Dôme des Pichères couloir Nord du Col du
midi de Bellecôte

Dôme des Pichères couloir Nord du Col du
midi de Bellecôte

  • Altitude départ : 1600
  • Altitude sommet : 3324
  • Dénivelé : 1200
  • Temps de montée : 3h
  • Temps de descente : 1h30
  • Orientation : Nord
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Des Lanches, prendre le sentier qui part plein sud vers le ruisseau du Grand Nant. Au bout du pré, on arrive dans une vallée encaissée. Un sente permet de passer rive gauche, monter au point 2023 puis passer à gauche du point 2303. La base du Gros Glaicier présente un sérac en glace qui peut etre infranchissable, il y a moyen de prendre le couloir juste à sa gauche qui se termine par une étroiture. Comme on a dévissé au niveau de l'étroiture, je ne peux pas décrire la suite de l'itinéraire.
A lire
  • Ski de randonnée, 134 itinéraires en Savoie par Emmanuel Cabeau. Référence : Fiche 109 p 254 proposé par Philippe Feautrier

Précautions

Plaques à vent, étroitures expo en cas de chute ou de coulée


Commentaires difficultés

Exposé sur le haut (étroitures)
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Accès par la route nationale Moutiers-Bourg St Maurice, puis D87 par Landy, Nancroix, parking au foyer de ski de fond juste avant les Lanches


Situation




Sortie du 02-04-2005

Grosse frayeur ce samedi. A 2600m, au départ des difficultés, on voit que le couloir qui mène directement au glacier est barré par des séracs de glace. On se décide donc pour le couloir juste à sa gauche. On remonte environ 150 m sur une alternance de neige dure et neige poudreuse, ce qui ne nous allerte pas vraiment. J'ai juste un petit doute au pied du couloir: les rochers au dessus ne sont pas vraiment sympatiques, il sont platrés et glacés. Par ou ca passe ? Inquiétude vite chassée par la dynamique de groupe et mes camarades qui tracent devant. Au niveau de l'étroiture, Yann et Jean-Luc partent sur la droite dans les rochers vers ce qui est visiblement une impasse. Il voient sur la gauche une petite rampe de neige qui permet de sortir. Stephane s'y engage, je le suis 10 m en dessous. Presque en haut, je l'entends crier "merde" mais c'est trop tard. On part tous les deux vers le bas, irrésistiblement attirés par la plaque de neige friable qui vient de céder sous notre surcharge. On part alors en tobogan, balloté dans tous les sens, sans pouvoir stopper notre chute. Je touche des rochers aux visage (merci le casque tout de même) et Steph heurte un rocher à l'épaule. Dans ma chute, mon crampon droit se bloque dans la neige dure et me tord la cheville. On s'arrete dans le bas de couloir, sans être enseveli heureusement. Steph a bien mal à l'épaule, moi a la cheville et au visage. Aidé par les copains, on descends le plus vite possible pendant qu'on tient encore debout. Ca se termine aux urgences de Bourg St Maurice avec une omoplate cassée pour Steph et une grosse entorse (très douloureuse aujourd'hui) pour moi + quelques hématomes au visage.
En analysant ce qu'il s'est passé, on a vu que juste une petite plaque de 20mx20mx15 cm est partie. Ca suffit largement pour emporter ceux qui sont dessus, surtout dans un couloir.
Il est clair qu'on n'a pas assez pris en compte les specificités locales (air frais -10°C, neige poudreuse friable sur neige dure, mini acumulation dans l'etroiture raide). Mes legers doutes ont hélas été anihilé par l'effet de groupe et la compétence de mes camarades. Pas facile de tirer une leçon claire pourtant, hormis que les faces N en altitudes sont pourries en ce moment.
Je pense qu'on a eu pas mal de chance de s'en tirer comme ça. La saison de ski est finie pour moi.

Commentaires

Philippe Feautrier
27-05-2005 10:19:41

Quelques nouvelles du blessé: après 8 semaines sans poser le pied dont 6 semaines de platre, je me fais enlever celui-ci dans 2 heures en principe. Si tout va bien... Finalement, je me suis fais soigner à l'hopital Sud de Grenoble et ai echappé à l'opération. Je suis quand meme en arret de travail depuis mon accident et pense retourner travailler lundi prochain. La ré-éducation va commencer, et c'est sympa de lire des témoignages sur le sujet pour avoir une idée de ce qui m'attend. Je me replonge aujourd'hui sur le Net et les sites de skis, et je decouvre avec émotion les accidents de la saison. Finalement, je suis loin d'être le pire, ca me console ! à bientot, Philippe :D

anonynmous
18-04-2005 08:59:32

Je suis à fond avec toi, d'autant plus que je suis un des Volomens qui étais la veille au col du Midi de Bellecôte et qui a eu la chance de ne pas déclencher ou partir dans la plaque... Juste un petit message pour te remonter le moral ; je me suis cassé l'Astragale mi octobre 2003 en escalade. Repos à la maison sans toucher le pieds par terre (Pas d'opération) pendant 2 mois. Puis rééducation pendant 2 mois. En parrallèle, j'ai repris le VTT pour consolider les muscles de la cheville, et le 25 décembre j'étais sur les skis pour 1000m de déniv. Le ski de rando à la montée ne pose pas de problème. A la descente, il suffit de bien serrer les chaussures et Hop, c'est partit. Bon rétablissement et je pense à toi pour être passer par là... A+


David
15-04-2005 20:17:57

Salut Philippe, J'ai casse ma cheville l'annee derniere. Six semaines en platre; franchement impossible d'aller au buro; moi j'ai bosse a la maison. Pour le sport, faut suivre ton medecin mais j'ai repris le velo leger apres 8 semaines, donc 2 semaines apres que le platre ait ete enleve ... ca m'a permis de retrouver un peu de flexibilite et j'ai trouve ca plus facile que marcher. Pour le sport a glisse, j'ai fait quelques tours en skate et plutot du roller mais j'avais tres mal et j'etais oblige d'arreter un bon 4 mois au total (mon medecin n'etait pas tres content que je fasse du sport). Pour le ski, c'est juste au cours du mois dernier que je n'ai plus eu mal mais toujours peur de faire un betise dans cette lourdasse de neige. bon retablissement David PS. desole pour les accents mais mon ordi habituel est en panne


Philippe Feautrier
15-04-2005 17:54:34

Quelques nouvelles du blessé: la galère continue pour moi. Sur proposition de mon médecin traitant, je suis allé repasser une radio, puis le doute venant, un scanner hier. Bilan: en plus de l'entorse,fracture de l'astragale à la cheville droite. Ce qui veut dire: opération mardi, sortie de la clinique samedi, 1 mois d'arret de travail, 3 mois avec béquilles et 6 mois sans sport. L'addition commence à être lourde... Philippe :(


anonynmous
05-04-2005 16:49:45

J'en profite pour rappeler notre experience en la matière ...


anonynmous
05-04-2005 14:51:11

salut a tous, Je suis un des blessés de l'accident de samedi dernier et l'auteur du topo sur bivouak.net. J'ai passé presque une heure à discutter au téléphone avec le nivologue de meteo france ce matin, et il a reconnu avoir apris quelque chose avec mon témoignage. Voici ce qu'il m'écrit en outre: "merci pour les photos, en effet, c'est bien une plaque de surface (30cm de cassure?). Après votre appel, j'ai réfléchi et je pense que c'est une plaque liée à l'épisode de Foehn, qui a commencé dans la nuit de vendredi à samedi. Mercredi à jeudi, il est tombé 20/30cm à 3000m, restée froid à 3000m le vendredi en Sud donc transportable dans la nuit par le vent de sud. A bientot." En resumant nos discussions, il s'avère en effet que toutes les faces Nord ne sont par pourries, certaines sont au contraire stables ou en belle poudre.Ceci à la decharge de meteo france donc. Il est clair par contre qu'en ce moment, la face Nord Bellecote-Pichères est minée et il est bon que ca se sache. Mais le nivologue me dit que ca ne peut pas figurer tel quel dans le BNA.Cet accident pose un problème nivologique intéressant. Le nivologue me dit que le risque est plus lié à un problème de topologie du terrain (couloirs etroits et rocheux) qu'à un problème de pure nivologie. Ce qui l'a surpris est l'altitude du déclenchement (2700 m),soit assez bas. Il me dit en outre que même en risque général 1, on peut être en risque 4 dans un couloir de ce type. Il dit aussi que ces couloirs sont particulièrement dangeureux et que l'engagement y est toujours présent. Ceci pour relativiser la valeur des cotations, car ces couloirs doivent être cotés 4.2 ou 4.3 mais guère plus, alors qu'ils peuvent être dangeureux et techniques. Il faut aussi prendre en compte son commentaire sur les vents, voir ce qu'il ecrit au dessus. Il semble qu'on puisse statistiquement éviter plein d'accidents en évitant d'aller dans les pentes sous le vent et donc il est conseillé de regarder la direction des vents dominants a 4000 m les jours précédents. L'autre effet intéressant dans cet accident, c'est l'effet de groupe. Nous etions 4 bons skieurs dont 3 initiateurs ski-alpinistes, habitués aux couloirs et à la pente raide. Trop sans doute. Le niveau du groupe à mon avis a entrainé une perte de vigilance, je suis le seul à avoir eu quelques états d'âmes dessous le couloir, mais entrainé par la dynamique de groupe, je ne les ai pas formulé. Vigilance donc quand vous sortez avec des copains forts que vous connaissez bien. Bon, on s'en tire plutôt bien, même si je ne remettrai pas les skis cette saison, scotché par une sale entorse. Et sinon un grand merci à mes camarades de course samedi dernier, on est tous resté bien solidaires et à mon avis la gestion de l'après accident a été très bonne. Bonne fin de saison et prudence, la pente raide n'est pas une fin en soit et la vie vaut mieux que toute belle pente à skis. Philippe :) PS: je suis content d'avoir discutté avec le nivologue de meteo france, il est vraiment sympa.


ben
05-04-2005 13:40:05

Plaque en face Nord : http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=1294&id_sport=1
Citation:Bonjour, Nous sommes partie en sortie "hors caf" Samedi au dôme des Pichère ,une face Nord qui semblait en bonnes conditions. A 9h, après 130m de montée du couloir, Stéphane Zoll et Philippe Feautrier sont partis dans une coulée. Une plaque d'amat de neige "coulée", (plutôt que ventée) de 30 m² max sur 20 cm s'était formée et les a descendus jusqu'en bas. Le reste du couloir n'a pas bougé. Ils s'en tirent plutôt bien avec tout de même une grosse entorse pour l'un et une clavicule cassée pour l'autre. (retour aux véhicules douloureux !) Je vous laisse lire le compte rendu de Stéphane sur bivouak. Ce qui est spectaculaire avec internet, c'est que d'autres montagnard ont pris contact avec nous pour nous dire qu'ils ont vécu la même chose la veille, plus haut, avec un emporté sur 30m. Ils ont continué. Ci joint la photo avec en orange notre itinéraire (la rupture représentée par un trait horizontal) et leur itinéraire en vert, rupture matérialisée en rouge. La face fait à peu près 900 m. En bilan deux choses : 1- nous étions trois initiateurs, et sans doute parce que nous nous reposions les un sur les autres, aucun n'a été en alerte. 2- C'est carrément dangereux, faites passer le message. Bonne semaine !! J luc Réaction sur SkiTour : http://www.skitour.fr/forum/read_6975.html



  • Horaire : 3h
  • Dénivelé : 1200 m
  • Altitude chaussage : 1600 m
  • Altitude déchaussage : 1600 m
  • Risque avalanche : 3/5
  • Participants : Jean-Luc Cristin
    Yann PASSAYS
    stephane zoll

Identification

( ) bivouak.net

Social Media