Tête de Lauranoure

Tête de Lauranoure

  • Altitude départ : 1380
  • Altitude sommet : 3038
  • Dénivelé : 2000
  • Temps de montée : 9 heures
  • Orientation : Toutes
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du Clos d'en bas, suivre la rive droite du Vénéon quelques minutes pour descendre un sentier raide qui vous méne à un pont (couvert de neige, il constitue la première difficulté de l'itinéraire: attention à la chute dans le torrent glacé...). Remonter sur l'autre versant un sentier raide jusqu'aux chalet de la gassaudière pour sortir de la forêt. Au dernier chalet, traverser à flanc à droite pour rejoindre la gorge de la Mariande que l'on remonte jusqu'au grand plat de la mariande à 1900 m.

Poursuivre le fond du vallon, virer à droite pour rejoindre le lac de la Mariande puis le col de la haute Pisse où un kern gigantesque vous accueillera.

Là, descente trés exposée, tout d'abord en dérapage contre la barre rocheuse puis au bout de 80 m, on peut franchir le ressaut et aborder la pente raide qui soutient le versant sud du col de la Haute Pisse.

On traverse à flanc pour rejoindre le bas du versant sud du col des berches. On rephoque et on attaque une remontée de 200 m environ qui se termine par un passage en mixte sur 30 m où la corde est bienvenue. D'une bréche, un relais en place permet un rappel de 15 m qui vous améne au pied de la partie rocheuse du col des berches.

De là, une descente inoubliable s'offrira à vous. Il s'uffit de se laisser glisser dans le vallon de Lanchâtra jusqu'au hameau homonyme.

Du hameau, le sentier vous conduit jusqu'au plan du Lac où vous avez eu soin de laisser une voiture le matin.
Hébergement : Le lit citadin, un gîte à Venosc ou St Christophe ou le refuge de l'alpe du Pin.

Précautions

Crampons et piolet pour la sécurité, une corde de 30 m, quelques sangles (dont une servira de baudrier de fourtune) et des mousquetons. Pour les anxieux quelques pitons et un marteau (nous n'avons pas eu de difficultés pour trouver le relais...)


Commentaires difficultés

Cette course est difficile par sa longueur. Par ailleurs, l'isolement et le calme de cette partie de l'Oisans sauvage vous feront oublier les vicissitudes de la vie citadine. La difficulté esentielle est la recherche de l'itinéraire avec des descentes qui n'auront pas été reconnues à la montée. Petit rappel de 15 m sur la versant Lanchâtra du col des berches.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Grenoble -> Bourg d'oisans -> St Christophe en oisans -> La Bernardiére -> Clos d'en Bas


Situation




Identification

( ) bivouak.net

Social Media