Grande Tête de l'Obiou par Rattier, descente
par l'arête de Fluchaire

Grande Tête de l'Obiou par Rattier, descente
par l'arête de Fluchaire

  • Altitude départ : 1283
  • Altitude sommet : 2789
  • Dénivelé : 1889
  • Temps de montée : 7h
  • Temps de descente : 4h
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Jaune jusqu'au Châtel et au début de la descente de celui-ci, rien ensuite.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking 1283 m, suivre le sentier direction le Châtel, qui monte doucement et agréablement en forêt. Le sentier se rapproche des barres ceinturant ce sommet, longe une de ces barres vers le sud, puis remonte sur le plateau sommital dès que cette barre s'arrête. On débouche sur la crête sommitale à 1890 m, puis on monte par des sentiers de moutons jusqu'au sommet du Châtel (1937 m, cairn, piquet, 1h30).

Continuer plein sud et redescendre le Châtel, en désescaladant une petite barre par un passage câblé, puis rejoindre (1770 m) le sentier faisant le tour du Châtel par le sud (on peut arriver directement par ce sentier sans faire le Châtel, plus court mais moins panoramique). Descendre à vue, par les pelouses au bord du ravin, vers le col de la Brèche (1655 m). Remonter droit dans la pente (traces) jusqu'à trouver la piste de l'Aiguille. La suivre ; elle contourne l'Aiguille par sa face nord et débouche sur l'alpage de Bachilianne (1808 m). Poursuivre et, au niveau d'un thalweg empierré, monter à vue vers l'O pour rejoindre le col de l'Aiguille (1966 m). De là, monter vers le S toute l'arête de Rattier (traces), de plus en plus aérienne mais jamais difficile. Arriver au sommet de Rattier (2474 m, cairn, 4h15).

Descendre par des pentes pierreuses (vagues traces) jusqu'au col de Rattier (2373 m). Remonter l'arête plein N vers le bonnet de l'Evêque, soit sur le fil, soit juste en contrebas versant O. L'arête se redresse de plus en plus. Franchir une brèche juste par le fil de l'arête ; on se retrouve côté E, puis on escalade un petit mur vertical bien prisu (3 m, II) pour retrouver le fil de l'arête. Plus loin, buter contre un ressaut bien raide, que l'on contourne par la droite, puis remonter droit dans des pentes herbeuses/pierreuses raides et exposées au-dessus du vide pour retrouver le fil de l'arête, que l'on poursuit jusqu'à déboucher au bonnet de l'Evêque (2663 m, cairn).

Prendre direction NE l'arête qui devient de plus en plus fine jusqu'à arriver au Malpasset : franchir un premier petit ressaut, puis un deuxième (3 m, II, bonnes prises), puis monter une arête bien aérienne pour contourner le sommet du Malpasset par la droite. Rejoindre la voie normale et arriver au sommet de l'Obiou (2789 m).

Descente : redescendre de l'Obiou au bonnet de l'Evêque en désescaladant le Malpasset (vertigineux, mais techniquement peu difficile). Poursuivre un instant la crête vers la tête de la Cavale ; on arrive à un gros cairn, au débouché d'un couloir versant O. Descendre ce couloir, puis les pentes d'éboulis assez raides qui suivent en suivant les traces et les nombreux cairns. On arrive sur l'arête de Fluchaire, que l'on descend à vue sur 500 m. Vers 2100 m, repérer un sentier qui traverse la pente, le prendre vers la gauche (possibilité aussi de le prendre à droite, pour descendre à Rochassac puis Longueville), et traverser jusqu'au-dessus de Courtet. Descendre par ce sentier, ou à vue (traces de vaches) au bord du ravin (vue impressionnante sur le Château des Chèvres et les Petites Charances). À 1717 m, descendre par un sentier forestier, bifurquer deux fois à gauche, puis descendre quelques lacets serrés au bord d'un ravin. Repérer un sentier qui part à droite, débouche rapidement sur une piste que l'on descend jusqu'à un départ de vol libre (vers 1350 m), où l'on peut venir se faire chercher.

Précautions

Randonnée longue. Terrain souvent vertigineux, exposé entre Rattier et l'Obiou.


Commentaires difficultés

Arête redressée du col de Rattier au bonnet de l'Evêque, puis passage du Malpasset : dans les deux cas, grimpette en terrain exposé, difficile à assurer.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

A Mens, prendre direction Cordéac, puis tout droit sur la petite route direction Mentayre/Le Verdier. Après ce village, la route devient une piste forestière. Se garer à 1283 m (parking aménagé).


Situation




Sortie du 01-10-2011

Encore une superbe façon de monter à l'Obiou, aussi belle que par le sentier de la Baronne, quoique dans un style complètement différent. L'enchaînement des trois sommets (Châtel, Rattier, Obiou) est particulièrement esthétique. Les points de départ et d'arrivée peuvent légèrement varier, la partie "obligatoire" de montée se situant entre le col de l'Aiguille et l'Obiou. Attention, les passages exposés de cette randonnée sont très difficiles à assurer (un seul point sur le Malpasset), à mon avis il faut être assez à l'aise pour passer sans corde (de toute façon, les difficultés techniques sont courtes peu nombreuses).

Commentaires

ced
17-10-2012 18:43:52

J'ose à peine donner mon avis car j'étais fatigué et je n'ai pas eu le courage de monter au pied du passage d'escalade proprement dit, mais à voir comme ça (de pas bien loin tout de même) le Malpasset m'a semblé beaucoup plus impressionnant ques les petites Charances par exemple ; je ne suis vraiment pas sûr que j'aurais osé m'y lancer sans assurage...

poyo
17-10-2012 14:46:47

très belles photos Glag, comme toujours ! on ressent bien l'entassement presque chaotique des cailloux sur cette arête


GLaG
17-10-2012 14:41:33

Il y a une grande part de subjectivité dans l'histoire...d'une personne à l'autre, ou pour une même personne d'une sortie à l'autre les ressentis peuvent être très différents. On avait discuté longuement sur bivouak, il y a pas mal d'années, des différences entre Obiou et Grand Ferrand : par exemple je continue à trouver le Grand Ferrand plus facile que l'Obiou, alors que l'avis était plutôt minoritaire. Après avoir refait 2 fois l'Obiou et une fois le Grand Ferrand en 3 semaines cet été, j'imagine que la différence de perception peut être due au fait qu'au Grand Ferrand on est plus ou moins obligé de mettre les mains sur quelques passages (mais difficile d'appeler cela de l'escalade) et que l'on chemine sur un pierrier "fuyant", à l'Obiou le rocher est meilleur mais l'itinéraire est plus exposé directement au vide et il faut garder l'équilibre sur des rochers assez lisses par endroits ; plus la pente très très raide (mais avec bonnes marches) sous le col de l'Obiou. Selon que l'on percevra plus l'aspect "vide"/"glissade sur roche" ou l'aspect "petits cailloux qui partent sous les pieds", les avis peuvent diverger. Pour en revenir au Malpasset, je l'ai fait cet été pour la première fois (après avec été très impressionné il y a 6 ans en le regardant d'en dessous lors d'une montée avec François Lannes sur le Bonnet de l'Évêque) : descente puis remontée "juste pour le plaisir" lors d'un aller-retour à l'Obiou par la voie normale. Ce jour-là, dans ces conditions-là, et par rapport aux craintes que j'avais, j'ai trouvé cela vraiment aisé, mais je comprends que l'on puisse être (et que j'aie moi même été) impressionné par l'aspect "arête de 30cm de large, tas de cailloux branlant et avec du vide des deux côtés" de la chose. Quelques vues :


poyo
17-10-2012 14:14:42

bonjour, Je ne connais pas les passages dont tu parles, aussi je ne me risquerai pas à comparer. Il est vrai que la perception de la difficulté d'un passage fait une part belle à la subjectivité et donc la cotation peut fluctuer d'un randonneur à l'autre. Cependant, ce passage du Malpasset, me semble d'un autre calibre que les passages de la voie normale et rebuterait un certain nombre de randonneurs. J'aimerais bien connaître les impressions d'autres bivoukeurs qui sont nombreux à cavaler dans ce magnifique Dévoluy. poyo


Benjamin Dollet
16-10-2012 19:08:57

Salut, Sur ta remarque 2, c'est toujours difficile de coter... J'ai eu tendance à surcoter mes premiers topos, depuis je n'utilise le R5 que si un passage me paraît vraiment difficile/dangereux. Personnellement, même s'il est exposé, je trouve le Malpasset facile en comparaison d'autres passages, même à la descente : il faut escalader juste 2 mètres, sur du bon rocher avec des bonnes prises ; le rocher est moins bon sur le reste du passage, mais il ne faut pas escalader. Pourtant, j'ai toujours l'impression que le Malpasset effraie beaucoup de monde... Pour parler de mes expériences plus récentes, j'ai trouvé le Tenneverge et le pas de l'Infernet (Ubaye) beaucoup plus exposés.


poyo
02-08-2012 09:08:50

bonjour à tous je confirme, très belle sortie et vue magnifique sur les alentours et notamment sur la face NO de l'obiou. Le passage par le Chatel vaut vraiment le coup, ça serait dommage de ne pas s'y rendre. quelques remarques pour faire avancer le smilblick : remarque 1 : on peut passer par le sommet de l'Aiguille aussi plutôt que de contourner ce sommet par la piste (assez longue d'ailleurs). j'ai suivi les cairns (quand j'en ai vus). ça passe à un moment dans une sorte de faille au niveau du ressaut rocheux en peut en contrebas côté E (sur des vieilles cartes IGN il y aurait à ce niveau un sentier mais plutôt côté O mais je ne l'ai pas vu, ni cherché d'ailleurs...) En fait j'ai emprunté la piste au retour car je n'avais pas de deuxième voiture (redescente par le col de la brêche (110 m au dessus en fait) et le sentier qui passe sous le chatel) remarque 2 : la cotation donnée est R4. Ca ne me semble pas très cohérent avec la cotation de la voie normale (surévaluée celle-ci à mon sens) en raison du passage très exposé sur l'arête du Malpasset (RAS pour le reste) remarque 3 : le temps de 7 h à la montée me semble un peu large... mais là tout dépend du rythme adopté



  • Horaire : 11h
  • Dénivelé : 1889 m
  • Participants : Pierre, Edwin

Autres sorties

Date Titre Auteur
28-06-2014

Belle sortie optimisée par rapport à la météo médiocre de ce sam...

6 GLaG

Identification

( ) bivouak.net

Social Media