Grande Traversée du Jura (GTJ) Les Rousses
- Bellegarde-sur-Valserine

Grande Traversée du Jura (GTJ) Les Rousses
- Bellegarde-sur-Valserine

  • Altitude départ : 1120
  • Altitude sommet : 1720
  • Dénivelé : 2600
  • Distance : 79 km
  • Temps de montée : 4 jours
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : rouge et blanc (GR9), rouge et jaune sur la fin de la 3° étape et le début de la 4°. Balisage et panneaux orange pour la GTJ.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

La GTJ complète se fait en une vingtaine de jours (Montbéliard-Culoz). L'itinéraire proposé est classique, à pied sur 4 jours, en prenant une variante permettant de passer par la ligne de crête Colomby-de-Gex - Crêt de la Neige - Reculet.

Etape 1, Les Rousses-Mijoux : Bief de la Chaille, les Cressonnières, les Tuffes, forêt du Massacre, chalet de la Frasse, crêt Pela (1495m), combe à la Chèvre, combe de la Pièce d'Aval, Semagindre, Trécombe, descente sur Mijoux. 7h.

Etape 2, Mijoux-Refuge de la Loge : Mijoux, station de la Faucille, Montrond, Colomby de Gex (1680m), col du Crozet, refuge de la Loge. 5h15.

Etape 3, Refuge de la Loge-Menthières : La loge, Crêt de la Neige, Reculet, Pierre de la Lune, le Gralet (refuge non gardé, confortable), la Poutouille (refuge sommaire), le Pelaz, Menthières. L'itinéraire suit la ligne de crête presque toute la journée. 7h30.

Etape 4, Menthières-Bellegarde : Menthières, Pierre à Fromage, Crêt du Milieu, Lancrans, Bellegarde. 5h.
A voir sur le web

Précautions

Pas d'eau sur les 3 dernières étapes (ni au refuge de la Loge). Les étapes 2 et 3 peuvent poser des problèmes d'orientation en cas de brouillard (grandes croupes...) malgré le bon balisage.


Commentaires difficultés

Pas de difficultés particulières.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Accès aux Rousses par le col de la Faucille ou par Morez.


Situation




Sortie du 18-04-2011

Grand Crt

Que découvrir du Jura en deux jours? Cruel choix cornélien tant les possibilités sont vastes. Finalement avec cette fonte des neiges très précoce, le choix s'est porté naturellement sur le Haut-Jura et sa réserve naturelle.

Départ donc de la station de Lélex après avoir pris une navette depuis Bellegarde. Un GR nous invite à rejoindre le refuge du Ratou dans un épais sous-bois. Puis on le quitte momentanément pour un charmant sentier balisé en jaune, évitant ainsi des pistes de ski. Arrivé aux clairières de Brillonne d'en Haut, c'est le choc : le cadre devient idyllique, pouvant rappeler les vallonnements sauvages des Hauts Plateaux du Vercors.
C'est en arrivant au Grand Crêt que débute notre longue périple de crête, durant trois bonnes heures jusqu'au Gralet. Toujours varié, jamais ennuyeux, il débute par le Crêt de la Neige, point culminant du Jura finalement peu individualisé, entouré de gouffres et d'un surprenant canyon. Progressivement le terrain devient plus accueillant, précédant une grimpée courte mais un peu rude jusqu'à l'imposante croix du Reculet.
La suite est une succession de dos d'âne, dans ces alpages où les jonquilles poussent à foison à cette époque de l'année. La surprise du chef est de contourner par la droite (Ouest) la pointe de la Marie du Jura où, en plus de découvrir une jolie grotte, le sentier est délicieusement aérien. Et après la Pierre de la Lune, la forêt reprend peu à peu dignement sa place, le dernier belvédère de la journée se situant à proximité du refuge du Gralet, parfaite étape pour la nuit.

La marche du lendemain commence par une heure et demi de parcours en sous-bois. Toutefois, rien de bien rébarbatif au programme, surtout quand la lumière rasante du petit matin apporte une touche attachante dans ce milieu peu hospitalier. Et on apprécie d'autant plus l'arrivée à cette splendeur de verdure qu'est la clairière de la Poutouille.
A la suivante, celle de la Pelaz, afin d'éviter une redescente inutile sur Menthières, nous sommes passés par le col du Sac et son chalet. Avant d'y arriver, il faut se contenter de suivre un système de pistes forestières un poil rasoir. Mais après c'est du pur bonheur dans le vaste alpage du Grand Crêt d'Eau, dominé par le Crêt de la Goutte, sa croix et sa table d'orientation.
La descente sur Bellegarde, d'abord lumineuse, panoramique dans les prairies de la Sorgia, devient plus laborieuse à Lancrans et ses environs où le balisage GR est plus qu'aléatoire. Mais finalement qu'importe car il nous amène aux Pertes de la Valserine, l'une des merveilles géologiques de la région. Le travail de l'érosion par le torrent du même nom a créé gorges étroites et marmites de géant des plus insolites.
Et le final le long du cours d'eau jusqu'à Bellegarde ne manque également pas de cachet, où passerelles et escaliers esquivent habilement les portions les plus abruptes de ses rives.

Photos de la sortie

Commentaires

ced
20-04-2011 08:19:01

OK merci !

philippe harlin
19-04-2011 21:13:30

ouai ,valserine ou au dessus de la cascade d'artemare .


ced
19-04-2011 08:33:37

Bonjour, Je suis en train de découvrir ce massif et j'apprécie aussi ces beaux parcours de crête ainsi que la présence de l'eau ! J'avais vu il y a quelque temps le film "le renard et l'enfant" tourné dans le Jura et un endroit était assez marquant, une sorte de gorge resserrée avec des grondements venant du torrent ; ce ne serait pas la perte de la Valserine que tu mentionnes en fin de ta rando ?



  • Horaire : 2 jours
  • Dénivelé : 1600 m
  • Participants : Benoît

Autres sorties

Date Titre Auteur
09-08-2006

Etape1 (Les Rousses-Mijoux): Première partie assez décevante: goudro...

12 Philippe Mahieu

© 2018 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media