte du Vercors ! on a laissé la voiture a...

loulou38
26-10-2008

Grand beau temps ce dimanche ; départ en fait de l'attérro des Blanc...

>tof
24-08-2008

Petit vent de nord annoncé, petite brise de nord dans le nez. Alo...

4 Michel Pila
03-11-2007

Un saut de puce peut-être... Mais voler est toujours un réel plaisir...

4 Michel Pila
15-04-2007

Etant attendu ce midi à Villard de Lans, direction l’épaule du Cor...

1 Michel Pila
03-09-2006

Randos magnifique hors des sentires battus. Montée par la combe de P...

1 Randosavoie
02-09-2006

Petite sortie dans un temps étrange, une couverture nuageuse assez de...

2 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media